Les avis divergent. " Le règlement de la FIFA est clair ", signale Louis Derwa, avocat ! " Un club peut être tenu pour responsable des agissements de ses supporters. C'est inconcevable de remettre cette règle en cause. L'Union belge pouvait l'appliquer. Mais on n'est même pas entré dans ce débat-là à partir du moment où la Fédération a décidé que les supporters de Genk n'avaient rien fait de mal. Pour elle, les chants anti-wallons sont tout à fait tolérables. "
...

Les avis divergent. " Le règlement de la FIFA est clair ", signale Louis Derwa, avocat ! " Un club peut être tenu pour responsable des agissements de ses supporters. C'est inconcevable de remettre cette règle en cause. L'Union belge pouvait l'appliquer. Mais on n'est même pas entré dans ce débat-là à partir du moment où la Fédération a décidé que les supporters de Genk n'avaient rien fait de mal. Pour elle, les chants anti-wallons sont tout à fait tolérables. " L'avis d'un autre juriste du foot, Alain Courtois : " Le ministre de l'Intérieur peut prendre des sanctions dans des cas pareils en vertu de la Loi Football, je le lui ai d'ailleurs rappelé. Cette loi précise de quelle façon on peut punir un club dont les supporters se méconduisent. Les supporters aussi peuvent évidemment être punis, ça peut aller jusqu'à l'emprisonnement. " Et quid des sanctions que la Fédération pourrait prendre contre Genk ? " J'ai siégé à la commission de discipline de l'UEFA pendant une dizaine d'années et là-bas, ça ne rigole pas. Je me souviens notamment d'une amende de 200.000 francs suisses (130.000 euros) pour le Real Madrid, dont les supporters s'étaient fait remarquer en coupe d'Europe. Quand vous avez pris deux fois une sanction pareille, vous parvenez à convaincre vos fans qu'ils n'ont plus intérêt à mettre un pied de travers. J'ai encouragé l'Union belge à aller dans le sens de l'UEFA. " Mais c'est impossible dans l'état actuel car les règlements fédéraux ne permettent pas de sanctionner un club pour des incidents provoqués par ses supporters. Courtois : " La Fédération n'a pas la base juridique pour le faire. Mais il faut changer les choses, modifier le règlement pour que cela soit possible. "Jean-Marie Philips, CEO de l'Union belge, confirme que la marge de man£uvre était étroite : " On me bassine les oreilles avec l'article 58 de la FIFA qui prévoit de punir les clubs en les rendant responsables des problèmes créés par leurs supporters. Mais il est inapplicable dans le droit belge. Nous avons des avocats merveilleux pour détricoter tous les articles du règlement de la FIFA. L'histoire l'a prouvé. Si nous punissons un club en recourant au fameux article 58, ce sera une nouvelle cible rêvée pour eux. Parce que le règlement de l'Union belge ne prévoit pas ces sanctions. Il faut changer cela, c'est une de nos priorités. " Derwa ne peut s'empêcher de souligner que l'Union belge avait condamné Genk à un match à huis clos (avec sursis) après les incidents contre l'Olympic. " C'est quand même la preuve qu'il est possible d'agir. "