Quand vous voyez l'ambiance du stade Jan Breydel qui a sans doute influencé le résultat, ne regrettez-vous pas l'atmosphère plus cosy du White Star ?

Non, pas du tout. Cela ne m'a pas gêné. Bien au contraire. Avec une telle ambiance, on est dans un état d'esprit différent. On fait ce métier pour vivre ces atmosphères d'acclamation et de sifflets. On savait à quoi s'attendre en nous déplaçant à Bruges pour la première journée. On était venu les visionner face à Wolfsbourg et il y avait déjà 20.000 personnes. On avait préparé le match en fonction de cela.
...

Non, pas du tout. Cela ne m'a pas gêné. Bien au contraire. Avec une telle ambiance, on est dans un état d'esprit différent. On fait ce métier pour vivre ces atmosphères d'acclamation et de sifflets. On savait à quoi s'attendre en nous déplaçant à Bruges pour la première journée. On était venu les visionner face à Wolfsbourg et il y avait déjà 20.000 personnes. On avait préparé le match en fonction de cela. Oui, effectivement. On a mal géré le moment après l'expulsion de Simons. J'ai bien fait quelques gestes du bras pour calmer mes joueurs mais cela n'a servi à rien. C'est là qu'on perd le match. Quand on est passé à 11 contre 10, on a senti qu'on était moins bons qu'à 11 contre 11. Est-ce dû à l'enthousiasme du public ? Peut-être. Avec comme résultat que Bruges a commencé à jouer plus haut et nous plus bas. Je suis un peu déçu de cette mauvaise gestion d'autant plus que quelques minutes plus tôt, Damien Marcq prend un deuxième carton. J'en ai parlé avec lui et tout le monde est conscient qu'il nous a manqué de la maturité. Car, si on avait fait preuve de plus de sagesse, je suis certain qu'il y avait un coup à réaliser. Ça ne me touche pas. Je sais d'où je viens et que le chemin parcouru fut très long avant d'atteindre la D1. Je sais que peu de gens croient en moi mais je gère cela très bien. Cela pourrait être prétentieux mais je ne vois pas à quel moment j'ai manqué d'expérience et au contraire, je pense que le match aurait pu tourner autrement si on égalise sur l'occasion de Jamal Thiaré. Je trouve qu'on a fait preuve d'audace. J'ai tenté des choses comme le fait de sortir un attaquant après l'exclusion de Marcq ou jouer à trois derrière en fin de rencontre. Vous faites allusion à l'occasion de Thiaré ? Cela n'a rien à voir avec ce que j'avais soulevé car on a remédié à notre manque d'efficacité offensive en travaillant énormément la conclusion. Vous parliez de ma cote auprès des bookmakers. Je suis certain qu'à 10 cm près, elle aurait remonté. L'occasion de Thiaré, c'est une question de centimètres et je lui ai dit à la fin du match - Ce sont des choses qui arrivent ; tu es jeune et tu en mettras d'autres bien plus difficiles au fond. Le lendemain, il jouait en amical et il en a mis deux ! On m'a également parlé de ce but parce que cela avait fait sourire certains joueurs sur le banc. Le joueur en question est venu me voir spontanément et il s'est excusé. Je ne vais pas dire que c'est un fait anodin car ce n'est pas bon pour notre image mais j'apprécie que le joueur soit venu s'excuser. D'un côté, je peux comprendre. Le groupe est resté le même et les transferts manquent d'expérience en D1. Pour beaucoup, nous sommes dans la même position qu'il y a un an. Mais moi, je crois qu'on peut faire mieux, ne fût-ce que parce que ce groupe a appris à se connaître et a pu développer des automatismes. PAR STÉPHANE VANDE VELDE