Bradley Wiggins ne s'est encore battu qu'une seule fois pour une place sur le podium du Tour et ce fut une surprise complète. En 2009, il a terminé quatrième. L'Anglais, né à Gand, a déjà 32 ans. Pourtant, aux yeux de beaucoup d'observateurs, il est le favori numéro un à la victoire au Tour, qui démarre le 30 juin à Liège.
...

Bradley Wiggins ne s'est encore battu qu'une seule fois pour une place sur le podium du Tour et ce fut une surprise complète. En 2009, il a terminé quatrième. L'Anglais, né à Gand, a déjà 32 ans. Pourtant, aux yeux de beaucoup d'observateurs, il est le favori numéro un à la victoire au Tour, qui démarre le 30 juin à Liège. Cette année, une auréole d'invincibilité semble entourer Wiggo. Après Paris-Nice et le Tour de Romandie, il s'est adjugé le Dauphiné, la semaine dernière. C'est son troisième succès de l'année. Entre les coups, le coureur Sky, qui n'a qu'une trentaine de journées de course dans les jambes, a effectué plusieurs stages en altitude à la Teide, où il a accumulé pas moins de 100.000 mètres de dénivelé en pleine chaleur. Sport/Foot Magazine s'est rendu au volcan de Ténériffe et a bavardé avec Sean Yates durant un de ces stages. Le directeur sportif de Sky explique comment son leader est devenu un vainqueur. " Avant, Bradley respectait le calendrier civil. Au terme de la saison, il s'octroyait trois mois de repos. Il a appris qu'en fait, il faut constamment s'entraîner et qu'un spécialiste des tours doit vivre professionnellement du 1er janvier au 31 décembre. " Il s'astreint à ces stages au Teide depuis le Tour 2010, durant lequel il a craqué en haute montagne. Le scientifique Tim Kerrison a convaincu Wiggins de travailler ce point faible en passant régulièrement du temps à Ténériffe. Jusqu'à l'année dernière, le Britannique ne s'était jamais astreint à des stages en altitude. " Tim lui a fait comprendre qu'il n'était encore qu'au début de sa progression dans les tours ", poursuit Yates. " Malgré son âge, Wiggins tiendra encore au moins quatre ans avant d'être brûlé. " Durant l'entretien, Yates s'étend aussi sur le périlleux exercice d'équilibre auquel Sky devra se livrer pendant le Tour, puisqu'en plus du maillot jaune avec Wiggins, la formation britannique vise aussi le maillot vert avec Mark Cavendish. " Grâce au nouveau système de points introduit il y a un an, il n'est plus nécessaire de vraiment chasser le maillot vert et surtout pas dès le premier jour. Si Mark s'adjuge des étapes, le maillot suivra. En tout cas, le maillot jaune est plus important que le vert. " Vous pouvez découvrir le reportage intégral sur Wiggins dans le guide remarquablement illustré de S/F Mag, en vente en librairie dès aujourd'hui. Vous y trouverez aussi l'histoire de Cadel Evans durant ses saisons en VTT, une interview de Johan Bruyneel, qui parle sans détours des frères Schleck. Côté belge, nous avons décrypté le réseau social de Philippe Gilbert, recueilli les impressions de Maxime Monfort, suivi Jurgen Van den Broeck en reconnaissance dans les Vosges et mené un entretien à c£ur ouvert avec son coéquipier Jelle Vanendert. BENEDICT VANCLOOSTER