Une image vaut parfois mieux qu'un long discours. Après avoir effectué un tour de terrain et avoir communié longuement avec la T3, les Rouches se retrouvent " tous ensemble " (chant entonné d'ailleurs en choeur) devant la tribune présidentielle pour immortaliser le moment. Les joueurs mais aussi le staff, les teams managers, le directeur sportif, Olivier Renard, le directeur opérationnel, Alexandre Grosjean, le pourtant discret directeur de la communication, Olivier Smeets, personne ou presque ne manque à l'appel. Seul le président, Bruno Venanzi ne s'est pas invité à ce rassemblement festif aux allures de photo de famille.

Malgré la tempête médiatique qui s'est abattue sur Sclessin suite à la rumeur de l'arrivée imminente de Michel Preud'homme, le groupe a tenu à afficher qu'il était plus uni que jamais. La victoire heureuse face à des Carolos qui, plus que jamais, sentent dans leur dos le souffle de leur rival wallon, a permis de prolonger une fête qui avait débuté deux semaines plus tôt lors de la victoire en finale de la Coupe de Belgique. Car ce succès, décroché dans la douleur mais qui a une nouvelle fois exprimé le dévouement total des joueurs pour leur coach, a changé beaucoup de choses.

Qui aurait cru un seul instant après l'annonce du départ de leur attaquant numéro un, Orlando Sá, que Bruno Venanzi allait connaître, un mois plus tard, une fin de saison particulièrement sereine (du moins sportivement) ? La départ de Sá était une nouvelle preuve selon certains observateurs, de l'incompétence de ce jeune président. Aujourd'hui, la situation a totalement basculé, à l'image d'une pièce qui depuis 2018, ou plutôt après la défaite à Waregem, tombe systématiquement du bon côté. Ces résultats sportifs à l'avenant ont entraîné des finances qui le sont tout autant alors qu'Olivier Renard avait dû se serrer la ceinture lors du mercato hivernal. Les 20 % des droits du transferts de Jonathan Viera vers la Chine (autrement dit, 3,6 millions d'euros), le pactole emmagasiné grâce à la vente forcée de l'attaquant portugais, la qualification pour les plays-offs 1 cumulée à celle pour les poules de l'Europa League, ont redonné des ailes à tout un club.

Ces résultats positifs ont aussi permis à de nombreux joueurs d'augmenter leur valeur marchande. Passage en revue des forces et faiblesses en présence du côté de Sclessin.

À la recherche d'un numéro 1

Si Jean-François Gillet a vécu douloureusement l'arrivée de Guillermo Ochoa, qu'il jugeait comme de la concurrence déloyale vu la réputation du gardien mexicain et le salaire qui accompagnait sa venue, l'expérimenté portier liégeois est resté exemplaire tout au long de la saison. L'an prochain, son statut de numéro 2 ne devrait pas évoluer mais il devrait voir débarquer un autre rempart en lieu et place d'Ochoa. Le Standard veut profiter de la prochaine Coupe du Monde pour vendre au meilleur prix le gardien mexicain (qui n'est malheureusement plus titulaire avec sa sélection). Le Standard est à la recherche d'un gardien qui rassure davantage sa défense sur les sorties aériennes. Le profil de Ochoa étant trop similaire à celui de Gillet. Reste à voir le sort qui sera attribué au jeune Arnaud Bodart, dont tout le monde au club souligne la progression constante, et qui pourrait être prêté afin d'accumuler les minutes.

Derrière, la jeunesse arrive

Au niveau du secteur défensif, les satisfactions sont nombreuses. Collins Fai, qui avait connu une campagne décevante l'an dernier, était tout proche d'un départ l'été dernier. Aujourd'hui, il n'en est plus question. Sa polyvalence à droite et à gauche le rend indispensable d'autant que tout le monde souligne le caractère et la personnalité de l'international camerounais. L'autre arrière latéral, Luis Pedro Cavanda, a réussi ces derniers mois à faire taire les sceptiques. Son option d'achat, qui flirte avec les 2 millions d'euros, devrait être levée d'autant que sa valeur marchande est montée en flèche. Dans l'axe, Christian Luyindama est la révélation de la saison. Un départ n'est pas à exclure car l'international congolais aimerait profiter de la hype qui l'entoure pour décrocher un juteux contrat, peu importe la latitude. Konstantinos Laifis a, lui, connu une saison plus difficile mais l'option devrait toutefois être levée également. D'autant que l'intéressé a déjà formulé son envie de prolonger son expérience au Standard. Arrivé cet hiver en prêt dans les dernières heures du mercato, Georgios Koutroubis, ne sera pas prolongé, malgré sa belle prestation en finale de la Coupe de Belgique. Car le Standard a déjà son successeur en magasin, puisque le club principautaire compte énormément sur le jeune Zinho Vanheusden (18 ans), qui, débarrassé de ses ennuis physiques, devrait concourir à une place de titulaire dès la saison prochaine. Autre promesse chez les jeunes, le défenseur central gaucher, Dimitri Lavalée (21 ans), a pris de l'envergure ces derniers mois et devrait également recevoir sa chance. Les plus anciens, Sébastien Pocognoli (qui a retrouvé une place de titulaire face à Charleroi) ou Réginal Goreux devraient poursuivre leur aventure en rouche. Ces deux éléments expérimentés semblent essentiels aux yeux des décideurs liégeois dans un rôle qui dépasse celui du terrain.

Gojko Cimirot devrait afficher l'étendue de son potentiel la saison prochaine., BELGAIMAGE
Gojko Cimirot devrait afficher l'étendue de son potentiel la saison prochaine. © BELGAIMAGE

Les bonnes trouvailles du milieu

Dans l'entrejeu, le Standard a visé juste en transférant en l'espace d'un an, Razvan Marin, Uche Agbo ou Gojko Cimirot. L'international roumain sera difficile à retenir car l'intérêt est grandissant (notamment parmi les cercles italiens) pour cet élément, dont le coup de patte a été, à de nombreuses reprises, décisif. La direction du Standard devrait également pouvoir monnayer son international nigérian, qui sauf surprise sera présent à la Coupe du Monde. À l'image du transfert de Marin, arrivé en janvier 2017, Cimirot, que le Standard pistait depuis longtemps et dont le profil accrocheur se rapproche d'un Steven Defour, devrait afficher l'étendue de son potentiel la saison prochaine. Quant à Merveille Bokadi, sur lequel Ricardo Sa Pinto comptait beaucoup en début de saison, il revient timidement dans le parcours après avoir été victime d'une rupture des ligaments croisés du genou.

Sur les côtés, le Standard dispose d'une force de frappe quasi unique en Belgique. Le retour de Mehdi Carcela est d'ores et déjà un énorme succès. Si la volonté première du joueur était de retrouver du temps de jeu et de postuler pour la prochaine Coupe du Monde avant de repartir pour un tour à l'étranger, la chaleur de la Cité Ardente et l'ambition retrouvée à Sclessin l'incitent à prolonger l'aventure. Junior Edmilson devrait, lui, quitter le Standard cet été, même si le club aimerait le garder une saison de plus. Une clause dans son contrat devrait faciliter son départ. Revenu cet été pour redonner des couleurs plus rouches au Standard, Paul-José Mpoku devrait enfin se poser, même si la direction a reçu une offre très intéressante cet hiver pour l'international congolais. Moussa Djenepo, dont tout le monde au club souligne les grandes qualités tant humaines que ballon au pied, devrait recevoir davantage sa chance l'an prochain dans un rôle de deuxième attaquant afin de donner plus de profondeur au jeu du Standard. Le jeune Ukrainien, Valeriy Luchkevych, titularisé à seulement trois reprises, devrait par contre chercher du temps de jeu ailleurs. Quant à Dieumerci Ndongala, prêté cet hiver à Genk, son avenir au Standard est définitivement bouché.

L'échec Carlinhos

Devant, la direction du Standard croit beaucoup en Duje Cop, qui a signé un contrat de quatre ans l'été dernier, et qui n'a pu encore exploiter totalement son talent. Sa participation probable à la prochaine Coupe du Monde avec la sélection croate devrait faire grimper sa cote. Quant au sauveur de cette fin de saison, Renaud Emond, il est désormais indiscutable. Ou comme passer de paria à incontournable. Si dans un passé récent, son père, Philippe, a connu des relations houleuses avec la direction du Standard, les nombreux buts des dernières semaines et le départ de Sá ont totalement changé la donne. Reste que le Standard est à la recherche d'un attaquant supplémentaire afin renforcer le secteur offensif. Car le transfert de Carlinhos doit être considéré comme un échec, même si à sa décharge, des problèmes privés ont rendu son acclimatation difficile. Si la fin de championnat peut encore évidemment bousculer les tendances, sans compter la Coupe du Monde où quatre Standardmen (Ochoa, Agbo, Cop et Carcela) pourraient être appelés, la direction compte bien plus de certitudes que d'inconnues. Il y a douze mois, la seule certitude était qu'il fallait quasiment tout reconstruire.

Une image vaut parfois mieux qu'un long discours. Après avoir effectué un tour de terrain et avoir communié longuement avec la T3, les Rouches se retrouvent " tous ensemble " (chant entonné d'ailleurs en choeur) devant la tribune présidentielle pour immortaliser le moment. Les joueurs mais aussi le staff, les teams managers, le directeur sportif, Olivier Renard, le directeur opérationnel, Alexandre Grosjean, le pourtant discret directeur de la communication, Olivier Smeets, personne ou presque ne manque à l'appel. Seul le président, Bruno Venanzi ne s'est pas invité à ce rassemblement festif aux allures de photo de famille. Malgré la tempête médiatique qui s'est abattue sur Sclessin suite à la rumeur de l'arrivée imminente de Michel Preud'homme, le groupe a tenu à afficher qu'il était plus uni que jamais. La victoire heureuse face à des Carolos qui, plus que jamais, sentent dans leur dos le souffle de leur rival wallon, a permis de prolonger une fête qui avait débuté deux semaines plus tôt lors de la victoire en finale de la Coupe de Belgique. Car ce succès, décroché dans la douleur mais qui a une nouvelle fois exprimé le dévouement total des joueurs pour leur coach, a changé beaucoup de choses. Qui aurait cru un seul instant après l'annonce du départ de leur attaquant numéro un, Orlando Sá, que Bruno Venanzi allait connaître, un mois plus tard, une fin de saison particulièrement sereine (du moins sportivement) ? La départ de Sá était une nouvelle preuve selon certains observateurs, de l'incompétence de ce jeune président. Aujourd'hui, la situation a totalement basculé, à l'image d'une pièce qui depuis 2018, ou plutôt après la défaite à Waregem, tombe systématiquement du bon côté. Ces résultats sportifs à l'avenant ont entraîné des finances qui le sont tout autant alors qu'Olivier Renard avait dû se serrer la ceinture lors du mercato hivernal. Les 20 % des droits du transferts de Jonathan Viera vers la Chine (autrement dit, 3,6 millions d'euros), le pactole emmagasiné grâce à la vente forcée de l'attaquant portugais, la qualification pour les plays-offs 1 cumulée à celle pour les poules de l'Europa League, ont redonné des ailes à tout un club. Ces résultats positifs ont aussi permis à de nombreux joueurs d'augmenter leur valeur marchande. Passage en revue des forces et faiblesses en présence du côté de Sclessin. Si Jean-François Gillet a vécu douloureusement l'arrivée de Guillermo Ochoa, qu'il jugeait comme de la concurrence déloyale vu la réputation du gardien mexicain et le salaire qui accompagnait sa venue, l'expérimenté portier liégeois est resté exemplaire tout au long de la saison. L'an prochain, son statut de numéro 2 ne devrait pas évoluer mais il devrait voir débarquer un autre rempart en lieu et place d'Ochoa. Le Standard veut profiter de la prochaine Coupe du Monde pour vendre au meilleur prix le gardien mexicain (qui n'est malheureusement plus titulaire avec sa sélection). Le Standard est à la recherche d'un gardien qui rassure davantage sa défense sur les sorties aériennes. Le profil de Ochoa étant trop similaire à celui de Gillet. Reste à voir le sort qui sera attribué au jeune Arnaud Bodart, dont tout le monde au club souligne la progression constante, et qui pourrait être prêté afin d'accumuler les minutes. Au niveau du secteur défensif, les satisfactions sont nombreuses. Collins Fai, qui avait connu une campagne décevante l'an dernier, était tout proche d'un départ l'été dernier. Aujourd'hui, il n'en est plus question. Sa polyvalence à droite et à gauche le rend indispensable d'autant que tout le monde souligne le caractère et la personnalité de l'international camerounais. L'autre arrière latéral, Luis Pedro Cavanda, a réussi ces derniers mois à faire taire les sceptiques. Son option d'achat, qui flirte avec les 2 millions d'euros, devrait être levée d'autant que sa valeur marchande est montée en flèche. Dans l'axe, Christian Luyindama est la révélation de la saison. Un départ n'est pas à exclure car l'international congolais aimerait profiter de la hype qui l'entoure pour décrocher un juteux contrat, peu importe la latitude. Konstantinos Laifis a, lui, connu une saison plus difficile mais l'option devrait toutefois être levée également. D'autant que l'intéressé a déjà formulé son envie de prolonger son expérience au Standard. Arrivé cet hiver en prêt dans les dernières heures du mercato, Georgios Koutroubis, ne sera pas prolongé, malgré sa belle prestation en finale de la Coupe de Belgique. Car le Standard a déjà son successeur en magasin, puisque le club principautaire compte énormément sur le jeune Zinho Vanheusden (18 ans), qui, débarrassé de ses ennuis physiques, devrait concourir à une place de titulaire dès la saison prochaine. Autre promesse chez les jeunes, le défenseur central gaucher, Dimitri Lavalée (21 ans), a pris de l'envergure ces derniers mois et devrait également recevoir sa chance. Les plus anciens, Sébastien Pocognoli (qui a retrouvé une place de titulaire face à Charleroi) ou Réginal Goreux devraient poursuivre leur aventure en rouche. Ces deux éléments expérimentés semblent essentiels aux yeux des décideurs liégeois dans un rôle qui dépasse celui du terrain. Dans l'entrejeu, le Standard a visé juste en transférant en l'espace d'un an, Razvan Marin, Uche Agbo ou Gojko Cimirot. L'international roumain sera difficile à retenir car l'intérêt est grandissant (notamment parmi les cercles italiens) pour cet élément, dont le coup de patte a été, à de nombreuses reprises, décisif. La direction du Standard devrait également pouvoir monnayer son international nigérian, qui sauf surprise sera présent à la Coupe du Monde. À l'image du transfert de Marin, arrivé en janvier 2017, Cimirot, que le Standard pistait depuis longtemps et dont le profil accrocheur se rapproche d'un Steven Defour, devrait afficher l'étendue de son potentiel la saison prochaine. Quant à Merveille Bokadi, sur lequel Ricardo Sa Pinto comptait beaucoup en début de saison, il revient timidement dans le parcours après avoir été victime d'une rupture des ligaments croisés du genou. Sur les côtés, le Standard dispose d'une force de frappe quasi unique en Belgique. Le retour de Mehdi Carcela est d'ores et déjà un énorme succès. Si la volonté première du joueur était de retrouver du temps de jeu et de postuler pour la prochaine Coupe du Monde avant de repartir pour un tour à l'étranger, la chaleur de la Cité Ardente et l'ambition retrouvée à Sclessin l'incitent à prolonger l'aventure. Junior Edmilson devrait, lui, quitter le Standard cet été, même si le club aimerait le garder une saison de plus. Une clause dans son contrat devrait faciliter son départ. Revenu cet été pour redonner des couleurs plus rouches au Standard, Paul-José Mpoku devrait enfin se poser, même si la direction a reçu une offre très intéressante cet hiver pour l'international congolais. Moussa Djenepo, dont tout le monde au club souligne les grandes qualités tant humaines que ballon au pied, devrait recevoir davantage sa chance l'an prochain dans un rôle de deuxième attaquant afin de donner plus de profondeur au jeu du Standard. Le jeune Ukrainien, Valeriy Luchkevych, titularisé à seulement trois reprises, devrait par contre chercher du temps de jeu ailleurs. Quant à Dieumerci Ndongala, prêté cet hiver à Genk, son avenir au Standard est définitivement bouché. Devant, la direction du Standard croit beaucoup en Duje Cop, qui a signé un contrat de quatre ans l'été dernier, et qui n'a pu encore exploiter totalement son talent. Sa participation probable à la prochaine Coupe du Monde avec la sélection croate devrait faire grimper sa cote. Quant au sauveur de cette fin de saison, Renaud Emond, il est désormais indiscutable. Ou comme passer de paria à incontournable. Si dans un passé récent, son père, Philippe, a connu des relations houleuses avec la direction du Standard, les nombreux buts des dernières semaines et le départ de Sá ont totalement changé la donne. Reste que le Standard est à la recherche d'un attaquant supplémentaire afin renforcer le secteur offensif. Car le transfert de Carlinhos doit être considéré comme un échec, même si à sa décharge, des problèmes privés ont rendu son acclimatation difficile. Si la fin de championnat peut encore évidemment bousculer les tendances, sans compter la Coupe du Monde où quatre Standardmen (Ochoa, Agbo, Cop et Carcela) pourraient être appelés, la direction compte bien plus de certitudes que d'inconnues. Il y a douze mois, la seule certitude était qu'il fallait quasiment tout reconstruire.