Barré par Jasper Cillessen à l'Ajax, Kenneth Vermeer a mis le cap sur Feyenoord, l'ennemi juré des Amstellodamois, en 2014. Il n'était que le neuvième joueur à passer d'un camp à l'autre. Le directeur technique Marc Overmars était prêt à le laisser partir pour un rien - un million -...

Barré par Jasper Cillessen à l'Ajax, Kenneth Vermeer a mis le cap sur Feyenoord, l'ennemi juré des Amstellodamois, en 2014. Il n'était que le neuvième joueur à passer d'un camp à l'autre. Le directeur technique Marc Overmars était prêt à le laisser partir pour un rien - un million -, par gratitude. C'est que Vermeer, transféré de Neerlandia/SLTO à treize ans, avait conduit l'Ajax au titre 2013, après la blessure de Maarten Stekelenburg. Le Kuip l'a chaleureusement accueilli. Il y a de quoi : en 30 matches, Vermeer a préservé ses filets à dix reprises la première saison puis onze fois la deuxième en championnat et à trois reprises en coupe, le premier trophée en huit ans. Vermeer a des réflexes de chat et tente de saisir le ballon au lieu de le boxer. Il possède une excellente relance et est bon homme contre homme. L'été 2016, comme six ans auparavant, Vermeer s'est déchiré le tendon d'Achille droit. Après sa rééducation chez Lieven Maesschalck, il n'a été titularisé qu'une fois la saison du titre et cette année aussi, il n'a qu'un rôle de second plan. Le T1 Giovanni van Bronckhorst : " 17 clean sheets : Brad Jones a été brillant la saison passée. Nous avons la meilleure défense. Pourquoi changer de gardien ? " Vermeer, sous contrat jusqu'en 2020, a insisté pour être loué : il veut jouer. Reste à voir s'il le pourra à Bruges, qui possède une option d'achat mais qui a transféré Vladimir Gabulov.