Michel Daerden (ministre des Sports de la Communauté française), Stéphane Moreau (bourgmestre faisant fonction d'Ans), Alain Mathot (bourgmestre de Seraing) et Patrick Avril (bourgmestre de Saint-Nicolas), tous membres du PS liégeois, ont tenu une conférence de presse commune la semaine dernière pour réaffirmer leur volonté d'aider le FC Liégeois.
...

Michel Daerden (ministre des Sports de la Communauté française), Stéphane Moreau (bourgmestre faisant fonction d'Ans), Alain Mathot (bourgmestre de Seraing) et Patrick Avril (bourgmestre de Saint-Nicolas), tous membres du PS liégeois, ont tenu une conférence de presse commune la semaine dernière pour réaffirmer leur volonté d'aider le FC Liégeois. Il jouera bien à Seraing jusqu'à la fin de la saison, il évoluera ensuite dans un stade de Buraufosse rénové (sans l'éclairage) en attendant la construction du stade d'Alleur et de l'école des jeunes. Daerden a toutefois assorti ces points d'une condition : il réclame le départ de Jules Dethier, le président du club, qu'il considère comme persona non grata. Tous les intervenants ont reproché à Dethier d'avoir répandu dans la presse des propos confidentiels et d'être allé voir d'autres familles politiques, y compris en région flamande. Mais même s'il ne le dit pas ouvertement, Daerden pense surtout que Dethier s'est servi des supporters de Liège pour créer une pression qu'il n'accepte pas. Ceux-ci créent, en effet, des groupes sur Facebook (" Ravaleur de promesses ") et l'un d'eux a même cassé la porte vitrée du domicile du ministre. Après cette conférence de presse, Dethier n'a pas démissionné. Il affirme " ne rouler pour personne " et n'avoir en tête que le bien du club qu'il a repris, à l'agonie, il y a quatre ans. Il déclare également qu'il proposera bientôt une idée de stade " meilleur que celui d'Alleur ". Dimanche, il a annoncé que celui-ci pourrait être construit à Rocourt, rue du Village, à deux pas de l'ancien stade. Reste à savoir avec quel mode de financement. Fera-t-il appel à la société hollandaise qui a construit la tribune de Beveren ? Le conseil d'administration de Liège, diminué au fil des mois par les départs de plusieurs représentants en désaccord avec Dethier, doit à présent se réunir pour maintenir sa confiance en son président ou le mettre en congé. S'il ne se passe rien à ce niveau, l'assemblée générale ordinaire qui doit se tenir avant fin décembre ou une AG extraordinaire convoquée par au moins 30 % des membres pourrait décider de révoquer tout le CA et de présenter de nouveaux candidats. L'un deux, Louis Devalensart, a déjà présenté une ébauche de projet de gestion sur le modèle de Benfica (une ASBL qui gère le matricule et deux sociétés qui génèrent et gèrent les profits). Voici un an, cette idée n'avait pas convaincu le conseil d'administration. L'AG de Liège est, en grande partie, composée de supporters. Une frange de ceux-ci, dont on évalue difficilement le pourcentage, pense que les propos de Daerden constituent un chantage envers le président qui a ramené le club en D2. Ce sera à eux de choisir entre des promesses politiques couchées sur papier et un hypothétique projet dont ils ne savent rien mais qui, inévitablement, passera par une subsidiation à 60 % d'Infrasports. Or, jusqu'en juin 2009 au moins, ce département est sous tutelle de... Michel Daerden.