Claude Puel nous avouait récemment qu'Eden Hazard était selon lui " un produit fini à 16 ans. " Le genre de joueur qui, avant même d'avoir fait ses débuts avec les pros, n'avait déjà plus rien à apprendre. Maturité (physique et technique), sérénité, talent, dès son plus jeune âge, tout était déjà réuni chez l'aîné de la fratrie pour le voir exploser au plus haut niveau. Tout le monde s'accordera à vous le dire dans les méandres de la maison de verre. Tout le monde s'accordera aussi à vous dire qu'il n'y a à l'heure actuelle pas un seul Eden Hazard en vue. Un constat dommageable, mais pas alarmant au vu des parcours de Thibaut Courtois ou Kevin De Bruyne, qui se faisaient discrets en catégorie d'âge. Pas de panique donc.
...

Claude Puel nous avouait récemment qu'Eden Hazard était selon lui " un produit fini à 16 ans. " Le genre de joueur qui, avant même d'avoir fait ses débuts avec les pros, n'avait déjà plus rien à apprendre. Maturité (physique et technique), sérénité, talent, dès son plus jeune âge, tout était déjà réuni chez l'aîné de la fratrie pour le voir exploser au plus haut niveau. Tout le monde s'accordera à vous le dire dans les méandres de la maison de verre. Tout le monde s'accordera aussi à vous dire qu'il n'y a à l'heure actuelle pas un seul Eden Hazard en vue. Un constat dommageable, mais pas alarmant au vu des parcours de Thibaut Courtois ou Kevin De Bruyne, qui se faisaient discrets en catégorie d'âge. Pas de panique donc. Tous rêvent d'être un jour un Diable rouge. Comme Eden, comme Marouane ou comme Vincent. Tous les gamins y aspirent, mais peu y arrivent. Pourtant, à Sport/Foot Magazine on a voulu se lancer un pari fou en tentant de se projeter en 2024 ! Une projection à 9 ans est forcément une projection farfelue, mais on a eu envie de tenter le coup. Parce qu'en 2024, Eden Hazard aura 33 ans et Vincent Kompany 38 ans et qu'il faudra tout doucement penser à " renouveler les cadres " selon l'expression consacrée. Dès lors, pourquoi ne pas envisager quel sera le visage des Diables de demain ? Qui sont ceux qui pourraient porter haut les couleurs nationales ? Quel pourrait-être le onze aligné pour entamer un potentiel Euro 2024 que rêvent d'organiser nos voisins allemands ? C'est ce que nous avons a essayé de savoir. Rien ne dit que dans les onze joueurs présentés ci-dessous un seul parviendra à se faire un nom. Rien ne dit non plus que parmi ses patronymes inconnus ne se cache pas le futur crack des Diables rouges, toujours est-il qu'à l'heure actuelle, ils sont nos plus beaux joyaux. Présentation.EN DEUX MOTS : Deux jours après l'inauguration du Stade de France sous un sol gelé un soir de France-Espagne naissait le discret Jens Teunckens. Aujourd'hui, Jens a 17 ans et mesure 1,86m. C'est 5 de plus que Thibaut Courtois (qui en prendra tout de même 10 entre ses 17 et ses 18 ans) au même âge et c'est déjà un bon début. Intégré au noyau pro de Michel Preud'homme cette saison, il est celui qui incarne aujourd'hui le mieux la pérennisation des grands gardiens belges. PRINCIPALES QUALITÉS : Calme et serein, il dégage une impression de facilité forcément rassurante pour sa défense. Son sens de l'anticipation et son jeu des deux pieds le différencie de beaucoup de jeunes de son âge. POINTS DE TRAVAIL : Techniquement perfectible dans ses prises de balles et ses déplacements, on dit aussi de lui que c'est un " joueur de match " qui a besoin d'être porté par l'enjeu pour exceller. EN DEUX MOTS : Mons,Bruges et aujourd'hui Genk. Quand on est arrière gauche et qu'on a du talent en Belgique, c'est peu dire que l'on attire les regards. Passé d'attaquant chez les U15 de l'Albert à taper aux portes du noyau de Peter Maes en tant qu'arrière gauche en moins de deux ans, Christophe Janssens n'est pas seulement considéré comme le plus doué de la triplette familiale - ses frères jumeaux, Mathias ( Waasland-Beveren) et Luca ( Gand) évoluent eux aussi dans des clubs de D1 - il semble aussi et surtout avoir tout un couloir devant lui pour devenir l'arrière gauche belge que tout le monde attend. PRINCIPALES QUALITÉS : Replacé à l'arrière gauche par Bob Browaeys chez les U17, cet attaquant de formation a gardé un excellent jeu de tête et un jeu long étonnamment précis pour son âge. Ne rechigne jamais à aller au duel. POINTS DE TRAVAIL : Sa polyvalence lui joue déjà des tours. Aligné par moments dans l'axe de la défense l'an dernier au Club de Bruges, il a choisi de rejoindre Genk cette année avec l'espoir d'incarner l'avenir sur le côté gauche de la défense.EN DEUX MOTS : Pur produit du club, ses dix matchs disputés en Youth League la saison dernière lui ont donné une nouvelle envergure à Anderlecht. Passé pro en avril dernier, il est actuellement sur la touche pour une blessure au genou. PRINCIPALES QUALITÉS : Déterminé, très bon en un contre un et propre à la relance, il était un des pions majeurs d'Anderlecht l'an dernier en Youth League. Incorporé au noyau A de Besnik Hasi cette saison, il est actuellement blessé. POINTS DE TRAVAIL : Ses 180 centimètres en font le petit défenseur central du noyau bruxellois. Un déficit de taille important. EN DEUX MOTS :Il est peut-être bien le plus connu de sa génération. Pas seulement pour cette ressemblance capillaire avec David Luiz qui lui colle à la peau, mais surtout parce qu'il est le capitaine des U17 de Bob Browaeys. Un vrai leader. PRINCIPALES QUALITÉS : Pion important de l'équipe anderlechtoise qui a brillé en Youth League l'an dernier, son aptitude à gérer le trafic aérien est un modèle du genre. POINTS DE TRAVAIL : La culture tactique. Physiquement au-dessus du lot depuis son plus jeune âge, il a encore tendance à un peu jouer " comme au parc ". Ses sorties balles au pied peuvent mettre en difficulté ses partenaires. EN DEUX MOTS :Difficile d'imaginer un jeune défenseur belge percer dans le rigoureux championnat italien, c'est pourtant l'objectif que s'est fixé l'ancien joueur du Standard - comme Senna Mangue, lui aussi passé du Beerschot vers l'Inter à ses 16 ans - parti chercher la gloire à l'Inter de Milan au printemps 2015. PRINCIPALES QUALITÉS : Joueur intelligent, techniquement au-dessus de la moyenne, il est doté d'une excellente relance qui lui permet de se projeter rapidement vers l'avant. POINTS DE TRAVAIL : Manque de dash, parfois d'envie, dans son travail défensif. EN DEUX MOTS : Sous contrat jusqu'en 2018 au PSV Eindhoven, il est aussi le cerveau de la bande de l'équipe de Bob Browaeys qui s'est envolée au Chili il y a quelques jours. Discret, modeste et unilingue, il est aussi l'élément le plus jeune repris par Browaeys. PRINCIPALES QUALITÉS : Véritable régulateur de l'entrejeu, il étonne par son intelligence et sa capacité à tourner le jeu en un coup d'oeil. Une vista étonnante à son âge couplé d'une précision monstrueuse dans son jeu long. POINTS DE TRAVAIL : Pour devenir une vraie sangsue de l'entrejeu, il va falloir qu'il accepte de salir son short. Très propre dans ses interventions, on voudrait parfois le voir aller plus au duel. EN DEUX MOTS : Anderlecht lui a mis le grappin dessus le jour de ses 16 ans et il a disputé 4 matchs de Youth League pour sa première saison à Bruxelles. Une année pendant laquelle il est aussi devenu le " chouchou " de Bob Browaeys qui lui offre une liberté pleine et entière dans son milieu de terrain. PRINCIPALES QUALITÉS : Il y a du Moussa Dembélé chez lui. Techniquement intenable, la balle lui colle au pied avec une élégance digne de son aîné. Si la prise de risque fait partie de son ADN, c'est aussi cela qui lui permet de casser les lignes adverses. POINTS DE TRAVAIL : Contre un milieu resserré et physique, il a encore tendance à disparaître de la circulation pendant plusieurs minutes. Sa nonchalance à aller dans les duels, notamment aériens, devra être résolue pour s'imposer au plus haut niveau. EN DEUX MOTS :Encore un qui a fait faux bond à son " employeur " à la veille de ses 16 ans. Tottenham, l'Inter Milan et même Chelsea étaient venus aux renseignements, mais c'est Monaco qui a finalement remporté la timbale. Un coup dur pour le Standard de Liège, une bénédiction pour l'ASM qui s'est récemment lancé dans le pillage précoce de talents pour compenser le flux de départ continu qui berce le Rocher depuis deux saisons. PRINCIPALES QUALITÉS : On dit de lui qu'il sent le jeu comme personne. Sa conduite de balle menton relevé, ses capacités de dribbles et de percussion sont en tous les cas autant d'atouts indispensables à un meneur de jeu moderne. Peut également s'épanouir sur un côté et n'est pas maladroit devant le but. POINTS DE TRAVAIL : Son manque de maturation athlétique n'a de cesse de susciter le débat autour d'un joueur à qui il ne manque finalement que ça pour s'assurer des glorioles du foot professionnel. Logiquement, il manque donc encore de présence dans le travail défensif. EN DEUX MOTS : Formé jusqu'à ses 10 ans au Beerschot, il a rejoint le PSV à l'été 2011 en même temps qu'un certain Sekou Sidibe d'un an son aîné. Aujourd'hui, il appartient à la nouvelle génération prise en main par Bob Browaeys qui tentera de se qualifier pour les championnats d'Europe U 17 qui auront lieu en 2017 en Croatie. Dans sa catégorie, on retrouve aussi un certain Brandon Baiye ( Club de Bruges) dont on dit le plus grand bien à l'Union belge. PRINCIPALES QUALITÉS : La puissance qu'il dégage à seulement 15 ans est étonnante et il ne peut pas éviter la comparaison avec un certain Zakaria Bakkali. POINTS DE TRAVAIL : Il manque encore de consistance sur l'ensemble d'une rencontre, mais on ne peut pas vraiment lui en tenir rigueur vu son jeune âge. EN DEUX MOTS : Meilleur buteur belge de l'Euro espoir en Bulgarie avec trois réalisations, il est le jeune joueur belge bankable du moment. Passé au printemps 2014 d'Anderlecht à Tottenham, il évolue depuis quelques semaines du côté de Wolfsbourg. Un vrai backpacker. PRINCIPALES QUALITÉS : Rapide avec et sans ballon et doté d'un sens du but appréciable, Ismail est un peu plus qu'un simple ailier de débordement. Sa capacité à venir provoquer dans l'axe du jeu en est la preuve la plus frappante. POINTS DE TRAVAIL : Très fort en un contre un, mais un peu plus en difficulté lorsqu'il faut faire jouer ses partenaires, il doit encore travailler la qualité de son centre. EN DEUX MOTS : Attaquant des U19 de Gert Verheyen, le joueur formé à Mons jusqu'au printemps 2014 est entre-temps devenu un des grands espoirs de la formation liégeoise qui attend toujours de sortir un gros poisson depuis l'éclosion des Fellaini et Witsel. PRINCIPALES QUALITÉS : Un attaquant qui marque des buts, c'est toujours mieux. En avoir un qui provoque et qui sait éliminer un homme c'est encore mieux. C'est le cas du Liégeois qui, grâce à sa vitesse, est toujours capable de déstabiliser une défense. POINTS DE TRAVAIL : Un vrai neuf est un homme de surface. Ce n'est pas forcément le cas de Dimata. Son manque de profondeur lui est souvent reproché, lui qui a souvent tendance à redescendre très bas pour demander le ballon dans les pieds. PAR MARTIN GRIMBERGHS - PHOTOS URBSFA