Derrière les costumes se cachent bien évidemment des hommes et des femmes. C'est eux qui donnent vie à ces costumes. " Il faut mettre une ambiance saine dans le stade en faisant le tour de toutes les tribunes, en les animant. Il faut que les joueurs ressentent l'adrénaline d'un stade comble et c'est mon rôle de le faire ressortir ", explique Ludovic Jacques, l'homme qui incarne Super ...

Derrière les costumes se cachent bien évidemment des hommes et des femmes. C'est eux qui donnent vie à ces costumes. " Il faut mettre une ambiance saine dans le stade en faisant le tour de toutes les tribunes, en les animant. Il faut que les joueurs ressentent l'adrénaline d'un stade comble et c'est mon rôle de le faire ressortir ", explique Ludovic Jacques, l'homme qui incarne Super Zèbre depuis l'an dernier. " C'était un pari à la base ", raconte Melanie Joos, la Squaw Mel de Gand depuis 2010. " Benjamin (Buffalo Ben, ndlr) était la mascotte depuis 10 ans et un certain nombre de gens avaient envie qu'il y ait une mascotte féminine en plus... J'ai accepté le défi. " A Bruges, Benedikt Bethuyne a suivi le rêve... de sa femme. " C'était en 2001, Bruges lançait ses mascottes sous l'impulsion d'Antoine Vanhove. Je le connaissais bien et je l'ai appelé. Deux mois après, le Club demandait à ma femme de venir. Ensuite, c'est moi qui m'y suis mis ", raconte celui qui porte le costume de Béné, tandis que sa femme est Belle. N'allez cependant pas croire qu'il est facile d'être une mascotte. La plus grosse difficulté, " c'est le costume ", confie Jarne Boyen. " Il y fait très chaud. Le physique prime énormément ", confirme Ludovic. Mais Benedikt met autre chose en avant : " Le plus compliqué est de rester positif quand nous sommes encore une fois désavantagés par une grossière erreur d'arbitrage qui nous coûte une victoire. Nous sommes proches de l'arbitre et nous devons pouvoir nous retenir en mots et en actes. " Pour tous, ce job de bénévole est une vraie fierté. " Être la mascotte d'un grand club est vraiment un honneur ", confirme Benedikt. " C'est une fierté parce que Super Zèbre représente le Sporting Charleroi mais aussi une ville et un peuple. Être un pion essentiel au milieu de l'échiquier, c'est super important ", continue Ludovic. " Cela me rend heureux ", ajoute Jarne Boyen, le Binkie de Saint-Trond.