Je vous aime. Vous avez acheté Sport/FootMag en ce jour de réveillon. Vous avez des millions de choses à faire et pourtant vous avez vos yeux dedans. C'est votre choix, c'est le bon ! Par contre, on n'a pas le choix de devoir subir cette période " Noëllesque ". Noël et ses marchés. A boire et à manger et surtout à acheter. Des choses qui ne servent à rien et deux fois plus chères que pendant la vie " normale ".
...

Je vous aime. Vous avez acheté Sport/FootMag en ce jour de réveillon. Vous avez des millions de choses à faire et pourtant vous avez vos yeux dedans. C'est votre choix, c'est le bon ! Par contre, on n'a pas le choix de devoir subir cette période " Noëllesque ". Noël et ses marchés. A boire et à manger et surtout à acheter. Des choses qui ne servent à rien et deux fois plus chères que pendant la vie " normale ". C'est comme l'autre marché. Celui du foot : le Mercato d'hiver. Y en a qui s'engraissent à nous faire vomir. Souvent les mêmes que cinq mois plus tôt avec celui d'été. Obligeant des entraîneurs " Bisounours " à tenter de digérer le mal géré. D'autres, les moins dignes, ont géré ce que le " mal-géré " leur a rapporté. Y en a marre de ces clubs dont on se demande dans l'intérêt de qui, de quoi ils transfèrent. Pour renforcer l'équipe ? Pour faire plaisir à un agent ? A un dirigeant ? La Belgique est gangrénée par des individus qui se la jouent perso dans un monde qui encense le collectif. C'est la vie. C'est partout comme ça. Qu'ils aillent se faire foutre ! Bon, on se calme. C'est Noël alors on fait semblant que tout va bien et on se fait du bien. Du plaisir, en voici. Des histoires surréalistes. De fou, de foot. Tout est vrai. Christian Constantin reprend le club Suisse de Sion en 1992. Cinq ans plus tard, cinq trophées. Deux fois champion et trois coupes. Au prix de... 130 transferts. Le club croule sous les dettes, Christian se casse. Il s'est bien amusé, Sion se retrouvera en division 3. En Division 4 anglaise (donc pro), Scunthorpe a été champion en faisant plus de partages que de victoires. 20 victoires et 21 partages. Pas si nul que ça de partager. Soyez généreux. Aduana Star l'a été beaucoup moins mais a quand même été récompensé. Champion du Ghana en marquant 19 buts en 30 matches. Seulement deux fois plus d'un but inscrit. 13 fois 1-0. Cool Man ! En Irlande, Dundalk marque après 12 secondes. C'est son visiteur du jour, Derry, qui avait donné le coup d'envoi. Record ? Plus fou encore. Une équipe peut-elle marquer deux buts sans que l'adversaire ne touche le ballon ? Impossible ! Forcément ! Quoique : But à la dernière seconde de la première mi-temps. L'arbitre valide et siffle le repos. L'équipe qui a marqué donne le coup d'envoi de la 2e mi-temps. Long ballon, but. Aussi simple que cela. Aussi rapide aussi. Deux buts en neuf secondes de jeu. Rapide aussi peut être la procréation chez les footeux. Les " Papys " du foot. Le célèbre Rai devient grand-père à 33 ans alors qu'il joue encore pour Sao Paulo. Arnor Gudjohnsen fait encore mieux. Non seulement il a joué en équipe nationale avec son fils Eidur mais ce dernier lui a donné un petit fils alors qu'Arnor n'avait que 37 ans et était toujours pro en Suède. Pour terminer, confirmation que la révolution est permanente. Un chef d'entreprise peste après avoir dû licencier 60 personnes. " Les seuls critères pour une chaussure de foot doivent être la pointure et le poids. Où allons-nous si on leur donne une couleur ? " Un concurrent a choisi de teindre en noir le cuir naturel qui faisait la godasse de foot. Nous sommes en 1959. La guerre des pieds vient de commencer. 11 ans plus tard, la révolution devient mondiale. La marque allemande Hummels veut conquérir le marché anglais. Elle signe des joueurs qui joueront avec des chaussures blanches. Certains signeront le contrat publicitaire et puis " camoufleront " leur... Adidas en blanc. D'autres prendront l'argent et puis ne seront plus alignés par leur entraîneur pour qui une chaussure doit être noire comme un ballon doit être rond. Le foot devient un véritable monde de mode milieu des nineties avec l'apparition du jaune. La réaction des concurrents poussera au fluo. A quand les guirlandes lumineuses à la place des lacets ? Histoire que ce soit fête toute l'année. Ainsi soit-il. Je vous bénis. En toute humilité... évidemment. Place au mercato d'hiver et à ceux qui s'engraissent à nous faire vomir.