Vous êtes coach en D1 : est-ce qu'il n'y a pas un conflit d'intérêt ?

Non et je ne vois pas pourquoi cela se passerait mal. Mon but est d'analyser ce que je vois en évitant de critiquer les collègues ou les joueurs des équipes adverses.
...

Non et je ne vois pas pourquoi cela se passerait mal. Mon but est d'analyser ce que je vois en évitant de critiquer les collègues ou les joueurs des équipes adverses. Non. Quand on analyse un match, il y a deux façons de procéder. La première, c'est d'expliquer le jeu et ce qu'on voit. La seconde, c'est d'expliquer et de commencer à dire que ce n'est pas bien, que d'autres choix auraient dû être pris, etc. Je ne compte pas rentrer dans ce jeu-là. Non. Si je me rends compte que la situation n'est pas bien acceptée, je reverrai ma position. Mais même en tant que coach, je n'ai jamais attaqué un collègue ou une équipe adverse. Non, on m'a posé la question. Comme j'aime bien ce rôle de consultant, j'ai marqué mon intérêt. Cela peut m'aider à évoluer dans mon activité, nouer des contacts, observer des équipes adverses... Oui. Là, je peux m'autoriser à être plus incisif et à dire ce que je pense vu que je ne suis pas encore impliqué dans cette compétition (il rit). Exemple : lors de la Supercoupe d'Europe, sur le deuxième but que Séville a encaissé, il y a eu de la part d'un joueur une erreur de positionnement sur laquelle j'ai insisté. Oui, je n'ai rien à cacher et j'aime partager mes idées. Pour moi, communiquer est un avantage et permet d'avancer. Le foot, c'est comme la vie de couple. On doit arriver collectivement à un but commun. Après, chacun reçoit et analyse mes idées de la manière qu'il veut. Je m'attends à des réactions mais je ne les crains pas. C'est une façon de varier les plaisirs. Un match reste un match ! Il ne faut pas connaître tous les joueurs d'une équipe pour commenter, même si c'est mieux d'avoir en tête les qualités et les défauts des hommes en place. En observant le dispositif et le mouvement des joueurs sur le terrain, on peut déjà repérer beaucoup d'éléments. PAR SIMON BARZYCZAK" Je ne compte pas attaquer les autres coaches et les joueurs. "