E-mail : oab@club.fcbarcelona.com
...

E-mail : oab@club.fcbarcelona.com Site officiel : www.fcbarcelona.com Champion d'Espagne : 1929, 1945, 1948, 1949, 1952, 1953, 1959, 1960, 1974, 1985, 1991, 1992, 1993, 1994, 1998, 1999, 2005. Coupe d'Espagne : 1910, 1912, 1913, 1920, 1922, 1925, 1926, 1928, 1942, 1951, 1952, 1953, 1957, 1959, 1963, 1968, 1971, 1978, 1981, 1983, 1988, 1990, 1997, 1998. Coupe de la Ligue : 1983, 1986 Supercoupe d'Espagne : 1983, 1991, 1992, 1994, 1996. C1 : 1992 C2 : 1979, 1982, 1989, 1997 C3 : 1958, 1960, 1966 Supercoupe d'Europe : 1993, 1998Comme dans la plupart des clubs espagnols, le président du FC Barcelone est élu par les voix des socios. Le 14 juin 2003, JoanLaporta a été élu avec 52,6 % des suffrages, contre 31,7 % seulement à son principal rival LluisBassat, pourtant considéré comme favori dans les sondages préélectoraux. En triomphant haut la main (c'est la plus large victoire dans l'histoire du club), Joan Laporta a succédé à JoanGaspart. Né à Barcelone le 29 juin 1962, il est avocat, marié et père de trois enfants. C'est un président jeune (il a le même âge que l'entraîneur FrankRijkaard) et enthousiaste qui, après deux années de mandat, a réussi son pari : remporter le titre et restaurer le prestige perdu du club. Il fut lui-même footballeur, mais sans jamais dépasser le niveau de la D3 (à Sant Andreu). C'est un patriote catalan, un homme de la transparence qui dédie au club les meilleures années de sa vie. Il s'est longtemps opposé à celui qui dirigea le Barça pendant près de deux décennies : JoséLuisNunez (en 1998, il fut le leader de l' EléphantBleu, un groupe de pression qui poussa Nunez à accepter un vote de censure et précipita son départ du club un peu plus tard). Il est très proche de JohanCruijff, qui n'occupe aucune fonction officielle dans le club (on l'appelle pour cette raison l'amiinvisible), mais qui le conseille fortement en matière de transferts (et l'a également conseillé pour l'engagement de Rijkaard). Le vice-président est SandroRosell (un ancien directeur de Nike), qui revendique l'engagement de Ronaldinho, au nez et à la barbe de Manchester United. FerranSoriano est le responsable financier et le sommet de l'équipe dirigeante se complète avec MarcIngla. Cette équipe dirigeante n'a pas hésité à donner un grand coup de balai. Né le 30 septembre 1962 à Amsterdam. Comme joueur, il est sorti de l'école de jeunes d'Ajax, un club avec lequel il a remporté cinq titres de champion, trois coupes des Pays-Bas, une Coupe des Coupes et une Coupe des Champions. Après un bref passage à Saragosse (87-88), il partit au Milan AC (de 1988 à 1993) où il remporta deux titres et une Coupe des Champions. Il fut international à 73 reprises (champion d'Europe en 1988) et boucla la boucle en revenant terminer sa carrière à l'Ajax (de 1993 à 1995). Sa carrière d'entraîneur débuta directement en équipe nationale : il fut assistant de GuusHiddink de janvier à juillet 1998, puis sélectionneur d'août 1998 à juillet 2000 (demi-finaliste de l'EURO 2000). Sa première expérience comme entraîneur de club fut vécue au Sparta Rotterdam (2001-2002). Il signa au FC Barcelone en 2003, où sa première saison fut assez difficile. L'équipe n'a atteint son rythme de croisière qu'en fin de saison dernière, trop tard pour encore remporter un trophée. On prétend d'ailleurs que le vice-président SandroRosell avait l'intention de le virer et avait même déjà pris langue avec son successeur potentiel (le Brésilien LuizFelipeScolari), mais que le président Laporta s'est rangé à l'avis de Johan Cruijff qui le conseilla de le garder. Rijkaard a demandé du renfort et l'a obtenu. Curieusement, durant l'intersaison, il a fait table rase du passé hollandais de l'équipe. Le seul Néerlandais aujourd'hui présent dans l'effectif est GiovannivanBronckhorst, arrivé d'Arsenal durant l'été. Avec une équipe complètement remaniée, Rijkaard est parvenu à offrir au FC Barcelone son premier titre du XXIe siècle (le précédent datait de 1999). Et, de surcroît, en produisant un football offensif et attrayant, souvent en 4-3-3. Né le 21 mars 1980 à Porto Alegre (Brésil), celui dont le nom complet est RonaldodeAssisMoreira a joué au Gremio jusqu'en 2000, puis deux saisons au PSG (de 2001 à 2003) et est arrivé au FC Barcelone en 2003. Il a enflammé le Camp Nou dès son arrivée par ses dribbles, ses feintes, ses passements de jambe et ses tirs fulgurants. On se souvient d'un but d'anthologie inscrit quasiment du milieu du terrain face au FC Séville, lors d'un match dont le coup d'envoi avait été donné à... minuit. Ses exploits lui ont d'emblée valu un lot de récompenses individuelles : Joueur FIFA de l'Année, Trophée EFE du meilleur joueur ibéro-américain de la Liga, meilleur joueur du monde selon le referendum du magazine WorldSoccer. Doté d'un charisme extraordinaire, il est aussi l'un des principaux chevaux de bataille de la firme Nike. Cette saison, pourtant, certains ont affirmé que son rendement avait baissé alors que celui de l'équipe s'était élevé. Ce n'est pas l'avis de LuisFernandez, qui l'a eu sous ses ordres au PSG : " Ronaldinho n'a pas changé. Il a peut-être connu une petite baisse de régime sur le plan physique, mais ses coups de patte ont toujours été décisifs ". JorgeD'Alessandro, un entraîneur espagnol qui officie comme consultant de la revue DonBalón, est également élogieux : " Il est meilleur que jamais. La saison passée, ses performances avaient laissé penser que le FC Barcelone avait engagé un acrobate. Aujourd'hui, on découvre qu'il s'agit simplement d'un joueur extraordinaire. Il a su faire preuve d'humilité et d'intelligence en se fondant dans le collectif et en s'intégrant dans le système de jeu. Il a amélioré son positionnement tactique et a appris à doser ses efforts. Et toutes ses actions recèlent toujours cette touche de magie qui lui est propre ". FerranCorreas, journaliste à El 9Esportiu, confirme : " S'il passe parfois plus inaperçu, c'est parce que la saison dernière il jouait souvent seul alors que cette saison-ci il est entouré par d'autres grands joueurs ". Le centre de formation, c'est La Masia : une vieille ferme de 1702 située en face du Camp Nou et qui, en 1966, a été achetée par le FC Barcelone afin d'en faire son club social. 13 ans plus tard, en 1979, le bâtiment a été transformé en résidence pour 60 jeunes footballeurs recrutés pour la plupart en Catalogne, mais aussi dans d'autres régions d'Espagne et à l'étranger. Le bâtiment est érigé sur deux étages et a une superficie de 610 m2. Au début de la saison 1999-2000, une annexe a été construite (séparée du bâtiment principal, car La Masia est un bâtiment classé), comprenant 18 chambres supplémentaires. Les apprentis y disposent de toutes les facilités (cuisine, salon, bibliothèque, vestiaires) et s'entraînent sur les terrains de la cité sportive toute proche. Le centre de formation du FC Barcelone est productif : malgré l'arrivée régulière de stars internationales, une trentaine de joueurs du cru ont déjà atteint l'équipe Première. Depuis PepGuardiola jusqu'à IvanDeLaPena, en passant par Sergi ou Amor. Aujourd'hui, ils sont dix dans l'effectif : les gardiens VictorValdés et AlbertJorquera, les défenseurs CarlesPuyol, PresasOleguer et FernandoNavarro, les milieux de terrain AndrésIniesta, Xavi, Gabri, GerardLopez et ThiagoMotta (Brésilien). Ces joueurs, après avoir fait leurs classes en Juveniles et Infantiles, débutent généralement dans l'équipe B du FC Barcelone qui évolue aujourd'hui en D3, avant d'effectuer le grand saut vers l'équipe Première ou d'être cédés à d'autres clubs moins ambitieux où ils peuvent s'aguerrir. Récemment, un vieux projet s'est réalisé : la construction de la CiutatEsportivaJoanGamper, sur une superficie de 300.000 m2 à Sant Joan Despi. Le complexe, qui a coûté 9 millions d'euros, est destiné à l'équipe Première, aux jeunes et aux autres sections sportives du club. D'une capacité de 98.215 spectateurs, il a été inauguré le 24 septembre 1957. Son nom, Camp Nou, signifie nouveau stade en catalan. Un nouveau stade dont la construction avait été rendue nécessaire par la formidable popularité acquise par le club lors de l'arrivée du fabuleux joueur hongrois LadislaoKubala. Auparavant, on s'était contenté de remodeler le vieux stade de Les Corts, inauguré en 1922, en portant sa capacité à 60.000 spectateurs. Comme cela ne suffisait plus, le club acheta de nouveaux terrains afin d'y construire une enceinte gigantesque, £uvre des architectes catalans FrancescMitjans, JosepSoteras et LorenzoGarciaBorbon. Le Camp Nou a subi diverses transformations, la plus importante s'étant située avant la Coupe du Monde 1982, lorsqu'on lui a ajouté un étage et qu'on a... baissé le niveau de la pelouse. Sa capacité avait alors atteint 120.000 spectateurs, mais est redescendue sous la barre des 100.000 en 1999. Le Camp Nou possède aussi 45 loges luxueuses disposant d'un salon, d'un bar, de toilettes, de télévision et de climatisation. On y accède par 107 portes et on peut l'évacuer en cinq minutes seulement, ce qui explique qu'il bénéficie de la plus haute cotation auprès de l'UEFA. Un autre stade jouxte le stade principal : le Mini Estadi, où évolue l'équipe B (enfin Mini : 16.000 places tout de même). Pas bien loin se trouvent deux salles omnisports : le Palau Blaugrana (8.000 places) et le Blaugrana 2 (2.000 places), ainsi qu'une patinoire, une cité sportive avec cinq terrains de football pour les entraînements et La Botiga, un centre commercial où l'on peut acquérir tous les produits dérivés du club. Le Camp Nou compte aussi un musée. On y trouve tout ce qui a trait à l'histoire du club. Il accueille plus de visiteurs que la SagradaFamilia, la cathédrale inachevée de l'architecte AntonioGaudi. Comme la plupart des clubs espagnols, le FC Barcelone fonctionne selon le système des socios. C'est-à-dire, des gens qui paient une cotisation pour devenir membres du club (ils élisent le président, approuvent les comptes). On peut devenir socio très jeune, parfois dès la naissance, et on le reste souvent jusqu'à la fin de ses jours. Au début de cette saison, le FC Barcelone comptait très exactement 120.379 socios. Et ce nombre a encore augmenté, il frise aujourd'hui les 125.000. Il y a donc plus de socios que de places dans le stade. Car, pour assister à un match, ces membres du club doivent acheter un billet (souvent à prix réduit, certes). Lors de chaque match, 95.000 places sont réservées aux socios. Seules 3.000 places sont donc mises en vente pour les spectateurs occasionnels et elles s'arrachent la plupart du temps comme des petits pains. Les jours de match, 400 stewards et placeurs sont mobilisés, ainsi que 200 agents de sécurité privés. Car il faut évidemment canaliser tout ce monde. L'affluence a augmenté de 18 % cette saison et a atteint une moyenne de 73.015 spectateurs par match. Comme le dit une devise, le Barça c'est mésqueunclub, plus qu'un club : il représente la Catalogne. Dans les gradins, le public est fanatique et peut se montrer très agressif envers les joueurs qui, à leurs yeux, ont trahi le club. MichaelLaudrup et LuisFigo, passés dans les rangs de l'ennemi juré, le Real Madrid, peuvent en témoigner. Le président Joan Laporta s'est toutefois efforcé de couper les ailes au noyau dur. Il y est presque parvenu : les BoixosNois sont quasiment désarticulés et laissent en paix le reste de la masse sociale. Parmi les sympathisants du FC Barcelone, on trouve le Premier ministre espagnol JoséLuisRodiguezZapatero (alors que son prédécesseur JoséMariaAznar était un fidèle du Real Madrid). Le FC Barcelone avait toujours refusé, jusqu'ici, de porter une inscription publicitaire sur le maillot. Cette tradition sera rompue la saison prochaine. Le président Joan Laporta s'est récemment rendu en Chine afin de conclure un accord avec le gouvernement chinois. Le club fera, notamment, de la publicité pour les Jeux Olympiques 2008 qui seront organisés à Pékin. Le FC Barcelone touchera pour cela 20 millions d'euros par an. Cela valait bien une petite entorse à la tradition. D'autant que les finances du club étaient au plus mal avant l'arrivée de Laporta. Un assainissement était nécessaire et des mesures radicales s'imposèrent. L'une de ces mesures (impopulaires) consista à augmenter, sans avis préalable, le prix des abonnements de 40 % (aujourd'hui, on paie de 210 à 810 euros pour un abonnement). Mais il fallait poursuivre dans cette voie. L'arrivée de 20.000 nouveaux socios, grâce à une campagne publicitaire, a rapporté 1,8 millions d'euros. Pour la saison 2004-2005, le budget prévoyait des dépenses de 186,9 millions d'euros et des entrées de 200,1 millions d'euros. Au chapitre dépenses, les salaires sportifs représentent toujours plus de la moitié des frais totaux et ont même augmenté de 14 millions d'euros. Les frais d'exploitation ont augmenté de 4,5 millions d'euros (ils représentent 18 % des frais d'exercice). Au chapitre entrées, l'augmentation la plus notable (+10 %) concerne le stade avec une augmentation de la vente de tickets et une meilleure exploitation des installations (la vente des tickets rapporte environ 54 millions d'euros par an, ce qui représente 30 % des entrées totales). Le poste correspondant aux médias ( Pay per View et téléphonie mobile) a augmenté de 8,7 millions d'euros (38 % des entrées totales) et le poste socios a augmenté de 4 millions d'euros (8 % des entrées totales). Daniel Devos