Vendredi dernier, les responsables du foot finlandais ont demandé à la police d'enquêter sur le match Haka Valkeakoski-Allianssi Vantaa (8-0). La fédé finnoise suspecte en effet une corruption du fait que cette rencontre entre le champion en titre (Haka ) et le vice champion ait attiré beaucoup plus de paris que d'habitude, principalement sur les marchés asiatiques.
...

Vendredi dernier, les responsables du foot finlandais ont demandé à la police d'enquêter sur le match Haka Valkeakoski-Allianssi Vantaa (8-0). La fédé finnoise suspecte en effet une corruption du fait que cette rencontre entre le champion en titre (Haka ) et le vice champion ait attiré beaucoup plus de paris que d'habitude, principalement sur les marchés asiatiques. Et puis, lors de ses onze matches précédents en championnat, Allianssi n'avait encaissé que sept buts. L'agence de presse anglaise Reuters précise que le bookmaker finlandais Veikkaus (aussi le sponsor de la ligue pro finlandaise !) a dû payer les plus hauts rapports de son histoire sur un match de foot, soit jusqu'à 8.787 fois la mise. Cela veut dire que celui qui a parié 1.000 euros sur le 8-0 est drôlement riche... Comment ne pas être sensibilisé à la chose en Belgique ? On sait suite à notre Enquête du 13 juillet dernier qu'Allianssi a Olivier Suray à sa tête comme actionnaire principal, poste auquel il a été placé par l'homme d'affaires chinois Zhe Yun Ye qui a racheté le club et à propos duquel nombre de dirigeants de clubs belges nourrissent les plus grosses réserves. De plus, le coach d'Allianssi est Thierry Pister (ex-joueur et coach chez nous) et que plusieurs footballeurs belges ou ayant joué en Belgique complètent l'effectif. La défaite par 8-0 constituait le premier match de Pister dans lequel il alignait neuf nouveaux joueurs. Mais cela pouvait-il expliquer le résultat ? " Nous avons des raisons de suspecter qu'Allianssi n'a pas essayé de gagner le match mais qu'il a diffamé le sport ", a dit Jan Walden, le président de la ligue finlandaise. " Les enquêtes de la ligue et de la fédération indiquent parallèlement une activité extraordinaire sur le marché des paris internationaux. On a misé sur ce match, surtout hors Finlande, pour un million d'euros de plus que d'habitude pour une confrontation de chez nous et on a besoin de l'aide de la police pour examiner si on peut établir une activité criminelle. Certains en ont bien profité et la police devra remonter ces filières internationales ". C'est la plus grosse crise de l'histoire du foot finlandais et la ligue a donné à Allianssi jusqu'au 8 août pour donner des explications écrites sur le match incriminé et les conditions de la vente du club. Le président Erkki Alaja a démissionné du club début juillet en " regrettant le dommage causé par la vente, à la fois à Allianssi et à tout le football finlandais. Si j'avais su les conséquences de la vente, je ne l'aurais jamais effectuée. Le club n'a rien fait de mal, c'est aux nouveaux propriétaires de tout expliquer ". Dimanche, par téléphone, Suray nous disait en substance que " l'enquête de police n'était pas un élément neuf puisque toutes les parties prenantes d'Allianssi avaient déjà été entendues par la ligue et la police. Pour moi, la ligue essaye de coincer le club par le biais des licences pour répondre à la pression des médias qui ne comprennent pas le résultat. Mais c'était le premier match de l'équipe, depuis ce mauvais résultat, elle progresse : elle a gagné 1-3 en championnat et battu les Luxembourgeois de Pétange 3-0 en UEFA. Je ne suis pas inquiet : Monsieur Zhe a rencontré les officiels finlandais jeudi dernier avec ses deux avocats dont Laurent Denis pour tout expliquer ". Un incroyable scénario de polar financier que la police devra élucider en prouvant qu'Allianssi a volontairement perdu et que des parieurs indélicats étaient au parfum... l Et puis, il y a le cas Sergio Conceiçao qui a giflé le journaliste de télévision Marc Delire lors de la présentation officielle de l'équipe. L'avant portugais n'avait pas supporté que Delire critique son comportement agressif sur les terrains ! Vendredi dernier, Delire réfléchissait encore quant à la possibilité de déposer plainte. L'association professionnelle des journalistes sportifs va demander des comptes au Standard... qui voulait " régler les choses en interne " d'après les mots de Michel Preud'homme. En interne ? Impossible : Conceiçao n'a pas giflé un membre du club rouche mais un journaliste. En disjonctant, cet excellent joueur a bafoué pas mal de principes dont celui de la liberté de la presse et donc d'expression. S'il avait un message à faire passer, son club aurait dû l'aider à le communiquer au lieu d'essayer d'étouffer l'affaire en jouant à l'autruche. Le Standard a intérêt à se rattraper : pour sa propre image (vis-à-vis de tout le foot belge et de ses propres jeunes joueurs) et celle du talentueux Sergio qui devra assumer toutes les conséquences de son geste. par John BaeteAberrant : Conceiçao GIFLE UN JOURNALISTE et le Standard veut régler ça en interne !