24 ans, c'est le laps de temps que l'Argentine attend, à la recherche d'un nouveau succès et d'un successeur à Maradona. De nombreuses personnes pensaient que Lionel Messi, élu à juste titre Footballeur mondial de l'année il y a six mois, allait reprendre le flambeau en Afrique du Sud. Mais le jeune homme de Barcelone s'avéra trop frêle pour la bataille des chefs d'orchestre. A 23 ans, il n'a pas pu se faire une place au panthéon absolu du football, où figurent Maradona et Alfredo Di Stefano, la Saeta rubia (la Flèche blonde). Le foot argentin ne manque pas de grands joueurs mais, aux yeux des Gauchos, Messi est encore loin d'être une superstar. Fin 2009, il a été élu Joueur de l'année mais dans son pays, il a dû laisser le titre de Personnalité sportive de l'année, un trophée décerné par les journalistes sportifs, au tennisman Juan Martin Del Potro, alors class...

24 ans, c'est le laps de temps que l'Argentine attend, à la recherche d'un nouveau succès et d'un successeur à Maradona. De nombreuses personnes pensaient que Lionel Messi, élu à juste titre Footballeur mondial de l'année il y a six mois, allait reprendre le flambeau en Afrique du Sud. Mais le jeune homme de Barcelone s'avéra trop frêle pour la bataille des chefs d'orchestre. A 23 ans, il n'a pas pu se faire une place au panthéon absolu du football, où figurent Maradona et Alfredo Di Stefano, la Saeta rubia (la Flèche blonde). Le foot argentin ne manque pas de grands joueurs mais, aux yeux des Gauchos, Messi est encore loin d'être une superstar. Fin 2009, il a été élu Joueur de l'année mais dans son pays, il a dû laisser le titre de Personnalité sportive de l'année, un trophée décerné par les journalistes sportifs, au tennisman Juan Martin Del Potro, alors classé cinquième à l'ATP. Pour la plupart des Argentins, Messi n'est pas vraiment l'un des leurs. On affirme qu'il a le c£ur froid. " Messi n'est pas un vrai Argentin ", disaient des graffiti à Buenos Aires. On le surnomme d'ailleurs le Catalan. Ils admettent mal que le gamin de Rosario, une triste ville industrielle à 300 km au nord-ouest de Buenos Aires, ait quitté le pays à l'âge de 13 ans à peine et qu'il joue beaucoup mieux sous le maillot de Barcelone que sous celui de l'Albiceleste. Un préjugé encore renforcé par Maradona lui-même en 2008. " Messi joue parfois pour lui-même ", avait dit, à l'époque, El Pibe. " Il s'occupe tellement de sa petite personne qu'il en oublie parfois ses équipiers. Il représente le Messi Football Club. " Dans la même interview télévisée, il l'avait surnommé chupón, un gamin qui veut toujours le ballon, comme dans la cour de l'école. Plus tard, il avait encore déclaré aux médias que le Catalan d'adoption manquait de caractère. Alors que l'Argentine était obligée de remporter son dernier match de qualification du tournoi sud-américain pour participer à la Coupe du Monde, 60 % des lecteurs du quotidien Clarin estimèrent que Messi devait être remplacé dans le onze de base par Martin Palermo. " Le meilleur footballeur du monde est un Argentin qui compte moins de supporters qu'un arbitre ", écrivait Claudio Mauri. " En Europe, on le porte aux nues. Ici, on le descend ", dit son père, Jorge Messi, à la télévision. Les accusations selon lesquelles Messi ne se sent pas Argentin ne reposent sur rien. A l'âge de 17 ans, il reçut un passeport espagnol et aurait pu opter pour la Roja mais il n'a pas suivi l'exemple de Di Stefano. Et il y a deux ans, contre l'avis du Barça, il s'est rendu en Chine afin d'aider son pays à conquérir le titre olympique. Il est vrai que le joueur qui, en Catalogne, semble descendre d'une autre planète, redevient humain à chaque fois qu'il porte le maillot de son équipe nationale. Mais est-ce sa faute ? Il ne fait aucun doute qu'au Barça, il est mieux entouré. En sélection, il ne peut pas compter sur un Xavi ou sur un Iniesta derrière lui. Face à l'Allemagne, l'Argentine ne ressemblait pas à une équipe mais à une somme d'onze individualités qui cherchaient, chacune de son côté, à résoudre le problème. Certains observateurs affirment que Messi est surtout moins bon en équipe nationale depuis que Maradona est sélectionneur. Pas seulement parce que Diego serait un mauvais entraîneur mais aussi parce qu'il est jaloux et qu'il fait en sorte de ne jamais mettre le joueur en évidence. Maradona travaillerait contre Messi parce qu'il voudrait rester le seul dieu footballistique du pays ! En Afrique du Sud, il protégea cependant toujours son successeur potentiel. Après le match face au Mexique, il affirma que sa star avait subi un traitement scandaleux. " J'ai connu cela voici vingt ans également ", a-t-il rappelé. " J'avais toujours trois joueurs sur moi. Ce n'est pas grave mais le pire c'est que, chaque fois que Messi a le ballon, ils essaient de le descendre. "Après l'élimination de l' Albiceleste, Maradona récusa toute critique à l'égard de Messi. " J'ai vu ce gamin pleurer dans le vestiaire. Ceux qui mettent en cause son engagement pour la cause de l'Argentine feraient mieux de se taire. " S'il n'a pas inscrit le moindre but, Messi n'a pas livré un mauvais tournoi mais il n'avait aucune chance d'être comparé à son illustre prédécesseur. Maradona marqua le Mondial 1986 de son empreinte et emmena ensuite un club aussi modeste que Naples à la victoire en championnat d'Italie (deux titres) et en Coupe de l'UEFA. Messi ne s'est pas (encore) montré capable de tirer l'Argentine vers les sommets mais on oublie trop vite qu'il n'a encore que 23 ans. En 1986, Maradona en avait pratiquement 26. Et Messi est le premier à admettre qu'au cours des 30 dernières années, l'Argentine n'a connu qu'un maestro : Dieguito. " Même si je joue pendant un million d'années, je ne ferai jamais aussi bien que lui ", conclut-il. l par françois colin, en afrique du sud