" L'anecdote est connue mais mérite d'être rappelée : au beau milieu des années 60, quatre garçons dans le vent déchaînaient les passions à travers le monde entier. Eugène Steppé était alors secrétaire général d'Anderlecht et il invita les Beatles à Anderlecht. Son projet était simple : les stars de Liverpool devaient chanter à la mi-temps d'un match de gala. Steppé renonça à son projet fou quand l'impresario de l'orchestre avança les chiffres du cachet : impayable. Il en fallait plus pour gripper cette machin...

" L'anecdote est connue mais mérite d'être rappelée : au beau milieu des années 60, quatre garçons dans le vent déchaînaient les passions à travers le monde entier. Eugène Steppé était alors secrétaire général d'Anderlecht et il invita les Beatles à Anderlecht. Son projet était simple : les stars de Liverpool devaient chanter à la mi-temps d'un match de gala. Steppé renonça à son projet fou quand l'impresario de l'orchestre avança les chiffres du cachet : impayable. Il en fallait plus pour gripper cette machine à projets. Il lançait au moins une idée par jour. Avant et après chaque entraînement, je m'arrangeais pour passer devant son bureau. Je le saluais par politesse mais dans l'espoir aussi qu'il me prie de m'arrêter quelques minutes. Nous évoquions les nouvelles du jour avant que ce géant n'aborde ses formidables souvenirs. Steppé était un visionnaire et il représenta Anderlecht à l'hôtel Ambassador à Paris où naquit l'idée de créer la Coupe d'Europe des Clubs Champions en avril 1955. Il fut immédiatement convaincu que cela révolutionnerait l'histoire du foot. Steppé ne s'était pas trompé. C'était un organisateur hors pair : matches de gala, fêtes de la Saint-Nicolas, création d'un internat au stade, etc. Il formait un duo formidable avec le président Albert Roosens, fin connaisseur de football. Steppé lui apportait ses relations nationales et internationales. Il connaissait les vedettes européennes dont Ferenc Puskas. La presse a rappelé récemment qu'Anderlecht s'était intéresse à lui dès 1948, huit ans avant que la révolution hongroise soit noyée dans le sang par les chars du Pacte de Varsovie. L'affaire capota car les Mauves ne purent offrir le poste de coach au père de cet artiste qui plus tard fit le bonheur du Real Madrid. Steppé était un ambassadeur mais pas un gestionnaire. En 1970, lui qui habitait en face du stade, quitta Anderlecht quand Constant Vanden Stock prit la présidence. Ce fut un coup dur mais, par la suite, il fut le premier manager du RWDM, y fit venir le Real Madrid, grâce aux bonnes relations qu'il entretenait toujours avec ce club, pour l'inauguration d'une nouvelle tribune, engagea Johan Boskamp à Molenbeek, etc. Il £uvra aussi à l'Olympic Charleroi et brièvement à l'OM en 1972, à l'époque du président Marcel Leclerc et d'un immense joueur : Roger Magnusson. Steppé ne s'attarda guère à Marseille car le club était secoué par des guerres intestines difficiles à comprendre pour un homme normal. Steppé s'est éteint le 5 novembre 2002, à 84 ans. "l né en 1941, heylens fut un excellent back droit (67x diable rouge, équipe d'europe 65, mondial 70 au mexique, 7 titres et 3 coupes de belgique avec anderlecht). coacha une douzaine de clubs (passa 5 ans au losc et fut coach belge 1984 à seraing)propos recueillis par pierre bilic