Année de fondation : 1899
...

Année de fondation : 1899 Président : Sandro Rosell i Feliu Stade : Camp Nou (98.772 places) Site : www.fcbarcelona.com Transfert le plus cher : Zlatan Ibrahimovic (46 millions, Inter Milan, 2009) Palmarès : 3 C1/CL, 4 C2, 3 C3, 2 Supercoupes d'Europe, 19 titres, 25 Coupes Saison passée en CL : demi-finales Qualification : automatique Plus encore que l'Argentin Lionel Messi, ce joueur introverti issu de Fuentealbilla a été le héros du dernier Mondial, certainement en finale, contre les Pays-Bas, où il a inscrit le but décisif. A douze ans, il a rejoint La Masía, le centre de formation de Barcelone. Il est devenu un pion indispensable de l'entrejeu au fil des saisons. Depuis des années, l'artiste de 26 ans charme le Camp Nou par ses actions géniales, ses passes intelligentes et sa touche de balle. Barcelone prône un vieux principe du football : c'est le ballon qui travaille. Pour développer leurs combinaisons, tous les joueurs doivent être en mouvement constant. En perte de balle, les attaquants doivent accomplir leur part de travail. La force de cette phalange réside évidemment dans son homogénéité. Même Villa, nouveau, est une vieille connaissance pour la plupart, puisqu'ils évoluent de concert en équipe nationale. Avec des stars telles que Xavi, Busquets et Iniesta dans l'entrejeu, Barcelone peut prendre à la gorge n'importe quel adversaire. Comme si ça ne suffisait pas, Messi est capable de faire la différence d'une seule action individuelle. La défense, jadis le tendon d'Achille, déborde désormais de classe. Enfin, le départ d' Ibrahimovic ne constitue pas un drame. Villa s'intègre mieux à la stratégie catalane que le Suédois, plus statique. Joueur, il était déjà le relais de Johan Cruijff sur le terrain de Barcelone. " Pep est un entraîneur-né ", a déclaré un autre de ses coaches, Llorenzo Serra Ferrer. De fait, dès sa première saison comme entraîneur principal de Barcelone, il a remporté le titre, la Coupe et la Ligue des Champions. La saison passée a été moindre, avec le seul titre. Guardiola reste un perfectionniste qui étudie tout dans les moindres détails. Son seul point faible réside dans sa politique de transferts. Il a insisté pour obtenir Chygrynskyy, Hleb et Ibrahimovic, qui peuvent difficilement être qualifiés de réussites.