Nous avons vécu, depuis le mois de mai 2004 et jusqu'au début du mois de novembre 2004, des moments intenses en émotion et riches en joies de toutes sortes. Bref, après quelques 10 années de galères et de désespoir persistant, le ciel se dégageait de manière très perceptible au-dessus de notre nouveau stade ansois.
...

Nous avons vécu, depuis le mois de mai 2004 et jusqu'au début du mois de novembre 2004, des moments intenses en émotion et riches en joies de toutes sortes. Bref, après quelques 10 années de galères et de désespoir persistant, le ciel se dégageait de manière très perceptible au-dessus de notre nouveau stade ansois. Grâce, surtout, à la personnalité du président, Monsieur Jules Dethier, des personnes de bonne volonté et des bénévoles qui l'entourent, un dynamisme nouveau s'était fait jour, tant au niveau du succès populaire lors de nos matches à Ans, qu'au niveau du sponsoring (maillot, panneaux, Allons-Liège, ballons du match). Que dire alors du soutien politique dont nous semblions soudain bénéficier... Tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes. Je ne saurais vous expliquer les raisons qui font qu'aujourd'hui le ciel rouge et bleu s'est couvert d'épais nuages gris foncé. Je vais cependant essayer de trouver quelques pistes intéressantes : 1. limogeage sans aucune raison apparente de notre entraîneur Dominique Renson et surtout, sans aucune concertation avec notre président ; 2. intronisation du nouvel entraîneur, Didier Quain, dans le plus grand secret et en l'absence de notre président ; 3. tentatives de déstabilisation de notre président que certains administrateurs poussent vers la sortie ; 4. remise en question de toute personne proche du président (sans aucune nuance pour le travail effectué par amour du club !), 5. insultes et menaces envers le président, les bénévoles et les supporters en différents endroits (buvette du RFC Liège, stade de Bas-Oha...) ; 6. manque évident de respect vis-à-vis des supporters, des sponsors, de la commune d'Ans, bref, des seules personnes sans qui le club ne pourrait exister... Cette saison, qui devait être celle de la reconstruction, est en train de ressembler furieusement à la précédente, qui fut une des plus noires de notre club. Alors que tous, au mois d'août, s'accordaient à faire preuve de patience, à laisser au club le temps de se reconstruire en consolidant d'abord les fondations, ce à quoi nous assistons aujourd'hui est la preuve éclatante qu'une partie des administrateurs nous a menti et qu'ils agissent plus par ambition personnelle et par orgueil que dans un souci de continuité et de pérennité de nos couleurs. Un Conseil d'Administration se doit d'être soudé dans les épreuves et nous constatons aujourd'hui que des dissensions graves sont apparues depuis le mois de novembre. Jean-François Marot, Liège