Le capi Siebe Schrijvers. Le champion de Belgique Bryan Heynen. La révélation de Bundesliga Dodi Lukebakio. L'ambianceur du groupe Elias Cobbaut. L' ItalienSamuël Bastien. Aaron Leya Iseka. IsaacMbenza. Et plein d'autres.

La bonne nouvelle : Zinho Vanheusden est toujours sélectionnable.

Il est près de 23 heures, samedi dernier. Ils partent saluer les supporters belges du côté opposé aux bancs puis quittent la pelouse du stade de Reggio Emilia, filent à la douche et retrouvent leur famille à l'extérieur du stade. Clap de fin pour eux. Leur vie en Espoirs, c'est fini. Atteints par la limite d'âge. Dépassés. S'ils veulent encore être internationaux dans le futur, ce sera soit avec les Diables Rouges, soit pour un pays africain avec lequel ils ont des attaches familiales.

Sur les 23 Diablotins qui étaient à ce Championnat d'Europe des occasions ratées, parmi tous les joueurs qui n'ont jamais été ridicules et méritaient bien mieux que leur zéro pointé, 15 sont définitivement rayés de la carte des Espoirs ( voir encadré). Leur seul défaut : être sortis du ventre de leur mère avant le 1er janvier 1998, date limite pour être toléré en campagne de qualification pour le prochain EURO U21, édition 2021, qui se jouera en Hongrie et en Slovénie. Ce sera la première édition à 16 équipes. La bonne affaire... Quoique... On a tiré du lourd, avec l'Allemagne comme équipe du premier pot. Raisonnablement, il faudra viser la deuxième place, synonyme de barrages pour la qualif. Les autres pays de notre poule : Pays de Galles, Bosnie-Herzégovine et Moldavie. Là, c'est jouable. Mais avec qui ?

Une shortlist de 35 à 40 noms

" Les joueurs qui restent avec moi viennent de prendre une expérience phénoménale en une semaine ici ", nous lâchait Johan Walem samedi soir au moment de monter dans le but estampillé Belgium pour rejoindre l'hôtel et passer une dernière nuit sur le sol italien. Il avait clairement la bouille de celui qui s'imaginait aux Jeux Olympiques l'année prochaine mais il savait, avant même de quitter la Belgique, que c'était quasi mission impossible dans un groupe aussi relevé. Face à des footballeurs qui s'éclatent chaque semaine dans le Calcio ou en Liga, on avait décidément un déficit de vécu trop important. De qualité pure, sans doute, aussi. Ça fait beaucoup.

6 septembre 2019 : Pays de Galles - Belgique, premier rendez-vous sur la route du prochain EURO. C'est demain. Quand il évoque " les joueurs qui restent avec moi ", Johan Walem évoque quelques valeurs sûres du noyau actuel comme Sebastiaan Bornauw, Wout Faes, Alexis Saelemaekers, OrelMangala ou Yari Verschaeren, plus jeune joueur du tournoi italien, auteur de l'un des plus beaux buts de la compétition face à l'Italie et encore bon pour deux campagnes (éditions 2021 et 2023) vu son âge. En parlant de lui après le match contre le Squadra, le coach en avait plein la bouche. Les floches de ses défenseurs l'ont irrité, les ratés de ses attaquants l'ont gonflé, mais il y a quelques motifs de satisfaction comme les montées au jeu du poupon de service. Et donc, il faut tout repenser, tout reconstruire, tout refaire. Fabriquer un nouveau noyau. Mais ça ne semble pas être compliqué aux yeux du staff, qui a sous la main une shortlist de 35 à 40 noms. Il suffira de puiser là-dedans.

C'est peut-être l'heure de Mile Svilar

On perd deux des trois gardiens présents en Émilie-Romagne. Nordin Jackers, qui s'est loupé dans le match d'ouverture contre la Pologne, et Ortwin De Wolf, excellent contre l'Espagne (surtout) et face à l'Italie, sont périmés. Il reste Jens Teunckens, de l'Antwerp. Arnaud Bodart, neveu de Gilbert, est dans le noyau du Standard et fait déjà partie du groupe élargi des Espoirs. Le staff pense à lui. NickShinton, tout jeune gardien de Bruges (né en 2001 comme Verschaeren), est aussi dans le tuyau. Comme deux gars de Genk : Gaëtan Coucke, prêté la saison passée à Lommel où il a reçu le trophée de meilleur joueur de la saison, et le fameux Maarten Vandevoordt, celui que l'on dit plus fort que Thibaut Courtois au même âge. Installé à la terrasse de l'hôtel des Diablotins près de Sassuolo, deux jours avant le match contre l'Italie, Jean-François Remy tempère : " Des nouveaux Courtois, des nouveaux Hazard, des nouveaux Kompany, il y en a déjà eu beaucoup. On verra. Je me méfie toujours des comparaisons. "

Le sélectionneur et Francis Amuzu, l'un des nombreux Anderlechtois qui composeront le futur noyau des Espoirs., belgaimage
Le sélectionneur et Francis Amuzu, l'un des nombreux Anderlechtois qui composeront le futur noyau des Espoirs. © belgaimage

L'adjoint de Johan Walem, en évoquant le futur des Diablotins au niveau des gardiens, lance un autre nom : Mile Svilar. Le fils de l'ancienne légende de l'Antwerp a été présenté comme la next big thing quand il était gosse à Anderlecht, il s'est cru trop grand et trop beau quand il a quitté ce club pour tenter une aventure à Benfica. Ça n'a pas (encore) marché pour lui là-bas mais il reste dans le viseur du staff. " Il y a une vérité pour les jeunes qui sont à l'étranger mais ne jouent pas : ils doivent accepter de faire un pas en arrière pour avoir du temps de jeu ", dit encore Jean-François Remy. " C'est essentiel, impératif. Si tu restes trois, quatre ou cinq saisons à l'étranger sans jamais être sur le terrain, tu disparais des radars. Il faut avoir le courage de revenir plus bas. Des gars comme LandryDimata et Zinho Vanheusden l'ont compris. À Wolfsburg et à l'Inter, ils étaient dans des grands clubs. Mais c'est en rentrant en Belgique que leur carrière a redécollé. "

Deux noms que le T2 ne lâche pas au hasard. C'étaient les joueurs les plus brillants de la génération en âge utile pour l'EURO en Italie, et leur absence pour blessures, on l'a payée au prix plein. Pour Dimata, les Espoirs, c'est fini. Périmé. Par contre, Vanheusden (1999) est toujours sélectionnable.

Plein de Mauves dans le nouveau noyau ?

Le groupe d'Espoirs version EURO 2021 pourrait bien avoir une forte coloration anderlechtoise. Sur les huit joueurs du noyau présent en Italie qui sont toujours dans la bonne tranche d'âge, il y en a quatre du Sporting : Sebastiaan Bornauw, Alexis Saelemaekers, Yari Verschaeren et Francis Amuzu. Le staff voit plusieurs de leurs coéquipiers bruxellois susceptibles de les rejoindre prochainement. Il y a Albert Sambi Lokonga, le petit frère de Paul-José Mpoku. Aussi Jérémy Doku. Ils ont déjà eu l'occasion de se montrer l'une ou l'autre fois avec l'équipe Première. S'ils continuent à avoir du temps de jeu pendant la nouvelle saison, ils seront à coup sûr convoqués en Espoirs. Johan Walem et son staff tiennent aussi à l'oeil deux autres gamins du Sporting : Sieben Dewaele, qui est dans la tranche d'âge idéale pour la prochaine campagne éliminatoire (1999) et pourrait prendre du temps de jeu en prêt à Courtrai, et même le tout jeune Mathis Suray, fils d' Olivier, qui est né la même année que Verschaeren et peut donc jouer les deux prochaines campagnes.

Les certitudes (ou presque)

Logiquement, le nouveau noyau sera composé à 80 - 85 % de joueurs nés en 1998 et 1999. Pour avoir une chance de sélection en étant plus jeune, il faudra montrer un talent exceptionnel, style Verschaeren. Plusieurs gamins sont dans le calepin de Johan Walem depuis pas mal de temps, et s'ils reçoivent du temps de jeu et font bien les choses avec leur club lors des prochains mois, ils sont partants quasi certains pour les prochaines éliminatoires.

Un nom revient dès qu'il est question de ce renouvellement des cadres. Dante Rigo. Évoquer son nom, c'est se replonger dans les plus belles heures de notre foot représentatif chez les jeunes. Rigo était le maître à jouer des U17 qui ont, en 2015, disputé la demi-finale du Championnat d'Europe puis enchaîné avec la troisième place à la Coupe du Monde au Chili. Il a fait presque toute sa formation au PSV, et la saison dernière, il a eu droit à ses premières minutes en D1 néerlandaise avant de se blesser. Il vient d'être prêté au Sparta Rotterdam pour le prochain championnat. Et il est donc une des cibles prioritaires du duo Walem / Remy.

Même chose pour le Malinois Laurent Lemoine, qui a fait son trou en D1B la saison passée. Il était lui aussi une pièce maîtresse de l'équipe qui a disputé le Mondial au Chili. Autres Chiliens dans le viseur du staff des U21 : Matthias Verreth, qui a suivi sa formation au PSV et est devenu pro là-bas ; Dante Vanzeir, joueur de Genk qui sort d'un bon prêt au Beerschot Wilrijk ; Jorn Vancamp, lui aussi au Beerschot ; Christophe Janssens, lui aussi passé par Genk et aujourd'hui à Westerlo. Tous ceux-là sont presque assurés de disputer la prochaine campagne éliminatoire, à la seule condition qu'ils reçoivent un temps de jeu conséquent dans leur club. On peut y ajouter deux joueurs de Bruges, sur le point d'éclore ou de confirmer : Cyril Ngonge, qui a eu un peu de temps de jeu en D1 mais a surtout été incontournable la saison dernière en Youth League, et Lois Openda, encore un peu plus loin dans son développement. Openda est carrément passé tout près d'une présence dans le noyau à l'EURO italien. Autre nom bien placé : Louis Verstraete, qui sort d'une saison intéressante à Waasland Beveren, où il été prêté par Gand. Il faisait partie du noyau élargi pour l'EURO italien.

Quel patron après Schrijvers ?

Siebe Schrijvers en Espoirs, c'est fini. Périmé. Il faudra donc trouver un nouveau bras pour y passer le brassard de capitaine. Tout semble déjà très clair. " La logique voudrait que ce soit Wout Faes, vu son passé, son rôle clé dans l'équipe qui a fait les demi-finales à l'EURO et la Coupe du Monde U17, sa personnalité, son charisme, le fait qu'il soit aussi hyper exigeant envers lui-même ", détaille Jean-François Remy. " Et il a encore une bonne marge de progression. Peut-être que cet EURO va lui permettre de franchir un cap et d'aller voir ailleurs. Il avait eu la lucidité de quitter Anderlecht pour signer aux Pays-Bas puis à Ostende, où il est devenu un vrai titulaire en D1. Un moment, il faut passer un nouveau palier et c'est peut-être le moment pour lui. Quand on voit son match contre l'Espagne, on a la confirmation qu'il a un tout gros potentiel. Pour lui, l'avenir passe par l'étranger, selon moi. "

Qui saute, qui reste ?

Le point sur les 26 présélectionnés pour l'EURO en Italie.

Ils sortent du noyau

Ortwin De Wolf 1996

Nordin Jackers 1997

Elias Cobbaut 1997

Dion Cools 1996

Dries Wouters 1997

Casper De Norre 1997

Jur Schryvers 1997

Samuël Bastien 1996

Alexis de Sart 1996

Bryan Heynen 1997

Manuel Benson 1997

Stéphane Omeonga 1996

Siebe Schrijvers 1996

Jordi Vanlerberghe 1996

Aaron Leya Iseka 1997

Dodi Lukebakio 1997

Isaac Mbenza 1996

Obbi Oulare 1996

Ils sont toujours sélectionnables

Gardiens :

Jens Teunckens 1998

Défenseurs :

Sebastiaan Bornauw 1999

Rocky Bushiri 1999

Wout Faes 1998

Alexis Saelemaekers 1999

Médians :

Orel Mangala 1998

Yari Verschaeren 2001

Attaquant :

Francis Amuzu 1999

Les outsiders

Nicolas Raskin (Standard)

Il restera dans l'histoire pour avoir été le premier joueur du XXIe siècle à jouer en D1 belge, quand il avait 16 ans, avec Gand. Mais ce club a fini par ne plus croire en lui et il est rentré, l'hiver dernier, au Standard où il était déjà passé pendant sa formation.

Rubin Seigers (Genk)

Il a commencé à avoir un peu de temps de jeu cette saison et il a disputé son premier match complet en championnat lors de la dernière journée des play-offs, contre le Standard.

Kino Delorge (Lierse Kempenzonen)

Il est passé par Genk pendant sa formation, il s'est perdu en Roumanie et il est revenu au Lierse (ou ce qu'il en reste) il y a quelques mois.

Dennis Van Vaerenbergh (Dender)

Il est international depuis la catégorie U15, il a passé un an au Club Bruges et il est maintenant un peu perdu à Dender.

Thibault De Smet (Gand)

Il s'est fait remarquer cette saison en inscrivant son premier but en D1, très joli, à Courtrai.

Daam Foulon (Waasland Beveren)

Il a joué la Youth League avec Anderlecht en 2017-2018 puis il est passé à Waasland Beveren où il a fait ses débuts en D1, en PO2. La saison passée, il a accumulé une petite vingtaine de matches.

Thibaud Verlinden (Stoke City)

Ex-pépite de l'Académie du Standard, le fils de l'ancien gardien de Bruges a choisi très vite de relever un défi anglais mais il s'est un peu perdu.

Xian Emmers (Inter Milan)

C'est le fils de Marc Emmers. La saison passée, il a été prêté à Cremonese, en Serie B.

Theo Leoni (Anderlecht)

Il fait partie des quatre ados que Vincent Kompany fait monter dans le noyau A.

Thierry Lutonda (Anderlecht)

Même parcours que Leoni.

Adrien Bongiovanni (Monaco)

Il a quitté le Standard à 16 ans pour Monaco, qui l'a prêté au Cercle la saison dernière.

Ewoud Pletinckx (Zulte Waregem)

Il a joué une bonne quinzaine de matches la saison dernière.

Brandon Baiye (Club Bruges)

Un vrai produit du Club. Il a eu droit à ses premières minutes en D1 la saison passée.

Le capi Siebe Schrijvers. Le champion de Belgique Bryan Heynen. La révélation de Bundesliga Dodi Lukebakio. L'ambianceur du groupe Elias Cobbaut. L' ItalienSamuël Bastien. Aaron Leya Iseka. IsaacMbenza. Et plein d'autres. Il est près de 23 heures, samedi dernier. Ils partent saluer les supporters belges du côté opposé aux bancs puis quittent la pelouse du stade de Reggio Emilia, filent à la douche et retrouvent leur famille à l'extérieur du stade. Clap de fin pour eux. Leur vie en Espoirs, c'est fini. Atteints par la limite d'âge. Dépassés. S'ils veulent encore être internationaux dans le futur, ce sera soit avec les Diables Rouges, soit pour un pays africain avec lequel ils ont des attaches familiales. Sur les 23 Diablotins qui étaient à ce Championnat d'Europe des occasions ratées, parmi tous les joueurs qui n'ont jamais été ridicules et méritaient bien mieux que leur zéro pointé, 15 sont définitivement rayés de la carte des Espoirs ( voir encadré). Leur seul défaut : être sortis du ventre de leur mère avant le 1er janvier 1998, date limite pour être toléré en campagne de qualification pour le prochain EURO U21, édition 2021, qui se jouera en Hongrie et en Slovénie. Ce sera la première édition à 16 équipes. La bonne affaire... Quoique... On a tiré du lourd, avec l'Allemagne comme équipe du premier pot. Raisonnablement, il faudra viser la deuxième place, synonyme de barrages pour la qualif. Les autres pays de notre poule : Pays de Galles, Bosnie-Herzégovine et Moldavie. Là, c'est jouable. Mais avec qui ? " Les joueurs qui restent avec moi viennent de prendre une expérience phénoménale en une semaine ici ", nous lâchait Johan Walem samedi soir au moment de monter dans le but estampillé Belgium pour rejoindre l'hôtel et passer une dernière nuit sur le sol italien. Il avait clairement la bouille de celui qui s'imaginait aux Jeux Olympiques l'année prochaine mais il savait, avant même de quitter la Belgique, que c'était quasi mission impossible dans un groupe aussi relevé. Face à des footballeurs qui s'éclatent chaque semaine dans le Calcio ou en Liga, on avait décidément un déficit de vécu trop important. De qualité pure, sans doute, aussi. Ça fait beaucoup. 6 septembre 2019 : Pays de Galles - Belgique, premier rendez-vous sur la route du prochain EURO. C'est demain. Quand il évoque " les joueurs qui restent avec moi ", Johan Walem évoque quelques valeurs sûres du noyau actuel comme Sebastiaan Bornauw, Wout Faes, Alexis Saelemaekers, OrelMangala ou Yari Verschaeren, plus jeune joueur du tournoi italien, auteur de l'un des plus beaux buts de la compétition face à l'Italie et encore bon pour deux campagnes (éditions 2021 et 2023) vu son âge. En parlant de lui après le match contre le Squadra, le coach en avait plein la bouche. Les floches de ses défenseurs l'ont irrité, les ratés de ses attaquants l'ont gonflé, mais il y a quelques motifs de satisfaction comme les montées au jeu du poupon de service. Et donc, il faut tout repenser, tout reconstruire, tout refaire. Fabriquer un nouveau noyau. Mais ça ne semble pas être compliqué aux yeux du staff, qui a sous la main une shortlist de 35 à 40 noms. Il suffira de puiser là-dedans. On perd deux des trois gardiens présents en Émilie-Romagne. Nordin Jackers, qui s'est loupé dans le match d'ouverture contre la Pologne, et Ortwin De Wolf, excellent contre l'Espagne (surtout) et face à l'Italie, sont périmés. Il reste Jens Teunckens, de l'Antwerp. Arnaud Bodart, neveu de Gilbert, est dans le noyau du Standard et fait déjà partie du groupe élargi des Espoirs. Le staff pense à lui. NickShinton, tout jeune gardien de Bruges (né en 2001 comme Verschaeren), est aussi dans le tuyau. Comme deux gars de Genk : Gaëtan Coucke, prêté la saison passée à Lommel où il a reçu le trophée de meilleur joueur de la saison, et le fameux Maarten Vandevoordt, celui que l'on dit plus fort que Thibaut Courtois au même âge. Installé à la terrasse de l'hôtel des Diablotins près de Sassuolo, deux jours avant le match contre l'Italie, Jean-François Remy tempère : " Des nouveaux Courtois, des nouveaux Hazard, des nouveaux Kompany, il y en a déjà eu beaucoup. On verra. Je me méfie toujours des comparaisons. " L'adjoint de Johan Walem, en évoquant le futur des Diablotins au niveau des gardiens, lance un autre nom : Mile Svilar. Le fils de l'ancienne légende de l'Antwerp a été présenté comme la next big thing quand il était gosse à Anderlecht, il s'est cru trop grand et trop beau quand il a quitté ce club pour tenter une aventure à Benfica. Ça n'a pas (encore) marché pour lui là-bas mais il reste dans le viseur du staff. " Il y a une vérité pour les jeunes qui sont à l'étranger mais ne jouent pas : ils doivent accepter de faire un pas en arrière pour avoir du temps de jeu ", dit encore Jean-François Remy. " C'est essentiel, impératif. Si tu restes trois, quatre ou cinq saisons à l'étranger sans jamais être sur le terrain, tu disparais des radars. Il faut avoir le courage de revenir plus bas. Des gars comme LandryDimata et Zinho Vanheusden l'ont compris. À Wolfsburg et à l'Inter, ils étaient dans des grands clubs. Mais c'est en rentrant en Belgique que leur carrière a redécollé. " Deux noms que le T2 ne lâche pas au hasard. C'étaient les joueurs les plus brillants de la génération en âge utile pour l'EURO en Italie, et leur absence pour blessures, on l'a payée au prix plein. Pour Dimata, les Espoirs, c'est fini. Périmé. Par contre, Vanheusden (1999) est toujours sélectionnable. Le groupe d'Espoirs version EURO 2021 pourrait bien avoir une forte coloration anderlechtoise. Sur les huit joueurs du noyau présent en Italie qui sont toujours dans la bonne tranche d'âge, il y en a quatre du Sporting : Sebastiaan Bornauw, Alexis Saelemaekers, Yari Verschaeren et Francis Amuzu. Le staff voit plusieurs de leurs coéquipiers bruxellois susceptibles de les rejoindre prochainement. Il y a Albert Sambi Lokonga, le petit frère de Paul-José Mpoku. Aussi Jérémy Doku. Ils ont déjà eu l'occasion de se montrer l'une ou l'autre fois avec l'équipe Première. S'ils continuent à avoir du temps de jeu pendant la nouvelle saison, ils seront à coup sûr convoqués en Espoirs. Johan Walem et son staff tiennent aussi à l'oeil deux autres gamins du Sporting : Sieben Dewaele, qui est dans la tranche d'âge idéale pour la prochaine campagne éliminatoire (1999) et pourrait prendre du temps de jeu en prêt à Courtrai, et même le tout jeune Mathis Suray, fils d' Olivier, qui est né la même année que Verschaeren et peut donc jouer les deux prochaines campagnes. Logiquement, le nouveau noyau sera composé à 80 - 85 % de joueurs nés en 1998 et 1999. Pour avoir une chance de sélection en étant plus jeune, il faudra montrer un talent exceptionnel, style Verschaeren. Plusieurs gamins sont dans le calepin de Johan Walem depuis pas mal de temps, et s'ils reçoivent du temps de jeu et font bien les choses avec leur club lors des prochains mois, ils sont partants quasi certains pour les prochaines éliminatoires. Un nom revient dès qu'il est question de ce renouvellement des cadres. Dante Rigo. Évoquer son nom, c'est se replonger dans les plus belles heures de notre foot représentatif chez les jeunes. Rigo était le maître à jouer des U17 qui ont, en 2015, disputé la demi-finale du Championnat d'Europe puis enchaîné avec la troisième place à la Coupe du Monde au Chili. Il a fait presque toute sa formation au PSV, et la saison dernière, il a eu droit à ses premières minutes en D1 néerlandaise avant de se blesser. Il vient d'être prêté au Sparta Rotterdam pour le prochain championnat. Et il est donc une des cibles prioritaires du duo Walem / Remy. Même chose pour le Malinois Laurent Lemoine, qui a fait son trou en D1B la saison passée. Il était lui aussi une pièce maîtresse de l'équipe qui a disputé le Mondial au Chili. Autres Chiliens dans le viseur du staff des U21 : Matthias Verreth, qui a suivi sa formation au PSV et est devenu pro là-bas ; Dante Vanzeir, joueur de Genk qui sort d'un bon prêt au Beerschot Wilrijk ; Jorn Vancamp, lui aussi au Beerschot ; Christophe Janssens, lui aussi passé par Genk et aujourd'hui à Westerlo. Tous ceux-là sont presque assurés de disputer la prochaine campagne éliminatoire, à la seule condition qu'ils reçoivent un temps de jeu conséquent dans leur club. On peut y ajouter deux joueurs de Bruges, sur le point d'éclore ou de confirmer : Cyril Ngonge, qui a eu un peu de temps de jeu en D1 mais a surtout été incontournable la saison dernière en Youth League, et Lois Openda, encore un peu plus loin dans son développement. Openda est carrément passé tout près d'une présence dans le noyau à l'EURO italien. Autre nom bien placé : Louis Verstraete, qui sort d'une saison intéressante à Waasland Beveren, où il été prêté par Gand. Il faisait partie du noyau élargi pour l'EURO italien. Siebe Schrijvers en Espoirs, c'est fini. Périmé. Il faudra donc trouver un nouveau bras pour y passer le brassard de capitaine. Tout semble déjà très clair. " La logique voudrait que ce soit Wout Faes, vu son passé, son rôle clé dans l'équipe qui a fait les demi-finales à l'EURO et la Coupe du Monde U17, sa personnalité, son charisme, le fait qu'il soit aussi hyper exigeant envers lui-même ", détaille Jean-François Remy. " Et il a encore une bonne marge de progression. Peut-être que cet EURO va lui permettre de franchir un cap et d'aller voir ailleurs. Il avait eu la lucidité de quitter Anderlecht pour signer aux Pays-Bas puis à Ostende, où il est devenu un vrai titulaire en D1. Un moment, il faut passer un nouveau palier et c'est peut-être le moment pour lui. Quand on voit son match contre l'Espagne, on a la confirmation qu'il a un tout gros potentiel. Pour lui, l'avenir passe par l'étranger, selon moi. "