L'Athletic Bilbao, fondé en 1898 par des émigrants anglais qui lui ont donné les couleurs de Southampton et qui affiche huit titres de champion d'Espagne à son palmarès (dont les derniers en 1983 et 1984 à l'époque de JavierClemente), présente cette particularité sans doute unique au monde de ne pouvoir engager que des joueurs basques. Pas nécessairement espagnols (le Français BixenteLizarazu a porté son maillot), mais basques. D'ailleurs, le club a obtenu l'autorisation de jouer avec sur le maillot la mention Euskadi, ce qui signifie Pays Basque dans la langue locale. L'entraîneur, en revanche, peut être étranger. A l'heure où tous les cercles se fournissent abondamment hors de leurs frontières, le club a bien du mérite de demeurer performant face à cette concurrence grandissante. ...

L'Athletic Bilbao, fondé en 1898 par des émigrants anglais qui lui ont donné les couleurs de Southampton et qui affiche huit titres de champion d'Espagne à son palmarès (dont les derniers en 1983 et 1984 à l'époque de JavierClemente), présente cette particularité sans doute unique au monde de ne pouvoir engager que des joueurs basques. Pas nécessairement espagnols (le Français BixenteLizarazu a porté son maillot), mais basques. D'ailleurs, le club a obtenu l'autorisation de jouer avec sur le maillot la mention Euskadi, ce qui signifie Pays Basque dans la langue locale. L'entraîneur, en revanche, peut être étranger. A l'heure où tous les cercles se fournissent abondamment hors de leurs frontières, le club a bien du mérite de demeurer performant face à cette concurrence grandissante. Il le doit en grande partie à son centre de formation de Lezama. Longtemps, JulenGuerrero fut la figure emblématique du club. Ces dernières années, l'attaquant IsmaelUrzaiz (actuel meilleur buteur de l'équipe avec huit réalisations en Liga) a pris le relais. Et, tout récemment, on a assisté à l'éclosion du jeune arrière gauche AsierDelHorno (23 ans). Sa progression s'est concrétisée par ses récentes convocations en équipe nationale. Il a débuté voici deux mois lors du match amical contre l'Ecosse interrompu après une heure de jeu à la suite d'un violent orage. Et, le 17 novembre, il avait été l'auteur du seul but de la rencontre face à l'Angleterre qui avait fait couler beaucoup d'encre en raison des manifestations racistes émanant des tribunes. Asier Del Horno est un pur produit du club. Il y a fait toutes ses classes dans les catégories de jeunes, avant de débuter avec l'équipe B en 1999-2000. Il a ensuite intégré le noyau A, avec des apparitions de plus en plus régulières. " La différence entre le centre de formation de Bilbao et les autres ? C'est que nous sommes tous des Basques ", rétorque-t-il. " L'Athletic a beaucoup de mérite de rester performant malgré un recrutement obligatoirement régional. L'éclosion des jeunes talents est fondamentale pour l'avenir du club. Pour les joueurs, cette politique présente certains avantages. On sait, par exemple, que le club ne peut pas acheter ailleurs des joueurs susceptibles de nous barrer le chemin qui mène à l'équipe Première. D'un autre côté, on sait aussi que ce sera difficile pour nous d'ambitionner un transfert vers un autre club. Peu importe : on ressent une grande fierté lorsqu'on est basque et qu'on joue pour l'Athletic. J'ai fréquenté le centre de formation de Lezama depuis l'âge de 11 ans, je sais que j'y ai été bien éduqué et que l'enseignement que j'ai reçu là-bas m'a permis de devenir un footballeur accompli. Ce sont les mêmes gens que je côtoie encore aujourd'hui, je sais qu'ils sont fiers de ma réussite et tout cela contribue à former une grande famille ". Le centre de formation constitue la principale source de recrutement. " L'an passé, trois joueurs du cru avaient intégré l'équipe Première ", se souvient Asier Del Horno. " Cette année, ils sont quatre. L'entraîneur ErnestoValverde n'hésite pas à faire appel à eux et cela n'a pas empêché l'équipe de réaliser ses objectifs : la saison dernière, sans être extrêmement brillant, on a disputé un championnat très régulier et on est parvenu à se qualifier pour la Coupe de l'UEFA. Mais il faut prendre conscience que la source n'est pas inépuisable et qu'on ne pourra pas, chaque fois, trouver autant de jeunes talents qui ont le niveau requis pour la D1 ". Cette saison, l'Athletic éprouve un peu plus de difficultés. La défaite au FC Séville, voici dix jours, était la sixième d'affilée en dehors de San Mamés. " Aussi, on ira au Standard pour gagner ", affirme Asier Del Horno. " Un point nous suffit, mais on est incapables de jouer le match nul. Ce qui est sûr, c'est que nous avons notre sort entre nos mains ". Si l'Athletic Bilbao connaît actuellement certaines difficultés en championnat, il a également vécu certains soubresauts en coulisses. Il a perdu son président JavierUria, décédé en 2003. Son successeur, IgnacioUgartetxe, a démissionné cet été. En septembre, 33.000 socios se sont donc rendus aux urnes pour élire le nouvel homme fort du club, un an avant la date prévue. Leur choix s'est porté sur FernandoLamikiz. Daniel Devos