Vainqueur en début d'année de l'East Belgian Rallye autour de Stavelot puis à Ypres fin juin, Fast Freddy prendra vendredi le départ du rallye du Condroz, dernier événement majeur de la saison belge. Signer la passe de trois prend toutefois l'allure d'une mission impossible.
...

Vainqueur en début d'année de l'East Belgian Rallye autour de Stavelot puis à Ypres fin juin, Fast Freddy prendra vendredi le départ du rallye du Condroz, dernier événement majeur de la saison belge. Signer la passe de trois prend toutefois l'allure d'une mission impossible. Freddy Loix : Effectivement, j'affronterai plusieurs bons pilotes disposant de voitures WRC plus puissantes que ma Peugeot 207 Super 2000. Si la météo est pourrie, j'essayerai de les pousser à la faute et qui sait alors ce qui peut se produire. Mais je serai surtout à Huy pour m'amuser et faire plaisir au public toujours très nombreux. Je chercherai aussi à renvoyer l'ascenseur à Peugeot Belgique-Luxembourg qui m'a permis de vivre une chouette saison. Je suis content, notamment parce qu'avec trois victoires -Ypres, le Barum en Tchéquie et le Valais en Suisse- je suis le meilleur performer de l'IRC. Comme tout sportif, j'aurais toutefois voulu être champion... J'ai perdu trop de terrain en début de championnat dans les deux épreuves sur terre - Turquie et Portugal - à cause de multiples crevaisons. J'ai sans doute abordé ces rendez-vous trop persuadé de devancer mes rivaux grâce à l'expérience acquise au plus haut niveau. J'ai compris plus tard que les pneus utilisés en Super 2000 ne permettent pas un pilotage tout en glisse et imposent au contraire de suivre calmement les ornières. La suite s'est heureusement mieux déroulée, avec trois succès absolus et de superbes bagarres. Je le pense, oui. Piloter une Super 2000 à la limite n'a rien d'évident car ces autos sont moins puissantes et sophistiquées que les WRC. Elles doivent être menées sur le fil du rasoir du premier au dernier mètre et la moindre petite faute se paie cash. En IRC, les écarts entre les ténors sont fréquemment inférieurs à 10 secondes au terme de trois jours de course ; cinq ou six gars peuvent gagner tandis qu'au départ d'une manche mondiale, on sait que Sébastien Loeb sera devant. Exact, Peugeot et Fiat sont seules en lice, rejointes ponctuellement par VW et MG. Cela devrait changer en 2009, notamment avec l'arrivée de Skoda. Il est trop tôt pour le dire. J'aimerais évidemment profiter de l'expérience acquise cette saison pour tenter de coiffer la couronne. Le hic, c'est qu'un budget est nécessaire afin de compléter celui de l'importateur Peugeot. En 2008, j'ai encore bénéficié de l'appui de Vergokan, l'ancienne société de Steven Vergalle ; mais ce dernier sponsorise désormais François Duval via sa nouvelle firme Structo et il soutient aussi Pieter Tsjoen qui effectue son grand retour et est d'ailleurs le favori du Condroz. Si les portes ne sont pas fermées de ce côté, rien n'est concrétisé. Je perçois des primes en fonction de mes résultats mais je ne suis plus professionnel. J'ai mis en place une série d'autres activités me permettant de faire vivre ma famille et de mener une existence qui me satisfait pleinement. Extrêmes, n'exagérons pas... Dès que mon emploi du temps le permet, je rejoins effectivement quelques potes adeptes comme moi des sensations fortes, notamment sur deux roues. Et physiquement, je suis très affûté. Je peux participer à l'édition 2009 qui se déroulera en Amérique du Sud... à la même date que le Monte-Carlo, manche d'ouverture de l'IRC 2009. Si j'ai le choix, je mettrai le cap sur les Alpes ! Je répondrai par une autre question : où trouverais-je mieux ? Sans tomber dans l'éloge facile, j'ai rarement connu un contexte aussi favorable. L'équipe de Marc Van Dalen et Jean-Pierre Mondron a le niveau et l'efficacité d'une structure d'usine sans disposer pourtant de moyens comparables. Chez Kronos, un pilote sait à quoi s'en tenir. Un exemple : j'aurais voulu faire plus d'essais mais Marc Van Dalen m'a simplement expliqué que le budget ne le permettait pas. Je veux être devant les deux autres pilotes de Super 2000, mon équipier Nicolas Vouilloz et Bernd Casier qui disposera de la VW Polo. Et puis, j'ai envie de mettre le feu à la course ! par éric faure