En se basant sur les derniers résultats d'Anderlecht et du Club Bruges, les analystes de tous poils insistent sur l'impressionnant système brugeois, bien plus efficace que les sélections bruxelloises constituées à la carte, selon l'arrivage.
...

En se basant sur les derniers résultats d'Anderlecht et du Club Bruges, les analystes de tous poils insistent sur l'impressionnant système brugeois, bien plus efficace que les sélections bruxelloises constituées à la carte, selon l'arrivage. Trond Sollied û c'est vrai û a mis en place un 4-3-3 dont il occupe les places en fonction du degré de forme. A condition physique égale, le meilleur joue. Et il n'hésite jamais à effectuer des coupes douloureuses. Si Gert Verheyen eut des problèmes à accepter cette façon de voir l'an dernier, aujourd'hui c'est Philippe Clement qui râle de ne pas avoir été titulaire au Brussels. Indéboulonnable en équipe nationale belge, il risque de devenir un de ces Diables qui ne jouent pas dans leur club... mais lui c'est en Belgique ! Mais on s'égare. L'équipe de Sollied vient d'aligner des gros scores : 4-0 et 5-0 contre Châteauroux et le Cercle. Et 1-6 au Brussels. Cela fait 15 buts mais contre qui ? Une équipe de L2, une de mi-classement belge et une de fin de rayon. On ne peut s'appuyer sur cette triplette de matches pour affirmer que le Club soit vraiment dominant. Il possède quatre points d'avance sur Anderlecht après sept matches mais est-il plus fort pour autant ? Aurait-il pu limiter les dégâts à 2-0 à Valence et gagner chez des Zèbres à la fois survoltés et à qui on a offert deux buts ? On n'en sait rien du tout et c'est pour cela que le classement actuel ne détermine pas encore réellement le potentiel de chacun. Anderlecht s'était baladé contre le Lierse (5-1) et a pris une grosse paire de baffes chez les Carolos. D'accord, les joueurs de Jacky Mathijssen se battent comme des lions sur chaque ballon, mais, quand on est champion, on doit justement faire courir le ballon et asphyxier l'adversaire. Or, cela ne fut pas possible et Hugo Broos est à nouveau assis entre deux chaises. Ou bien il resserre les rangs (et il y trouvera facilement prétexte après la défaite du Mambourg), ou il renforce l'élan offensif en remplaçant Besnik Hasi par Walter Baseggio, en obligeant ce dernier à se défoncer pour l'équipe. Ce serait bien vu parce que si Baseggio sait faire ce que Hasi fait, il ne peut être aussi créatif que Pär Zetterberg. Mais Broos doit se méfier car un coach qui n'a pas beaucoup de joueurs à sa disposition doit veiller à leur donner confiance. Contrairement à Sollied, il n'a pas l'embarras du choix. Après avoir vendu Ivica Mornar en janvier, Anderlecht s'est aussi débarrassé de Ky Heon Seol alors que Martin Kolar et Fabrice Ehret étaient encore blessés. Et c'est Christian Wilhelmson qui se farcit le flanc gauche alors qu'il serait û encore û meilleur sur le droit,... ce qui permettrait de faire jouer Aruna Dindane et Mbo Mpenza ensemble devant. Juste au cas où le chemin du but serait trop bouché pour Nenad Jestrovic, qui serait alors obligé de combiner, ce qu'il ne sait pas faire. Le Standard est aussi une équipe de calibre dont le potentiel n'est pas encore véritablement déterminé non plus. Il vient de remporter sa deuxième victoire d'affilée en championnat (1-0 contre Lokeren et 0-1 chez les Loups). En relevant le 0-0 contre Bochum, on en est à zéro but encaissé en trois matches. La défense est stable. Mais on marque peu. Et pour cause, Wamberto est out et Jonathan Walasiak, n'est pas encore totalement remis de ses pépins physiques. Et si la construction s'améliore, ça ne percute pas devant. Mais l'équipe grandit et le noyau n'est certainement pas moins fort que celui d'Anderlecht. Le championnat ne fait toujours que commencer. PS qui n'ont rien à voir avec le football : 1. Les cas de dopage se multiplient aux Paralympics d'Athènes. On croit rêver. Ou alors on devrait vraiment se réveiller... Car est-il illogique de réaliser que l'intégration dans le sport passe par la prise de produits dopants ? Les handicapés physiques chassent la performance comme leurs modèles valides, non ? Pourquoi auraient-ils un comportement différent ? 2. Tyler Hamilton est le cycliste américain qui devient le premier sportif à être convaincu de dopage sanguin. Bien fait pour lui. On espère qu'il ne sera pas le dernier.par John BaeteLe Standard est aussi une équipe de calibre dont LE POTENTIEL N'EST PAS DéTERMINé non plus.