Historique pendant sa majeure partie, la défunte saison s'est terminée en mode mineur pour les Zèbres. Charleroi a conclu les play-offs 1 dans le costume peu enviable de lanterne rouge du top 6, et Mazzù a dû composer avec un groupe qui semblait émoussé et trop restreint dès les premières semaines de l'année 2018. L'injection de sang neuf estivale doit permettre aux Carolos de rectifier le tir, pour prétendre à une troisième qualification consécutive pour les play-offs 1.
...

Historique pendant sa majeure partie, la défunte saison s'est terminée en mode mineur pour les Zèbres. Charleroi a conclu les play-offs 1 dans le costume peu enviable de lanterne rouge du top 6, et Mazzù a dû composer avec un groupe qui semblait émoussé et trop restreint dès les premières semaines de l'année 2018. L'injection de sang neuf estivale doit permettre aux Carolos de rectifier le tir, pour prétendre à une troisième qualification consécutive pour les play-offs 1. Le secteur le plus stable de l'équipe a, une nouvelle fois, connu peu de modifications. Blessé pendant la préparation, Penneteau devrait céder sa place à Mandanda pour le coup d'envoi de la saison, mais le vétéran français reste l'incontestable numéro 1. Derrière le duo, les jeunes Baume et Imbrechts sont encore trop tendres pour entrer dans une véritable concurrence. Malgré les années qui commencent à peser, le capitaine Martos reste incontournable sur le côté droit de la défense centrale, où Zajkov est clairement une doublure. Par contre, la concurrence risque d'être plus féroce entre Dessoleil et Willems, de retour aux affaires après une longue année de blessure(s). Mazzù espère encore voir son équipe renforcée sur les flancs de sa défense, où Marinos et Nurio n'ont pas de véritable concurrent vu la fin du prêt de D'Alberto et le divorce attendu entre le club et N'Ganga. Le jeune arrière latéral Busi pourrait intégrer le noyau pro si aucune alternative n'est trouvée. Rapidement devenu incontournable au coeur du jeu carolo, Ilaimaharitra est désormais une valeur sûre du football zébré. À ses côtés, l'infatigable Hendrickx devrait être préféré à Diandy, qui commence à être pénalisé par son manque de mobilité dans un style devenu plus dynamique. Rodès et Saglik devraient changer d'air s'ils veulent du temps de jeu, alors que Noorafkan devra réussir son intégration avant d'exprimer les grandes qualités de son pied gauche, dans un style qui semble plus adapté pour s'exprimer dans l'axe que sur un flanc. Sur le côté droit, Fall n'a pas saisi sa chance lors du deuxième tour de la saison dernière et devrait quitter le onze. Auteur d'une bonne préparation, après des premiers mois difficile, Grange pourrait en profiter pour s'inviter sur la pelouse. Son pied droit très précis en fait une arme redoutable sur les phases arrêtées ou les centres, et il semble désormais rompu aux exigences tactiques de Mazzù. Son plus grand concurrent sera peut-être Gholizadeh, pas encore acclimaté au football carolo mais qui a déjà étalé des qualités techniques et une vision du jeu hors-normes. Les postes offensifs feront l'objet d'une lutte féroce. À gauche, Benavente fait office de favori pour entamer la campagne si son coach opte pour une animation en 4-4-2, son système préféré. Le Péruvien prendrait ainsi le dessus sur Baby, en perte de vitesse depuis plusieurs mois. Révélation de la saison dernière à la pointe du dispositif zébré, Rezaei a connu une préparation compliquée et pourrait en faire les frais au moment de démarrer la campagne. La méforme de l'Iranien pourrait donc pousser Mazzù à entamer la saison en 4-4-2, sans le duo Rezaei-Benavente. Revenu à ses amours carolos, Perbet s'installerait donc aux côtés de Bédia, excellent lors des matches de préparation. Avec un noyau qui se connaît par coeur, renforcé par quelques nouvelles têtes à l'avenir prometteur, Charleroi semble armé pour poursuivre sa patiente progression des dernières années. Devant, le retour de Perbet offre à Mazzù une garantie de buts qui a souvent manqué depuis son départ, mais obligera aussi le coach à s'orienter vers un football plus offensif et posé pour exploiter les qualités du Français, redoutable sur les centres. Toujours à l'ombre du Big Five du championnat, les Zèbres espèrent confirmer leur nouvelle tradition de départ en trombe pour s'inviter dans le top 6 pour la troisième fois consécutive, la quatrième en cinq ans.