" Ce que j'attends de ces quatre années à Anderlecht ? Qu'elles me permettent d'étoffer mon palmarès ", dit Mbo Mpenza, lors de sa présentation officielle au Parc Astrid, vendredi passé. " Pour le moment, je n'ai gagné qu'un seul titre, avec le Sporting du Portugal. J'espère être davantage verni avec son homologue belge. En tant qu'international, j'avais incontestablement un retard à combler sur ce plan, ainsi qu'au niveau de la notoriété. A 27 ans, je ne cache pas qu'il me tardait de jouer moi aussi pour un club emblématique, comparable à ce qu'ont vécu ou vivent toujours d'autres Diables Rouges, à l'Ajax Amsterdam, Schalke, Marseille, Lyon et j'en passe. Mouscron n'était pas comparable à ces noms-là, mais je saurai toujours gré aux Hurlus de m'avoir accordé ma première chance parmi l'élite, jadis, ainsi que de m'avoir repêché durant l'hiver 2002, alors que je n'en menais pas large à Galatasaray. Je ne l'oublierai jamais, mais si je voulais peaufiner mon curriculum vitae, il fallait évidemment que j'y songe maintenant, à près de 28 ans. J'avais à c£ur d'aboutir à la fois dans un club qui m'interpelle et où j'étais sûr d'être bien accepté. Ces deux conditions étaient remplies chez les Mauves puisque j'ai toujours apprécié de jouer dans ce temple qu'est le stade Constant Vanden Stock et qu'au fil des ans, j'y ai tissé des liens avec plusieurs joueurs. Je me réjouis aussi à l'idée d'être perçu, au départ, comme un attaquant en lieu et place d'un flanc droit. Personnellement, c'est devant que je me sens le plus à l'aise. Certains mettent peut-être en doute ma future complémentarité avec Aruna Dindane. Nous sommes peut-être tous deux davantage des passeurs que des finisseurs mais si nous accordons parfaitement nos violons, nous améliorerons nos moyennes respectives qui ont toujours oscillé entre les dix et les 15 buts ces dernières années. Au contact de mes nouveaux partenaires, j'espère en tout cas devenir un meilleur joueur, aussi bien dans le jeu que dans le domaine de la finition. Si j'y arrive, tout porte à croire que j'améliorerai aussi mes statistiques en équipe nationale. Je n'ai toujours pas marqué pour le moment en sélection. Il est temps que je remédie à cette situation ".

" Ce que j'attends de ces quatre années à Anderlecht ? Qu'elles me permettent d'étoffer mon palmarès ", dit Mbo Mpenza, lors de sa présentation officielle au Parc Astrid, vendredi passé. " Pour le moment, je n'ai gagné qu'un seul titre, avec le Sporting du Portugal. J'espère être davantage verni avec son homologue belge. En tant qu'international, j'avais incontestablement un retard à combler sur ce plan, ainsi qu'au niveau de la notoriété. A 27 ans, je ne cache pas qu'il me tardait de jouer moi aussi pour un club emblématique, comparable à ce qu'ont vécu ou vivent toujours d'autres Diables Rouges, à l'Ajax Amsterdam, Schalke, Marseille, Lyon et j'en passe. Mouscron n'était pas comparable à ces noms-là, mais je saurai toujours gré aux Hurlus de m'avoir accordé ma première chance parmi l'élite, jadis, ainsi que de m'avoir repêché durant l'hiver 2002, alors que je n'en menais pas large à Galatasaray. Je ne l'oublierai jamais, mais si je voulais peaufiner mon curriculum vitae, il fallait évidemment que j'y songe maintenant, à près de 28 ans. J'avais à c£ur d'aboutir à la fois dans un club qui m'interpelle et où j'étais sûr d'être bien accepté. Ces deux conditions étaient remplies chez les Mauves puisque j'ai toujours apprécié de jouer dans ce temple qu'est le stade Constant Vanden Stock et qu'au fil des ans, j'y ai tissé des liens avec plusieurs joueurs. Je me réjouis aussi à l'idée d'être perçu, au départ, comme un attaquant en lieu et place d'un flanc droit. Personnellement, c'est devant que je me sens le plus à l'aise. Certains mettent peut-être en doute ma future complémentarité avec Aruna Dindane. Nous sommes peut-être tous deux davantage des passeurs que des finisseurs mais si nous accordons parfaitement nos violons, nous améliorerons nos moyennes respectives qui ont toujours oscillé entre les dix et les 15 buts ces dernières années. Au contact de mes nouveaux partenaires, j'espère en tout cas devenir un meilleur joueur, aussi bien dans le jeu que dans le domaine de la finition. Si j'y arrive, tout porte à croire que j'améliorerai aussi mes statistiques en équipe nationale. Je n'ai toujours pas marqué pour le moment en sélection. Il est temps que je remédie à cette situation ".