Dans le clan Fellaini, il y a évidemment le père, Abdellatif, ex-gardien de but du Raja Casablanca qui, s'il partage sa vie entre le Maroc et l'Espagne, reste toujours autant présent quand il faut conseiller le fiston. Il y a aussi les frères, Hamza et Mansour. Ce dernier est le plus proche de Marouane.
...

Dans le clan Fellaini, il y a évidemment le père, Abdellatif, ex-gardien de but du Raja Casablanca qui, s'il partage sa vie entre le Maroc et l'Espagne, reste toujours autant présent quand il faut conseiller le fiston. Il y a aussi les frères, Hamza et Mansour. Ce dernier est le plus proche de Marouane. Agé aujourd'hui de 22 ans, il vit depuis 7 ans aux côtés de son grand frère en Angleterre. Les deux sont tellement inséparables qu'ils ont même été jusqu'à adopter tous deux la coupe afro. Aujourd'hui, Mansour s'est lui aussi lancé dans le monde du foot. Pas avec les pieds mais avec ses contacts et sa tchatche. " Je constate que trop de jeunes issus de l'immigration ne percent pas. Il y en a de plus en plus dans les équipes d'âge mais pas assez en équipe première. La fautif n'est pas le club mais le manque de suivi. Marouane a réussi parce qu'il a beaucoup travaillé mais il a aussi eu la chance d'être accompagné par un père qui connaissait le milieu sur le bout des doigts. " Le jeune Mansour s'est donc lancé dans le management. Avec, comme associé, KarimMejjati. Ce quadra Français, importateur de vin, est une figure connue de la nuit bruxelloise. Co-propriétaire du Martini Bar - lieu très apprécié de bon nombre de joueurs de l'élite - Karim, dont le fils évolue au Standard, a placé également ses billes avec Hamza Fellaini dans un autre club, le " Inside Knokke ". " Le milieu de la nuit est un business comme un autre. C'est souvent entouré de phantasmes mais je gère une entreprise, tout simplement. Vous savez, la plupart des affaires se font au resto ou en boîte. Ce sont des lieux stratégiques. Et puis les joueurs aiment sortir, personne ne le niera. " Aujourd'hui, les deux hommes ont fondé la société de management FSB (Football Solution Business). " Le but premier était de s'occuper principalement des jeunes mais pas mal de joueurs de D1 et de D2 sont également venus frapper à notre porte ", poursuit Karim Mejjati. " La fin du métier d'agent comme la FIFA l'entend ne nous pose pas de problèmes, on jouera un rôle de conseiller et on proposera un service juridique au joueur et à sa famille. " " Lors d'un transfert, il arrive trop souvent qu'un joueur ne touche aucun pourcentage alors que l'agent empoche la totalité de la commission. C'est anormal. ", affirme Mansour. " C'est quand même le père qui s'est occupé de son fils toute sa vie, c'est la moindre des choses qu'il soit rétribué. " " Notre duo est très complémentaire ", enchaîne Karim. " Je m'occupe de rencontrer les familles, Mansour a davantage de facilités avec les plus jeunes. Tout seul, je ne pourrais pas le faire. Je défie n'importe qui de vouloir entrer dans le foot sans contact ou passé. Ici, il y a un nom qui nous ouvre un nombre incroyable de portes. Même si Marouane n'intervient aucunement dans nos affaires. "