LE COACH DIDIER DESCHAMPS

Né le 15 octobre 1968
...

Né le 15 octobre 1968 On peut passer une décennie à penser que Didier Deschamps est le sélectionneur le plus pragmatique de sa génération pour finir par s'étonner qu'il appelle le meilleur attaquant français chez les Bleus. DD n'est pas un homme de contre-pied, il apprécie juste très fort le goût de la victoire. Après avoir marché dans les pas du Brésilien Mario Zagallo et de l'Allemand Franz Beckenbauer, les deux seuls à avoir remporté avant lui la Coupe du monde comme joueur puis sélectionneur, la Dèche a enfin fait chavirer pour de bon le coeur des Français ce 18 mai 2021, en acceptant d'enterrer la hache de guerre avec Karim Benzema. Il faut dire qu'en termes de conflits ouverts, Deschamps, élevé au foot au coeur des années Tapie à l'OM (1989-1994), puis de la famille Agnelli à la Juventus (1994-1999) en a vu d'autres. Ado timide, footeux discret, le coach n'en est pas moins intouchable. On dit que l'homme se serait surtout endurci. Depuis quelques années, Deschamps est même devenu un spécialiste de gainage. Le but? Se maintenir le plus longtemps possible en position de planche appuyé sur les avant-bras. Selon Le Monde, Deschamps serait aujourd'hui capable de tenir plus d'une heure grâce à une technique ergonomique qui consiste à placer des petits coussinets sous ses avant-bras. Loin du record du monde, mais toujours plus proche du dépassement personnel. Depuis 2012, Didier Deschamps repousse aussi les limites du football français. Sans pour autant faire l'unanimité, sans même toujours convaincre sur le fond de jeu, mais avec cet appétit de carnivore qui nécessite d'avoir les canines bien accrochées. "S'imaginer que neuf des champions du monde n'ont pas été reconduits par Didier Deschamps pour cet EURO suffit à comprendre la concurrence phénoménale qu'il y a en France. L'inconvénient à cela, c'est qu'elle sera attendue au tournant. J'ai envie de dire que c'est un peu la rançon de la gloire. Je crois que notre force, c'est que Deschamps connaît son groupe comme personne. S'il a repris Karim Benzema, c'est qu'il est convaincu que le groupe était prêt à l'accueillir à bras ouverts. Je ne pense pas que ça va susciter des problèmes d'egos. Benzema est l'attaquant le plus complet au monde, tout joueur de foot rêve d'être associé à un gars pareil. Après, ça place le curseur d'attente un peu plus haut. Il y a une envie du public que ça rende le jeu de l'équipe de France plus chatoyant. Moi, je suis de ceux qui pensent que seule la victoire est belle. Et je peux vous dire que je signerais des deux mains pour être champion d'Europe "sans la manière". La finale rêvée, ce serait contre le Portugal. Il y aura une première revanche à cette finale de 2016 à prendre en poule. Une deuxième peut-être à aller chercher en finale. Même si pour moi, retrouver la Belgique à ce stade de la compétition, aurait aussi quelque chose de particulier..." S'il n'y avait eu Karim Benzema, le coup de coeur du football français en cette saison 2020-2021 serait aussi devenu la sensation de la liste des 26 de Didier Deschamps. Indéboulonnable dans le onze du FC Séville depuis de nombreux mois, Jules Koundé aura dû attendre une liste élargie à 26 noms pour se faire une place au soleil. Sans pour autant renoncer à venir bagarrer pour une place dans le onze de base en lieu et place de Presnel Kimpembe. C'est la force des gens trop forts pour se contenter de venir jouer les utilités pour des joutes amicales. Jules Koundé a toujours été un homme de grands moments. Comme quand il alertait en mars 2018 les administrateurs d'un jeu de fantasy football français, Mon Petit Gazon pour ne pas le citer, pour leur signaler que contrairement aux référencements indiqués sur leur plateforme, le jeune homme n'était pas attaquant, mais bel et bien défenseur chez les Girondins de Bordeaux. "On a tous rêvé d'être attaquant. Malheureusement, on est rattrapé par nos pieds... Donc ce serait cool de me replacer défenseur central. Merci!" Et poli avec ça. La France détient le record du plus grand nombre de buts inscrits en une seule édition d'un championnat d'Europe. C'était lors de l'édition 1984 remportée par les Bleus. Cette année-là, l'équipe de France avait inscrit quatorze buts en cinq matches. Dont cinq contre la Belgique. L'héritage de Raymond Domenech à la tête des Bleus est bien réel. En 2010, le sélectionneur est le premier à révéler les noms des heureux élus sélectionnés pour le Mondial sud-africain lors du journal de 20 heures de TF1. Une incongruité française devenue tradition depuis lors et à laquelle Deschamps s'est familiarisé ces dernières années. Le 6 juillet 1960, la France participe au match le plus prolifique en buts de l'histoire des championnats d'Europe. Opposés à la Yougoslavie, les Bleus s'inclinent en effet ce soir-là sur le score de 5-4 au Parc des Princes et abandonnent le rêve d'un premier sacre à domicile. S'il fallait débuter une partie de Football Manager à l'aube de ce championnat d'Europe, beaucoup rêveraient de se glisser dans la peau de Deschamps. Aucun entraîneur continental ne bénéficie a priori d'autant d'options tactiques que le sélectionneur français. Si tout le monde fantasme sur le potentiel carré d'as offensif que pourrait former une association entre Mbappé, Griezmann, Coman et Benzema, ils sont peu à l'imaginer prendre forme dans la tête d'un entraîneur unanimement décrit comme un grand réaliste. Et qui est devenu champion du monde en 2018 en confiant son couloir gauche à Matuidi. Raison pour laquelle DD devrait plus probablement confier à Rabiot le rôle de troisième homme dans le milieu de terrain. Ceci pour libérer un quatuor devenu trident, mais qui aurait tout de même fière allure.