Chanteuse dans le groupe GangBang in HongKong, animatrice sur Classic 21, présentatrice de Juste à temps (trafic-météo) et maintenant des Jeux : vous êtes la preuve que la RTBF ne cantonne pas les gens dans une case...

Les décideurs essaient d'ouvrir l'antenne à de nouveaux visages, tout en rajeunissant la moyenne d'âge du public. J'ai un style particulier et ma présence à l'antenne, avec mes tatouages sur le bras, n'a pas toujours été bien prise. Mon " gabarit " est un peu étrange (elle rit).
...

Les décideurs essaient d'ouvrir l'antenne à de nouveaux visages, tout en rajeunissant la moyenne d'âge du public. J'ai un style particulier et ma présence à l'antenne, avec mes tatouages sur le bras, n'a pas toujours été bien prise. Mon " gabarit " est un peu étrange (elle rit).Je suis touche-à-tout, j'ai peur de m'ennuyer. J'ai appris 12.000 langues car j'avais envie de communiquer un max. Mon fantasme ? Pouvoir tout faire. C'est un peu maladif. En même temps, je crains de passer à côté de la profondeur des choses. C'est une de mes grandes questions existentielles. Il y a une volonté de ne pas accrocher le regard et de ne pas susciter la polémique. Si Michel Lecomte m'a recrutée, c'est pour ma personnalité et mon côté pétillant. J'ai accepté sans problème et je n'ai pas l'impression de tricher. Ce qui est particulier, c'est qu'une présentatrice avec des tatouages pourrait choquer alors que 85 % des athlètes en ont. Tout le monde dit " Waouw " en voyant le dos tatoué de Charline Van Snick. C'est un peu contradictoire. J'arrive à 10 h et je regarde ce qui s'est passé pendant la nuit, dans l'ordre : c'est mon côté scolaire et cartésien. Je consulte le programme du jour et je prépare mes textes. Je demande à ce qu'ils soient relus car je ne maîtrise pas tout le jargon sportif. Je me suis fait reprendre sur certains termes : en judo et pas en judo, décerner les médailles et pas distribuer, ... Après, place au studio jusqu'à minuit ! Confessions intimes (elle rit). J'ai été obèse de 8 à 24 ans. Le sport devait me sauver. J'ai expérimenté la danse, l'escalade, l'escrime, le foot, etc. J'ai expliqué aux collègues que je pratiquais le judo mais que, en raison de mon poids, je me faisais vite retourner sur le tatami... Obèse jusqu'à 24 ans, le sport devait me sauver. - FANNY GILLARD