Les Espoirs n'ont pas gagné l'Euro. Ils ont été éliminés en demi-finales par la Serbie. Un résultat qui laisse des regrets, car on a l'impression que l'équipe serbe n'était pas supérieure, mais elle s'est montrée plus réaliste. Une petite lacune déjà constatée dans les matches précédents, mais qui n'avait pas porté à conséquence. " C'est le seul petit regret dans ce tournoi ", estime Jean-François de Sart, très fier de ce que ses joueurs ont réalisé. Et à raison : voilà 80 ans qu'une équipe belge de football n'avait plus participé aux Jeux Olympiques.
...

Les Espoirs n'ont pas gagné l'Euro. Ils ont été éliminés en demi-finales par la Serbie. Un résultat qui laisse des regrets, car on a l'impression que l'équipe serbe n'était pas supérieure, mais elle s'est montrée plus réaliste. Une petite lacune déjà constatée dans les matches précédents, mais qui n'avait pas porté à conséquence. " C'est le seul petit regret dans ce tournoi ", estime Jean-François de Sart, très fier de ce que ses joueurs ont réalisé. Et à raison : voilà 80 ans qu'une équipe belge de football n'avait plus participé aux Jeux Olympiques. Et c'est bien là qu'on commence à s'interroger. Car le football belge est confronté à une situation qu'il n'avait jamais connue. Au sein même du COIB, on semble encore dans le flou en ce qui concerne les critères de sélection : les trois joueurs plus âgés autorisés dans l'équipe doivent-ils obligatoirement avoir participé aux épreuves de sélection pour les JO d'Athènes ou pas ? On attend plus de précisions de la part du CIO. Par ailleurs, comment faut-il préparer cette équipe, en sachant que les clubs pros sont fort réticents à l'idée d'adapter leur calendrier ? Faut-il consacrer les prochains rendez-vous des Diables Rouges, qui sont devenus de simples matches amicaux vu la situation désespérée au classement, à peaufiner les automatismes de l'équipe appelée à se rendre à Pékin ? Faut-il viser plus loin, et établir un plan à long terme avec cette équipe de Diablotins ? Et quel est ce long terme : la Coupe du Monde 2010 ou l'Euro 2012 ? Beaucoup de gens du milieu estiment que cette équipe d'Espoirs n'arrivera à pleine maturité que dans cinq ans : MaartenMartens et JonathanBlondel auront alors 28 ans, SébastienPocognoli et KevinMirallas en auront 24. Mais peut-on, alors que les Diables Rouges ont déjà loupé l'Euro 2004, la Coupe du Monde 2006 et l'Euro 2008, déjà faire une croix sur la Coupe du Monde 2010 ? Ou alors doit-on revoir les objectifs et considérer que, faute de Championnat d'Europe ou de Coupe du Monde, il faut désormais focaliser toute l'attention sur les JO? Le politicien Jean- MarieDedecker, ancien entraîneur de l'équipe nationale de judo à succès, a émis l'idée de rassembler la future équipe olympique pendant un an et de la faire participer au prochain championnat de D1. L'idée n'est pas conne, et elle a d'ailleurs déjà été appliquée dans d'autres pays et d'autres sports. Mais cela paraît irréalisable dans le football professionnel d'Europe occidentale. On voit mal Hambourg, le Standard et Genk se priver pendant un an de VincentKompany, StevenDefour et LoganBailly pour permettre à l'équipe nationale belge de préparer les JO de Pékin... Quoi qu'il en soit, au cours de la saison qui s'annonce, il faudra gérer trois équipes nationales dont les intérêts vont se chevaucher, avec des joueurs susceptibles d'être appelés dans les trois sélections. Il y a les Diables Rouges, qui ont déjà été fortement rajeunis au cours des derniers mois ; il y a l'équipe olympique ; et il y a aussi la nouvelle équipe d'Espoirs qui, à partir du mois de septembre, entamera la campagne de qualification pour l'Euro 2009. Pour cette dernière, les joueurs sélectionnables doivent être nés après le 1er janvier 1986. Sont encore concernés, dans l'équipe actuelle : AnthonyVandenBorre, MarouaneFellaini, Pocognoli, Mirallas, JanVertonghen, TomDeMul, LandryMulemo, AxelWitsel, FrankBoeckx et d'autres joueurs qui ont dû déclarer forfait ou n'ont pas été repris, comme SteveColpaert, JonathanLegear, IbrahimMaaroufi, Moussa Dembele voire... StevenDefour, même s'il ne descendra probablement plus chez les Espoirs. L'équipe devrait être complétée par des joueurs qui évoluent actuellement chez les -19 ou les -20, comme PacoSanchez, DaanVanGijseghem ou AlessandroCordaro. Chez les jeunes, la carrière internationale de LoganBailly, ThomasVermaelen, NicolasLombaerts, FarisHaroun, KillianOvermeire, TomDeSutter, StijnDeSmet, LaurentCiman, (tous nés en 1985) Martens, Blondel, SeppDeRoover, GuillaumeGillet et MichaëlCordier (tous nés en 1984) est terminée. Les 85 disputeront à coup sûr les Jeux Olympiques, sauf blessure ou autre événement imprévisible. Les 84 dépendent du bon vouloir de De Sart, qui emmènera certainement son capitaine Martens avec lui, parmi les trois plus âgés. Restent donc deux places à pourvoir, dont l'une semble promise à Blondel. Comment se préparer pour ces Jeux ? L'ironie du sort veut que le prochain rendez-vous des Diables Rouges soit fixé en août contre la... Serbie. Faut-il aligner, ce soir-là, les Espoirs qui viennent de s'incliner 2-0 contre leurs homologues serbes ? Faire monter l'équipe Espoirs en bloc chez les Diables Rouges ? MarcWilmots y est résolument opposé. " Ce serait du suicide ", estime-t-il. " Personnellement, lorsque j'ai rejoint les Diables Rouges, j'avais déjà affronté des équipes comme l'AC Milan ou la Sampdoria en compétition européenne. Ce n'est pas encore le cas de ces joueurs-ci ". Faux : Vanden Borre a déjà joué la Ligue des Champions avec Anderlecht, Blondel l'a fait avec Bruges et Mirallas avec Lille ; Vermaelen, Vertonghen et De Mul ont joué sur la scène européenne avec l'Ajax, et Martens l'a fait avec l'AZ. Mais le TaureaudeDongelberg, qui a suivi l'Euro des -21 ans comme consultant pour la RTBF, estime qu'il ne faut pas aller trop vite : " WesleySonck et LuigiPieroni étaient aussi considérés comme des grands talents. Où sont-ils, aujourd'hui ? Sur le banc d'une formation qui descend en D2, et à la recherche d'un club. En fait, l'avenir de cette équipe Espoirs dépendra beaucoup du choix de carrière qu'effectueront les joueurs. De Mul veut partir au FC Séville ? Très bien, mais est-il certain de jouer là-bas ? Le plus intelligent est peut-être Pocognoli, qui a choisi l'AZ et rien d'autre, et a repoussé des offres pourtant lucratives de Leverkusen et du Shakhtar Donetsk. Il a compris qu'il ne fallait pas gravir deux marches à la fois ". Pour Wilmots, le rajeunissement des Diables Rouges a déjà été trop radical : " On s'est trop facilement privé des services de joueurs comme YvesVanderhaeghe et d'autres. Personnellement, lorsque j'ai intégré l'équipe nationale, j'ai toujours pu compter sur le soutien d'anciens qui m'ont guidé. Mais en Belgique, on passe rapidement d'un extrême à l'autre. Parce que les Espoirs se sont qualifiés pour les Jeux Olympiques, on ne jure plus que par cette équipe-là. S'ils avaient perdu contre les Pays-Bas, on les aurait jetés aux oubliettes. On se base sur la vérité d'un seul match. Aujourd'hui, certains en oublieraient presque qu'il y a trois mois, ils réclamaient HansCornelis et TomSoetaers en équipe nationale. Et que, lorsque Vanden Borre a joué avec les Diables Rouges, il a été conspué. Ce que les Espoirs ont montré est très prometteur. C'était une équipe bien organisée, qui y a mis beaucoup de c£ur et témoigné d'une bonne mentalité. Elle s'est aussi montrée conquérante, elle a osé aller de l'avant. De Sart a respecté une ligne de conduite de bout en bout. Mais il faut regarder contre qui on a joué. DraganMrdja, le joueur serbe qui a inscrit le deuxième but en demi-finales, a oscillé entre Zulte Waregem et le Lierse sans toujours convaincre. Lorsque les Diablotins affronteront des joueurs rompus aux exigences de la Ligue des Champions, ce sera une autre paire de manches ". JanCeulemans, le plus capé de nos internationaux (96 sélections), partage à peu près le même avis : " C'est très prometteur. Mais maintenant, il faut confirmer. A commencer par l'an prochain, aux Jeux Olympiques. Rajeunir les Diables Rouges de fond en comble me semble prématuré. L'équipe est déjà très jeune. A l'exception de TimmySimons, PhilippeClement et BartGoor, la plupart des joueurs ont entre 20 et 25 ans. Le football belge possède une bonne base pour continuer à travailler, mais ces Espoirs doivent encore acquérir des planches. On peut les intégrer progressivement en vue de 2010, mais j'estime aussi que cette génération-ci n'atteindra sa pleine maturité qu'en 2012 ". Existe-t-il une politique à long terme à l'Union Belge ? Au niveau des jeunes, elle commence à se mettre en place. Le directeur technique MichelSablon estime que les résultats actuels des jeunes sont le fruit d'un programme de formation mis en place depuis 2000. Une forme de continuité existe : beaucoup de joueurs montent de catégorie chaque année. " Pocognoli, Mirallas et Legear étaient avec moi au Championnat d'Europe des -19 ans en Pologne l'an passé ", rappelle MarcVanGeersom, le sélectionneur de cette équipe qui avait loupé la qualification pour le Championnat du Monde de la catégorie qui se disputera cet été au Canada. " En août, je me rendrai en Corée pour assister au Championnat du Monde des -17, car il est probable que les meilleurs joueurs de cette sélection coachée par MarcBrowaeys seront repris en -18 ou en -19 la saison prochaine. A ce niveau-là, il existe certainement une ligne de conduite ". Et au niveau des Diables Rouges, existe-t-il un projet à long terme ? Van Geersom renvoie la balle : " C'est une question qu'il faut poser à René Vandereycken ". En fait, c'est difficile à réaliser pour des raisons commerciales. Vis-à-vis des sponsors, et même du public que l'on attend en masse au stade Roi Baudouin, il faut toujours expliquer que l'on sera performant au prochain match et que l'on se qualifiera pour la prochaine compétition. Même si, dans l'intérêt à long terme du football belge, ce serait peut-être préférable, on voit mal l'Union Belge annoncer que l'objectif est l'Euro 2012 et que, faute de grives, on sera contraint à manger des merles pendant cinq ans ". L'Asie réussit au football belge : en août, les -17 ans disputeront le Championnat du Monde en Corée ; un an plus tard, les Espoirs disputeront les Jeux Olympiques en Chine (mais ils ne joueront pas à Pékin, sauf s'ils atteignent la finale) ; et la dernière fois que les Diables Rouges ont participé à une Coupe du Monde, c'était en 2002 au... Japon. La dernière fois qu'une sélection de jeunes a participé à une compétition d'envergure mondiale, c'était il y a tout juste dix ans : les -20 ans avaient disputé le Championnat du Monde de la catégorie en... Malaisie, toujours en Asie. Qu'est-il advenu de cette équipe ? Les joueurs qui ont réalisé la plus belle carrière depuis lors sont ceux qui avaient renoncé au voyage : EmileMpenza, WalterBaseggio et, dans une moindre mesure, BerndThijs. Se souvient-on des autres ? Il y avait notamment GauthierRemacle, FrançoisRouffignon, KurtVandePaar, GunterVan Handenhoven et tout de même un joueur qui, dix ans plus tard, bénéficie des faveurs de Vandereycken : CarlHoefkens. Le gardien était Jean- FrançoisGillet, qui était à l'époque considéré comme le jeune gardien belge le plus prometteur mais qui n'a jamais eu droit à la moindre convocation chez les Diables Rouges. La plupart des gens retiennent surtout qu'il avait, lors de ce Championnat du Monde, encaissé dix buts contre le Brésil, en oubliant que pour arriver jusqu'à Kuala Lumpur, il avait fallu éliminer de solides formations européennes. Actuellement en vacances au Mexique, le portier de Bari n'a suivi que de loin les performances des Espoirs actuels. " Ce qu'ils ont réalisé est formidable pour le football belge ", se réjouit-il. " J'espère qu'ils pourront compter sur toutes leurs forces vives lors des Jeux Olympiques. Etant donné les impératifs des clubs, ce n'est pas gagné d'avance. Il y a dix ans, on possédait une très belle équipe. On avait fait très bonne figure au Championnat d'Europe des -18 ans, et c'est cette génération-là qui avait forcé la qualification pour le Championnat du Monde des -20 ans. Mais, au moment de s'envoler pour la Malaisie, les meilleurs éléments sont restés à la maison. Aujourd'hui, les temps ont peut-être changé. Déjà, la plupart des Espoirs sont titulaires dans leur club, ce qui n'était pas le cas il y a dix ans. Moi, j'avais 17 ans en Malaisie et je ne jouais pas en D1. Beaucoup de mes partenaires étaient dans le même cas. A l'époque, la fédération aurait aussi pu miser sur notre génération pour constituer la future équipe des Diables Rouges, mais elle ne l'a pas fait puisque peu d'entre nous sont devenus des internationaux à part entière. Miser sur cette équipe d'Espoirs et la faire grandir pour régénérer le football belge est certainement une bonne idée, mais des paroles aux actes, il y a souvent de la marge ". Lorsqu'on parle de génération dorée, la meilleure comparaison qui puisse être faite est celle du Portugal qui, en 1989 et 1991, avait été deux fois champion du monde des -20 ans. C'était la génération de LuisFigo, RuiCosta, JorgeCosta, JoaoPinto, FernandoCouto ou VitorBaia. Comment a-t-on procédé ? " L'équipe n'a pas été promue en bloc chez les A ", se souvient ManuelQueiroz, directeur adjoint au journal CorreiodaManha. " Mais il y avait tout de même neuf ou dix joueurs de grand talent qui ont réalisé une belle carrière. Les autres, soit n'ont pas confirmé, soit ont réalisé une carrière en demi-teinte. La première fois que ces neuf ou dix joueurs se sont retrouvés ensemble chez les A, c'était lors des qualifications pour la Coupe du Monde 1994. Ils ne se sont pas qualifiés pour les Etats-Unis, mais ont par contre atteint l'Euro 1996 en Angleterre ". Pendant 10 ou 15 ans, les amateurs de football portugais ont fondé tous leurs espoirs sur cette génération dorée en espérant qu'elle serait également génératrice de succès au plus haut niveau. La Seleçao a échoué en demi-finales de l'Euro 2000 (face à la France) et en finale de l'Euro 2004 (face à la Grèce), avec entre les deux un fiasco retentissant à la Coupe du Monde 2002. Puis, la génération Figo s'est éteinte et a laissé la place à la nouvelle génération incarnée par CristianoRonaldo et RicardoQuaresma. Cette génération dorée était-elle spontanée ou résultait-elle d'un travail au niveau des clubs ? " Il y a deux raisons à ce succès ", poursuit notre interlocuteur. " D'abord, il y a effectivement eu le travail des clubs. Des grands clubs, faut-il préciser, car 90 % de cette sélection était issue de Porto, de Benfica ou du Sporting. Ensuite, il y a eu le travail de CarlosQueiroz, qui avait établi un plan de travail jamais vu jusque-là. Les joueurs étaient réunis pendant trois mois par an. Cela a fait grincer des dents, mais il faut reconnaître que ce travail a porté ses fruits. D'ailleurs, depuis que Queiroz n'est plus à la tête de ces sélections de jeunes, le Portugal n'a plus remporté de trophée majeur ". Comparaison n'est pas nécessairement raison. D'abord, la Belgique n'a pas été championne du monde des -20 ans. Elle n'est même pas championne d'Europe, tout juste demi-finaliste. Mais si le Portugal espérait un trophée majeur chez les adultes, la Belgique peut sans doute, plus modestement, espérer une qualification pour une Coupe du Monde. par daniel devos