Lorsqu'il a repris sa place sur le banc après une année de relâche, Guy Roux avait prétendu que la nouvelle génération auxerroise était capable de réussir un nouvel exploit. Il y a eu la Ligue des Champions la saison dernière mais, paradoxalement, le niveau des prestations était plus élevé cette saison et elles ont aussi été plus régulières. Auxerre a disputé 58 matches. En championnat, il a totalisé 64 points, un total avec lequel on est normalement qualifié directement pour la Coupe de l'UEFA. Sur la scène européenne, les Bourguignons ont témoigné de la même ardeur et ont accroché à leur palmarès des victoires de prestige contre le champion d'An...

Lorsqu'il a repris sa place sur le banc après une année de relâche, Guy Roux avait prétendu que la nouvelle génération auxerroise était capable de réussir un nouvel exploit. Il y a eu la Ligue des Champions la saison dernière mais, paradoxalement, le niveau des prestations était plus élevé cette saison et elles ont aussi été plus régulières. Auxerre a disputé 58 matches. En championnat, il a totalisé 64 points, un total avec lequel on est normalement qualifié directement pour la Coupe de l'UEFA. Sur la scène européenne, les Bourguignons ont témoigné de la même ardeur et ont accroché à leur palmarès des victoires de prestige contre le champion d'Angleterre, Arsenal, à Londres, et le champion d'Allemagne, le Bayern. Ils n'ont en fait raté que leurs matches contre l'Ajax. Rejetés en Coupe de l'UEFA, ils ont éliminé le Betis Séville, qui était quatrième à l'époque, avant de se faire sortir par Liverpool. Les hasards du calendrier avaient voulu qu'Auxerre et le PSG se rencontrent deux fois d'affilée, lors de la dernière journée de championnat et, samedi dernier, en finale de la Coupe. Dans les deux cas, Auxerre était obligé de l'emporter pour espérer décrocher une hypothétique place sur la scène continentale. Le succès en championnat n'ayant abouti sur rien, la Coupe nationale restait le dernier moyen pour retrouver la Coupe d'Europe dès l'été prochain, le vainqueur étant directement qualifié pour l'UEFA. En finale, les Parisiens se montrèrent beaucoup plus entreprenants que la semaine précédente. Ils prirent la première mi-temps à leur compte mais ils eurent le tort de ne pas profiter de la certaine absence d'esprit de leurs adversaires. Ils ont également manqué d'un peu de réussite et leur avance forgée par Hugo Leal à la 21e avait un goût de trop peu. Malheureusement pour lui, le buteur parisien allait être exclu à la 61e alors que les Auxerrois avaient pris l'ascendant. Mais c'est seulement à la 76e que leur pressing a payé, Cissé égalisant. Le but de la victoire tomba dans la dernière minute de jeu. Pour Guy Roux, c'est la troisième Coupe en quatre finales étalées sur 24 ans. Mais pour beaucoup de joueurs, c'est la première, peut-être, d'une longue série . (N. Ribaudo) STÉPHANE CARNOT (30 ans), le médian offensif qui était en fin de contrat, a prolongé son séjour à Guingamp de deux ans. JÉRÔME DROUIN ET DANIEL COUSIN resteront au Mans, qui monte en L1. Le médian a resigné pour deux saisons et l'attaquant pour une. Laurent Peyrelade, l'attaquant prêté par Sedan, qui descend en L2, sera lui aussi manceau la saison prochaine. ÉRIC ABIDAL, le défenseur de Lille qui avait été prêté cette saison par Monaco, s'est lié pour quatre ans au LOSC. AIMÉ JACQUET, poursuivi pour injures publiques contre des ex-journalistes de L'Equipe, a été relaxé par le tribunal de Paris. Le 25 avril, le Parquet avait réclamé une condamnation de principe mais les juges ont estimé que, même si le délit était constitué, l'ancien sélectionneur des Bleus était pardonnable en raison de la campagne de presse menée contre lui par L'Equipe entre 1993 et 1998. COUPES D'EUROPE : Lyon et Monaco sont qualifiés directement pour la première phase de la Ligue des Champions ; Marseille pour le troisième tour préliminaire ; Bordeaux, Sochaux et Auxerre (vainqueur de la Coupe) disputeront la Coupe de l'UEFA tandis que Guingamp, Lens et Nantes participeront à l'Intertoto.