WOLVERHAMPTON WANDERERS

1971-1972 (Coupe UEFA) Wolverhampton Wanderers - Tottenham Hotspur 1-2,
...

1971-1972 (Coupe UEFA) Wolverhampton Wanderers - Tottenham Hotspur 1-2, Tottenham Hotspur - Wolverhampton Wanderers 1-1 " Hail Wolves, champions of the world ", titre le Daily Mail du 15 décembre 1954. La veille, les Wolverhampton Wanderers battent le Budapest Honved. Une victoire historique sur le club des Magyars magiques, l'équipe nationale de Hongrie, qui reste la première équipe à avoir vaincu l'Angleterre sur son sol, à Wembley (3-6). Une belle revanche donc pour les Wolves. Plus de 60.000 spectateurs assistent à cette rencontre qui va changer la face du football. Le Honved de Ferenc Puskas s'incline 3-2 et Stan Cullis, le coach de Wolverhampton, déclare fièrement : " Nous sommes le meilleur club du monde ". " Attendons de les voir à l'oeuvre face à l'AC Milan ou au Real Madrid ", réplique Gabriel Hanot, journaliste à L'Equipe. " Nous devons organiser une compétition réservée aux meilleurs clubs d'Europe. " Un an plus tard, le 13 juin 1956, le Real remporte la première Coupe d'Europe des Clubs Champions, la Champions League première version. Wolverhampton était le champion des matches amicaux. Après son troisième titre national (1959), il se fait rosser par Barcelone (4-0 et 2-5) et descend en D2 jusqu'à ce que Bill McGary ne fasse revivre le stade de Molineux, au début des seventies. En 1971, après une quatrième place, les Wolves prennent part pour la première fois à la Coupe UEFA, écartant successivement l'Academica Coimbra, La Haye, le Carl Zeiss Iéna, la Juventus et Ferencvaros pour arriver en finale. Au match aller, ils ne peuvent rien faire face à Tottenham (1-2) mais au retour, ils sauvent l'honneur à White Hart Lane (1-1). Le club remporte deux fois la Coupe de la Ligue ensuite mais, à la fin des années 70, il est victime d'un projet de construction mégalomane. Son président achète 71 maisons à Molineux Street afin d'aménager une tribune de 9500 places et 42 loges. Le chantier coûte quatre millions d'euros, soit trois fois le montant déboursé pour le joueur le plus cher d'Angleterre de l'époque, Trevor Francis. C'est le début de la fin. En trois ans, les Wolves descendent en quatrième division (1986). Le stade est mis en en vente et acquis pour trois millions par Sir Jack Hayward, un homme d'affaires/supporter qui injecte 30 millions d'euros dans le club. En 2003, les Wanderers retrouvent leur amour de Premier League. Après 17 ans à sa tête, Hayward vend pourtant le club pour... 15 €. A condition que Steve Morgan, le nouveau propriétaire, y investisse 45 millions d'euros. De 2009 à 2012, Wolverhampton évolue à nouveau au plus haut niveau mais des erreurs de management précipitent l'équipe en D3. Morgan achètent des joueurs pour une somme totale de 110 millions d'euros bien trop importante pour le club de la région pauvre des West Midlands. La saison dernière, les Wolves remontent en Championship (la D2 anglaise), dont ils peuvent toujours espérer disputer les play- offs. Out of darkness comes light... 1958-1960 (Coupe des Villes de Foire) Birmingham City - FC Barcelone 0-0, FC Barcelone - Birmingham City 4-1 1960-1961 (Coupe des Villes de Foire) Birmingham City - AS Rome 2-2, AS Rome - Birmingham City 2-0Deux semaines après la naissance de la Coupe d'Europe des Clubs Champions (1955), la Coupe des Villes de Foire voyait le jour. Barcelone dominait les deux premières éditions, battant d'abord London XI (une sélection de joueurs de la capitale anglaise) puis Birmingham City en finale. Après un nul blanc à Saint Andrews, les premiers finalistes anglais de l'histoire du football européen étaient balayés (4-1) au Camp Nou. L'année suivante, c'est l'AS Rome qui l'emportait, toujours face à Birmingham. Le match aller se soldait par un nul (2-2) en Angleterre puis 60.000 supporters romains (pour 60 Brummies) poussaient les giallorossi vers leur premier succès européen (2-0). Aujourd'hui, l'AS Rome est toujours bien présente au sommet tandis qu'au début des années 80, les Blues chutaient en troisième division et ne jouaient plus que devant 6.000 spectateurs. Faillite, nouveaux propriétaires... En 2011, Carson Yeung, un homme d'affaires de Hong Kong, rendait espoir aux supporters avec une deuxième victoire en Coupe de la Ligue mais au printemps 2014, il était condamné à six ans de prison pour blanchiment d'argent. Birmingham City est donc à nouveau à vendre. 2005-2006 (Coupe UEFA) FC Séville - Middlesbrough FC 4-0En 1995, lorsque Middlesbrough rejoignait la Premier League sous la direction de BryanRobson, son richissime propriétaire, SteveGibson, rêvait de plus grands succès et transférait NickBarmby (8 millions), JuninhoPaulista (7,5 millions), FabrizioRavanelli (10,5 millions) et Emerson (6 millions). Dès sa deuxième saison au plus haut niveau, le club se qualifiait pour la finale de la Coupe d'Angleterre mais... il descendait. Il ne restait toutefois qu'un an en Championship et SteveMcLaren (ex-adjoint d'AlexFerguson à Manchester United) renforçait l'équipe. En 2004, GarethSouthgate, GeorgeBoateng, BoudewijnZenden et GaizkaMendieta offraient la Coupe de la Ligue au club. Deux ans plus tard, des buts de MarkViduka et JimmyFloydHasselbaink permettaient à Boro de se hisser en finale de la Coupe UEFA. Malgré le 4-0 infligé par le FC Séville à Eindhoven, les supporters faisaient la fête et chantaient We'rejust asmalltowninEurope. Trois ans plus tard, Boro quittait la Premier League. " Nousvoulonsremonterleplusvitepossible", disait le président en 2009. En vain. Mais cinq ans plus tard, avec JelleVossen, le club peut à nouveau rêver de montée. 1966-1967 (Coupe des Villes de Foire) Dinamo Zagreb - Leeds United 2-0, Leeds United - Dinamo Zagreb 0-0. 1967-1968 (Coupe des Villes de Foire) Leeds United - Ferencváros 1-0, Ferencváros - Leeds United 0-0 1970-1971 (Coupe des Villes de Foire) Juventus - Leeds United 2-2, Leeds United - Juventus 1-1 1971 (Coupe des Villes de Foire) FC Barcelone - Leeds United 2-1 1972-1973 (Coupe des Vainqueurs de Coupe) AC Milan - Leeds United 1-0 1974-1975 (Coupe des Champions) Bayern Munich - Leeds United 2-0. " Nous traversons une période difficile mais les exemples de clubs qui ont connu cela avant de renouer avec le succès sont suffisamment nombreux. A partir d'aujourd'hui, nous allons suivre tous les championnats de jeunes et les compétitions interscolaires car ces gamins sont la raison d'être du club ",ditDon Revie en1961, quelquessemainesaprèsavoiréténommé manager de Leeds United. Sa première décision est de remplacer les maillots jaune et bleu par un blanc immaculé. " A l'image du Real Madrid, l'exemple que nous devonssuivre ", ajoute-t-il. Trois ans plus tard, les Peacocks remontent en Division 1. Leeds fait parler de lui grâce à ses jeunes, dont Billy Bremmer et Peter Lorimer,mais aussi ses joueurs expérimentés comme Jack Charlton. Un an après une défaite en finale de la Coupe des Villes de Foire - l'ancêtre de l'Europa League - face au Dinamo Zagreb, Revie conduit son club à la victoire face à Ferencvaros en 1968. Un succès qu'il renouvelle en 1971 face à la Juventus avant de perdre la finale de la dernière édition face à Barcelone, au Camp Nou. Sous ses ordres, Leeds décroche aussi deux titres de champion (1969 et 1974) et une Coupe d'Angleterre (1972). En 1973, il emmène les Peacocks en finale de la Coupe des Vainqueurs de Coupe face au Milan AC. Une rencontre restée dans les annales car, après un but rapidement inscrit par Luciano Chiarugi, l'arbitre grec Christos Michas refuse deux penalties flagrants aux Anglais. Leeds s'incline 1-0. Plusieurs années plus tard, le même Michas est mis en prison pour des affaires de matches truqués. Après un second titre national (1974), Revie succède à Alf Ramsey à la tête de l'équipe nationale et c'est Brian Clough qui devient manager du club pour... 44 jours. Jimmy Armfield rend alors sa splendeur au club, avec une qualification face au Barcelone de Johan Cruijff pour la finale de la Coupe des Clubs Champions, où il affronte le Bayern Munich. Mais les Bavarois l'emportent grâce à des buts de Franz Roth et Gerd Muller. Une nouvelle fois, Leeds a des raisons de se plaindre de l'arbitrage de Michel Kitabdjian qui refuse deux penalties à son tour et annule un but de Peter Lorimer suite aux protestations des Allemands. Huit ans seulement après cette finale européenne, les Peacocks descendent en D2. Ce n'est qu'en 1991 qu'ils retrouvent l'élite. Douze mois plus tard, Elland Road fête un troisième titre sous la houlette de Howard Wilkinson. Dans la foulée, le président Peter Risdale emprunte 90 millions d'euros, somme qu'il espère rembourser grâce aux rentrées de la Ligue des Champions. En 2001, Mark Viduka (9 millions), Robbie Keane (16 millions), Harry Kewell, Olivier Dacourt (11 millions), Lee Bowyer et Rio Ferdinand (27 millions) permettent à Leeds de se hisser en demi-finale de l'épreuve mais deux ans après, la dette (150 millions) est plus élevée que jamais. En Angleterre, l'expression doing a Leeds signifie ainsi faire de mauvaises affaires. " Je vais nous sortir de ces putains de problèmes ", promet alors Massimo Cellino lorsqu'il rachète le club en février 2014. Une année passe et l'Italien débarrasse le plancher suite à des accusations de fraude fiscale. Le club se bat actuellement pour éviter la relégation en troisième division. 1978-1979 (Coupe des Champions) Nottingham Forest - Malmö FF 1-0 1979-1980 (Coupe des Champions) Nottingham Forest - Hambourg 1-0 Le 6 janvier 1975, BrianClough devient manager de Nottingham Forest, un petit club de province sans histoires. " Nous allons produire du beau football ", affirme-t-il. " Si Dieu avait voulu que le football se joue dans les airs, il aurait remplacé les nuages par du gazon. " Joignant le geste à la parole, il taille Forest à sa mesure et, deux ans plus tard, il est sacré champion en D2. L'année suivante, le City Ground rafle le titre en D1. Du jamais vu. " Rome ne s'est peut-être pas construite en un jour mais je n'étais pas là ", dit Clough, que la modestie n'a jamais étouffé. Après avoir remporté le titre, Nottingham surprend aussi l'Europe. Clough soulève la première coupe aux grandes oreilles de l'histoire du club en éliminant Liverpool au premier tour, avant d'écarter l'AEK Athènes, le Grasshopper Zürich, Cologne et Malmö. Forest récidive l'année suivante en battant Hambourg en finale avec, dans ses rangs, des joueurs comme Peter Shilton, Martin O'Neill, Trevor Francis, Garry BirtlesArchie Gemmil et Viv Anderson, le premier international de couleur. We've got the whole world in our hands, un disque gravé par les joueurs, est repris en choeur dans les bars. Le club remporte encore deux Coupes de la Ligue mais, en 1993, il est relégué et Clough, déçu, se retire du monde du football. Après que son président ait acheté Moreno Mannini, Salvatore Matrecano et Gianluca Petrachi, il déclare avec sa verve habituelle : " Je ne peux pas épeler le mot spaghetti car je ne parle pas italien ". Avant d'ajouter : " Comment pourrais-je expliquer à un Italien ce qu'il doit faire du ballon ? Pire : il pourrait me le piquer... " Après trois ans en D3, Colin Calderwood, le douzième manager en treize ans, ramène Forest en Championship (2008) mais la tâche est difficile et tant Steve McLaren qu'Alex McLeish se casse les dents au City Ground. En 2012, le président Nigel Doughty décède, et le club est vendu à la famille koweïtienne Al Hasawi. Alors que l'objectif est de retrouver l'élite dans les cinq ans, Le double champion d'Europe se morfond actuellement dans le ventre mou de la D2. 2009-2010 (Europa League) Atlético Madrid - Fulham (2-1 après prolongations) " Nousavonsunand'avancesurnosprévisions ", disait Mohamed Al-Fayed en 2001, lorsque Fulham rejoignait la Premier League, qu'il avait quittée en 1968. Quatre ans plus tôt, peu après l'accident mortel dont son fils avait été victime en compagnie de la Princesse Diana, l'Egyptien avait acheté ce club moribond de D3 et remercié son président, Jimmy Hill, présentateur de Match of the Day. Les Lilywhites allaient devenir une valeur sûre du football anglais et, en 2010, sous la conduite de Roy Hodgson, ils se hissaient en finale de l'Europa League après avoir éliminé la Juventus, Wolfsbourg et Hambourg. En finale, face à l'Atlético Madrid, ils étaient bien partis pour remporter leur premier trophée européen lorsque, dans les prolongations, Diego Forlan scellait leur sort. En juillet 2013, Al Fayed vendait ses actions pour 300 millions à Shahid Khan. Martin Jol était remplacé par René Meulensteen et, trois mois plus tard, Felix Magath se voyait confier la mission de sauver le club. Mais l'Allemand échouait et Khan était descendu par les médias. "Quandonprendtroisentraîneurssurunesaisonetqu'onn'arrivepas àsemaintenir, c'estqu'onn'yconnaîtrienenfootball. " Fulham ne retenait pas la leçon puisque, en septembre 2014, Magath était limogé à son tour. Fulham flirte avec une nouvelle relégation. 1980-1981 (Coupe UEFA) Ipswich Town - AZ 3-0, AZ - Ipswich Town 4-2 Lorsque AlfRamsey, artisan de la montée du club parmi l'élite, en 1961, rejoint l'équipe nationale (future championne du monde sous ses ordres en 1966), Ipswich Town connaît des moments difficiles. Et ce, jusqu'à l'arrivée de BobbyRobson en 1969. Sous sa coupe, Town devient une valeur sûre de l'élite anglaise et, en 1973, étonne l'Europe entière en éliminant le Real Madrid puis la Lazio. " Ipswich est mon enfant, s'exclame alors Robson. Quand je suis arrivé, il avait besoin qu'on s'occupe de lui. " Quant au propriétaire, JohnCobbold, il ne se laisse pas aveugler par des transferts onéreux. " Un homme extraordinaire, qui sait rester digne dans la défaite ", d'après Robson. " Quand nous gagnons, il commande une bouteille de champagne. Quand nous perdons, il en boit deux. " En treize ans, Bobby n'achète que quatorze nouveaux joueurs, le noyau étant complété chaque année par des jeunes du club. Après un premier succès en Coupe d'Angleterre (1978), Robson prend tout le monde de court en faisant venir deux Néerlandais de Twente : Arnold Mühren (225.000 euros) et Frans Thijssen (330.000 €). " Ils étaient les chaînons manquants de l'équipe. " En 1980-81, les Tractor Boys éliminent l'Aris Salonique, le Bohemians Prague, l'AS Saint-Etienne de Michel Platini et Cologne pour se hisser en finale de la Coupe UEFA, balayant l'AZ Alkmaar à Portland Road (3-0). Au retour, disputé au Stade Olympique d'Amsterdam, ils tremblent un peu mais Thijssen et l'inévitable JohnWark (auteur de 14 buts en Coupe d'Europe) leur permet de conquérir leur première Coupe d'Europe (4-2). De plus, Wark, RusselOsman, RobinTurner, LaurieSivell et KevinO'Callaghan se voient offrir un rôle de figurants dans le film EscapetoVictory tandis que KevinBeattie et PaulCooper doublent MichaelCaine et SylvesterStallone sur le terrain. Les dirigeants de Town offrent un contrat de dix ans (!) à Sir Robson qui rejoint finalement l'équipe nationale, avec laquelle il finit quatrième de la Coupe du Monde 1990. A cette époque, son " enfant ", évolue déjà en D2. Il y retourne pour de bon en 2002. Tous les quinze jours, à Portland Road, les fans passent devant les statues de Ramsey et Robson, uniques vestiges d'un passé lointain.PAR CHRIS TETAERT" Rome n'a peut-être pas été construite en un jour mais je n'étais pas là. " Brian Clough, Nottingham Forest