CRÉER LA SUPÉRIORITÉ SUR LES FLANCS

Lors de la construction depuis l'arrière, RuudVormer (à droite) ou TimmySimons (gauche) s'excentre pour presque coller la ligne. Une position qui permet d'échapper au pressing adverse, d'ouvrir des intervalles axiaux et d'offrir de la hauteur au latéral concerné. Ici, le n°11 adverse est perturbé dans sa tâche défensive : doit-il presser Vormer ou rester en position contre ThomasMeunier ? La suite est une succession de triangles, une fois la ligne adverse brisée : FelipeGedoz sert de 1er appui entre les lignes, Meunier plonge vers l'intérieur et trouve VictorVazquez, qui décale JelleVossen dans l'espace libéré dans le dos du latéral gauche adverse. Ce jeu en une touche de balle est ponctué par un centre, souvent au sol, car ces situations voient les joueurs arriver lancés et nombreux dans un contexte où les défenseurs ont perdu leurs références au marquage. Il est donc capital " d'arriver " dans ces espaces, de ne pas déjà y être à l'arrêt.
...

Lors de la construction depuis l'arrière, RuudVormer (à droite) ou TimmySimons (gauche) s'excentre pour presque coller la ligne. Une position qui permet d'échapper au pressing adverse, d'ouvrir des intervalles axiaux et d'offrir de la hauteur au latéral concerné. Ici, le n°11 adverse est perturbé dans sa tâche défensive : doit-il presser Vormer ou rester en position contre ThomasMeunier ? La suite est une succession de triangles, une fois la ligne adverse brisée : FelipeGedoz sert de 1er appui entre les lignes, Meunier plonge vers l'intérieur et trouve VictorVazquez, qui décale JelleVossen dans l'espace libéré dans le dos du latéral gauche adverse. Ce jeu en une touche de balle est ponctué par un centre, souvent au sol, car ces situations voient les joueurs arriver lancés et nombreux dans un contexte où les défenseurs ont perdu leurs références au marquage. Il est donc capital " d'arriver " dans ces espaces, de ne pas déjà y être à l'arrêt.N°6 à son arrivée, Vormer s'est adapté relativement vite aux nouvelles fonctions qui lui ont été confiées par MichelPreud'homme. Il est attentif aux situations qui se prêtent à ses pénétrations, particulièrement lors des récupérations hautes de son équipe, quand l'adversaire est dans une phase de déséquilibre. Sur le schéma, l'équipe est en place pour presser. LaurensDeBock et Simons empêchent une sortie confortable du n°2 adverse. JoséIzquierdo l'agresse pour récupérer le ballon, et cette récupération est suivie d'un décrochage de Vossen. Ce mouvement permet " l'ouverture de l'axe " défensif et l'orientation vers Vazquez, qui se déplace souvent sur la gauche, dans l'espace libéré par le n°2. De là, il peut servir sur un plateau Vormer, qui a entamé sa course verticale dès l'entame du pressing collectif pour s'engouffrer dans l'espace. Ces moments de rupture demandent évidemment de l'intelligence et du feeling.Gedoz, Vazquez, Izquierdo ou LiorRefaelov sont très à l'aise dans les espaces restreints. À gauche comme à droite, les Sud-Américains initient le même type d'action : ils multiplient les passes redoublées en migrant vers l'intérieur. Izquierdo possède un atout supplémentaire avec la prise d'appui sur LeandroPereira (profil de pivot idéal pour cette combinaison) ou Vossen avant sa " spéciale " : l'enroulé au second poteau. Vazquez est le lien offensif de ces situations. L'orientation de son premier contrôle, sa vista, son passing subtil et dosé en font le complice idéal pour répondre à ces pénétrations entre les lignes et pour faire vivre le ballon et respirer le jeu, même face à un bloc serré. Meunier, par ses qualités et ses pénétrations axiales, est parfaitement capable de se lier à ce récital offensif fait de combinaisons courtes.Les blessures d'une bonne partie des artistes brugeois ont occasionné un début de saison compliqué pour le Club, surtout en déplacement. C'est loin d'être un hasard, puisque le recrutement a été mené de façon conséquente pour produire un jeu dominant et technique impossible à mettre en place sans la présence de ces profils. L'an dernier, Gedoz et Izquierdo ont débarqué comme joueurs " indomptés ". Leurs qualités de dribble, de percussion et de vitesse ont dû être domestiquées par Preud'homme au travers de lignes de courses plus " rationnelles " avec le ballon et de travail défensif plus conséquent en perte de balle. Refaelov et Vazquez ont, quant à eux, dû développer la cylindrée de leur moteur. Le coach a payé cher cette montée en régime physique avec cette accumulation de pépins physiques. Sa rotation relève d'ailleurs plus de la précaution, voire de la prévention pour des joueurs relativement fragiles. Si cette période difficile semble à présent appartenir au passé, il faut tout de même noter que face aux quelques adversaires capables de presser haut dans le camp brugeois, le profil de Simons ne permet pas d'échapper aisément aux situations d'inconfort et pose donc des problèmes à la première relance brugeoise, qui s'oriente donc plus naturellement vers le côté droit où se trouvent Vormer et Meunier. Par contre, la capacité du capitaine à enrayer les contres adverses, grâce à sa lecture de jeu au-dessus de la moyenne, est excellente. Preud'homme le considère essentiel au maintien de l'équilibre de son onze. Contrairement à la défunte campagne, Bruges pourrait arriver plus " frais " et en possession de toutes ses forces vives dans le sprint final, tant ses joueurs ont mangé leur pain noir en ce début de saison. Des priorités ont été placées afin de conserver le focus sur le gain du championnat, et les investissements colossaux de BartVerhaeghe n'auraient aucun sens si le titre devait encore échapper au Club. PAR ALEX TEKLAKContrairement à la défunte campagne, Bruges pourrait arriver plus frais dans le sprint final. Alex Teklak