Le Stade du Pairay accueille deux matches de gala pour le stage belge des français du FC Metz. Sur leur tableau de chasse, les Graoullys inscrivent deux clubs en lettres capitales : Eupen et le Standard. Si les Rouches s'en sortent avec un partage (2-2), Eupen passe à la trappe. Ce mercredi 19 juillet, le soleil frappe fort sur Seraing. Les Pandas font face aux Grenats, devant une assistance bien plus famélique que celle qui se massera, trois jours plus tard, pour le matricule 16.
...

Le Stade du Pairay accueille deux matches de gala pour le stage belge des français du FC Metz. Sur leur tableau de chasse, les Graoullys inscrivent deux clubs en lettres capitales : Eupen et le Standard. Si les Rouches s'en sortent avec un partage (2-2), Eupen passe à la trappe. Ce mercredi 19 juillet, le soleil frappe fort sur Seraing. Les Pandas font face aux Grenats, devant une assistance bien plus famélique que celle qui se massera, trois jours plus tard, pour le matricule 16. En 25 minutes, l'affaire est bouclée. Gauthier Hein, d'abord, puis l'Argentin Geronimo Poblete, à la 24e, se chargent de la sentence. 2-0, le score ne bouge plus. Le jeu des Messins est pauvre, voire très faible, mais il suffit pour se débarrasser d'une Alliance peu accrocheuse, qui sort pourtant de trois matches de préparation convaincants. Symbole d'un groupe sous tension et d'une pression qui fleure la lanterne rouge, les Blanc et Noir se désolidarisent dans les ultimes instants du premier acte. Abdelkarim Hassan, produit d'Aspire et transfuge d'Al-Sadd, déboule sur son flanc gauche et rentre dans les seize mètres. Deux autres nouvelles têtes au Kehrweg, Jordan Lotiès et Nicolas Verdier, lui réclament le cuir. Ils ne le reçoivent pas. Verdier hurle sur son partenaire, puis l'insulte. Leurs coéquipiers doivent intervenir pour mettre fin à la scène de ménage. Luis Garcia en tête, en bon capitaine. Les trois protagonistes principaux sont sortis à la mi-temps par Jordi Condom. Nicolas Verdier, natif de Nice, ressort son tempérament méditerranéen bien trempé, qu'on avait déjà pu observer de temps à autre depuis son arrivée à Malines. Menacé par l'éclosion relative de Moussa Diallo, lors des amicaux, il voit ensuite sa direction désavouer les espoirs placés en lui. Mbaye Leye débarque un mois et demi après sa signature dans les cantons de l'Est. Mais face aux besoins urgents d'efficacité des siens, Condom associe rapidement les deux buteurs. Non sans succès. Eupen marque toujours, ou presque, mais encaisse trop. Au point d'être, de loin, la pire défense du championnat. En manque de confiance, les Pandas s'écharpent à nouveau, le jour même de la présentation de Claude Makélélé. Mickaël Tirpan et Nicolas Verdier, encore, se chauffent à l'entraînement, front contre front. Le coach français calme les deux hommes et comprend d'emblée sa mission : recréer une cohésion de groupe pour assurer le maintien. PAR NICOLAS TAIANA