Les récentes déceptions lors des grands tournois internationaux, comme la cinquième place lors de la dernière Coupe du monde, à La Haye, en juin dernier, ou la huitième et dernière place lors du Champions Trophy, en décembre, ont eu des vertus positives. Elles ont permis aux Belges de retomber les pieds sur terre malgré leur actuelle quatrième place dans la hiérarchie mondiale. Placés face à leurs responsabilités, les joueurs, eux-mêmes, ont décidé de passer à la vitesse supérieure.
...

Les récentes déceptions lors des grands tournois internationaux, comme la cinquième place lors de la dernière Coupe du monde, à La Haye, en juin dernier, ou la huitième et dernière place lors du Champions Trophy, en décembre, ont eu des vertus positives. Elles ont permis aux Belges de retomber les pieds sur terre malgré leur actuelle quatrième place dans la hiérarchie mondiale. Placés face à leurs responsabilités, les joueurs, eux-mêmes, ont décidé de passer à la vitesse supérieure. Lors du stage en Afrique du Sud, en janvier dernier, le groupe a ainsi longuement discuté, afin de déterminer quelles étaient les clés pour continuer à progresser et s'installer durablement au sommet de la discipline. Et cette nouvelle étape dans leur développement passera clairement par une augmentation significative du nombre d'entraînements mais aussi des jours passés en groupe. Voilà pourquoi, dès le mois d'octobre, en cas de qualification olympique, les Red Lions basculeront en mode " pro " en s'entraînant quatre jours par semaine au lieu de trois actuellement. Une réelle nécessité pour le capitaine John-JohnDohmen. " Nous ne sommes pas moins forts que les meilleures nations au niveau physique, technique ou tactique. Mais il nous manque encore une victoire dans un grand tournoi et une bonne gestion des moments importants. Nous voulons créer et disposer de meilleurs automatismes. Cela nous manque cruellement. Nous devons parvenir à créer une sorte d'intelligence de jeu collective. Voilà pourquoi nous devons passer plus de temps ensemble. " JeroenDelmee, le coach des Red Lions, a également demandé à ses joueurs d'éviter, dorénavant, toute source de distraction et de se consacrer exclusivement au hockey. Fini donc pour ses ouailles de travailler ou d'étudier. L'entraîneur néerlandais souhaite des joueurs focalisés uniquement sur le hockey afin de pouvoir, par exemple, équilibrer au mieux les périodes de travail et de repos. Mais si les Red Lions vont s'entraîner autant, voir plus que certains sportifs professionnels d'autre disciplines, ils sont très loin, avec leurs 1.500 euros par mois, de profiter des mêmes rémunérations. Une compensation financière va toutefois être calculée en fonction de différents facteurs, comme l'âge ou le statut, agrémentée de bonus en fonction du nombre de sélections. " Les joueurs sont sous contrat mi-temps avec la Fédération jusque décembre 2015 ", explique SergePilet, le secrétaire général de l'ARBH. Notre but est d'aller chercher des subsides supplémentaires afin de pouvoir les payer de manière plus conséquente vu l'augmentation de la charge de travail. Notre budget annuel pour nos deux équipes nationales avoisine les 3 millions d'euros, financés par l'ADEPS, le BLOSO, le COIB et la région germanophone Et cette nouvelle organisation de travail a naturellement des conséquences sur la carrière en club des stars des Red Lions. Alors qu'ils étaient encore sept à évoluer en Hoofdklasse, la saison dernière, cinq d'entre eux (TomBoon, SimonGougnard, LoïckLuypaert, ThomasBriels et ElliotVanStrydonck) ont décidé de quitter le prestigieux championnat néerlandais, considéré comme le meilleur du monde, pour rentrer au bercail. " Le moment était venu de changer ", explique Tom Boon. " Je dois penser à mon avenir. La saison prochaine sera sans doute la plus importante de ma carrière. Je vais m'entraîner beaucoup avec l'équipe nationale et je passerai donc beaucoup de temps sur le terrain. Il faudra aussi se ménager des moments de récupération. Et le fait de revenir en Belgique, va me permettre de bien planifier tout cela. Je ne considère certainement pas qu'il s'agit d'un pas en arrière. " Un retour massif qui permettra au championnat de division d'honneur d'être encore plus concurrentiel mais surtout aux Red Lions de profiter d'une compétition relevée pour continuer à monter en puissance jusqu'aux Jeux de Rio...PAR LAURENT TOUSSAINT - PHOTOS : BELGAIMAGE