Il n'y aura pas de descendant direct de D2 en D3 cette saison. Geel et Beringen/Heusden-Zolder occuperont de concert la peu enviée 18e place au moment du bilan et basculeront en D3 ou plus bas dans le cas de BHZ (P4 s'il est mis en liquidation). Le club qui sera classé 16e (Deinze actuellement) sera barragiste et disputera le tour final de D3 pour tenter de sauver sa peau. Mais Deinze la sauvera peut-être sur le tapis ve...

Il n'y aura pas de descendant direct de D2 en D3 cette saison. Geel et Beringen/Heusden-Zolder occuperont de concert la peu enviée 18e place au moment du bilan et basculeront en D3 ou plus bas dans le cas de BHZ (P4 s'il est mis en liquidation). Le club qui sera classé 16e (Deinze actuellement) sera barragiste et disputera le tour final de D3 pour tenter de sauver sa peau. Mais Deinze la sauvera peut-être sur le tapis vert. Pour Geel, la cause est presque entendue puisque ses chances sont minces d'obtenir gain de cause via l'évocation et un retour de l'affaire de corruption devant une autre chambre d'appel. Le club campinois est reconnu coupable de tentative de corruption sur des joueurs de Waasland juste avant le tour final de D2 en mai dernier. C'est l'époque où Zheyun Ye avait tenté de faire main basse sur Geel (le chèque d'un million d'euros lui fut restitué par Vic Keermakers, le président de Geel qui sentait l'entourloupe). Le comité d'appel n'a même pas cru bon de répondre à la question de l'avocat de Geel, Me Luc Deleu : " A-t-on vérifié si des paris anormaux n'avaient pas été effectués sur Waasland-Geel ?". Question sans objet dans la mesure où l'UB est convaincue que c'est l'ancien manager de Geel qui tenta de persuader deux joueurs de Waasland de lever le pied. Le cas de BHZ est différent. Le club limbourgeois, chez qui PietroAllatta plaça cette saison quelques-uns de ses poulains, n'a pas envoyé son dossier de licence. La direction, ou du moins ce qu'il en reste, savait que c'était peine perdue : rien, ou si peu, était en ordre au niveau financier. Et dire qu'Heusden espérait un jour tutoyer Genk Son passage en D1 fut bref. A qui le tour ? Personne n'avoue en public sa précarité. Des surprises sont possibles. Mais l'Antwerp est mal embarqué. Une des clauses pour obtenir la licence est d'avoir des installations en règle. Or, le Bosuil sera mis en vente publique avant le 23 mai vu que l'Antwerp n'a pu rembourser l'emprunt (1,45 million) concédé par son ancien sponsor Tony Gram. Le notaire chargé de la vente a déjà inspecté les installations. En avril, lorsque la commission examinera le dossier, l'Antwerp sera peut-être déjà un SSF (sans stade fixe). G. LASSOIE