Laurent Blanc n'a pas été tendre au moment de dresser le bilan français sur les terrains de l'EURO 2004. " Cette équipe a toujours donné l'impression qu'elle pouvait faire mieux, qu'elle pouvait accélérer, qu'elle pouvait maîtriser son sujet ", a déclaré l'ancien Président de la défense française. " Vu le match signé face à la Grèce, je crois qu'il y avait des pépins, des problèmes physiques mais certainement un manque de liant dans le jeu. C'était très préjudiciable, dans la mesure où quand on doit revenir au score, s'il n'y a pas de fluidité entre les lignes, on y parvient beaucoup plus difficilement, à part des coups de pied arrêtés et des exploits individuels ". ...

Laurent Blanc n'a pas été tendre au moment de dresser le bilan français sur les terrains de l'EURO 2004. " Cette équipe a toujours donné l'impression qu'elle pouvait faire mieux, qu'elle pouvait accélérer, qu'elle pouvait maîtriser son sujet ", a déclaré l'ancien Président de la défense française. " Vu le match signé face à la Grèce, je crois qu'il y avait des pépins, des problèmes physiques mais certainement un manque de liant dans le jeu. C'était très préjudiciable, dans la mesure où quand on doit revenir au score, s'il n'y a pas de fluidité entre les lignes, on y parvient beaucoup plus difficilement, à part des coups de pied arrêtés et des exploits individuels ". La France cramée, la France sans états d'âme, la France sans chef de gang dans la mesure où Zinédine Zidane ne sera jamais le patron de la taule ? Cette catastrophe après celle de la Coupe du Monde annonce-t-elle le déclin du football français ? La question est posée par les médias de l'Hexagone ? L'embourgeoisement actuel est-il le fait d'une génération repue, couverte d'argent ou de lauriers, ou faut-il chercher plus profondément les raisons de ces échecs cuisants ? Le fait que Marseille et Monaco aient atteint la finale de la Coupe de l'UEFA et de la Ligue des Champions a-t-il chloroformé un football français trop certain de ses forces et de son talent ? Est-ce la fin d'une génération de surdoués ? Il y a probablement un peu de tout cela et L'Equipe n'a pas hésité à écrire : " Allez, à la maison. Indéfendable ". Et le journal d'énumérer les raisons de cette catastrophe en précisant : " Cette équipe de France avait, tactiquement, tendance à faire n'importe quoi. Il n'y avait plus de fonds de jeu avec un football sans consistance et totalement dispersé ". Michel Platini avait ajouté une couche en précisant avant la mise à mort par les Grecs : " Les Bleus ne sont pas meilleurs qu'en 2002. A la différence de la Coupe du Monde, cette fois on a juste eu de la chance en plus ". Jacques Santini ne le mesurait-il pas ? Il s'en ira vers Tottenham avec un cinglant échec dans ses bagages. Son bilan est moins glorieux que celui du discuté Roger Lemerre qui, il y a quatre ans, remporta l'EURO 2000. MARCEL DESAILLY ne quittera pas Chelsea pour renforcer Marseille. SOCHAUX s'intéresse de près à Dimitri Boulikine, attaquant du Dynamo Moscou. JéRÔME ROTHEN portera bien le maillot du PSG la saison prochaine. FRANK LEB£UF, 36 ans, songe à mettre un terme à sa carrière après avoir joué un an au Qatar. Il ne devrait pas tarder à prendre sa décision. FRéDéRIC PIQUIONNE a été prêté par Rennes à St-Etienne. MAURICIO POCHETTINO, le défenseur argentin de Bordeaux, a signé un contrat de trois ans à l'Espanyol de Barcelone. LAURENT LEROY, 28 ans, ex-Neuchâtel, devrait signer un contrat à Nice. LENS : la moyenne des salaires est de 45.000 euros par mois. PASCAL FEINDOUNO de Bordeaux intéresse vivement le FC Séville. ADAILTON, un arrière central brésilien de Bahia, est sur le point de parapher un accord à Rennes. MONACO se multiplie. La vente de Ludovic Giuly a rapporté six millions d'euros et celle de Jérôme Rothen non moins de 11 millions d'euros. Côté achats, les finalistes de la Ligue des Champions s'intéressent à François Modesto, arrière français de Cagliari, à Seyi George Olofinjana, médian nigérian de Brann Bergen. Les Monégasques songent aussi à deux joueurs de l'Inter : Emre et Mohamed Kallon. SOCHAUX a palpé 8 millions d'euros pour le transfert de Pierre-Alain Frau qui a été cédé à Lyon. (P. Bilic)