Genk n'a pas été très actif sur le marché des transferts. Il avait déjà fait signer Hans Cornelis la saison dernière et n'enregistre donc qu'une seule arrivée cet été, celle de Sunday Oliseh. Le Racing n'a laissé partir que des éléments qui n'étaient pas des valeurs sûres. Grâce à sa qualification pour la Coupe d'Europe, une situation financière saine et l'augmentation des droits TV, Genk peut enfin construire une équipe. Il conserve même Koen Daerden, convoité par Feyenoord et le VfL Wolfsburg.
...

Genk n'a pas été très actif sur le marché des transferts. Il avait déjà fait signer Hans Cornelis la saison dernière et n'enregistre donc qu'une seule arrivée cet été, celle de Sunday Oliseh. Le Racing n'a laissé partir que des éléments qui n'étaient pas des valeurs sûres. Grâce à sa qualification pour la Coupe d'Europe, une situation financière saine et l'augmentation des droits TV, Genk peut enfin construire une équipe. Il conserve même Koen Daerden, convoité par Feyenoord et le VfL Wolfsburg. Jan Moons reste le numéro un. Il participe bien au jeu. Sa doublure est Logan Bailly, un gardien d'allure qui s'améliore en fonction du nombre de spectateurs, ou Sinan Bolat, qui est déjà loin pour un garçon de 16 ans, mais a encore beaucoup de chemin à accomplir. Comme Brian Priske, qui avait envisagé de partir, est finalement resté, le club a deux arrières droits internationaux, suite à l'arrivée de Cornelis. C'est pour cela que Priske, pendant la préparation, a été essayé dans l'axe défensif, à la place de Matoukou. Imbattable dans les duels et de la tête, le Camerounais doit cependant s'incliner devant le jeu de position et le bagage footballistique du Danois. Pour l'axe gauche, Gert Claessens devrait rester une source de sérénité et diriger les autres. S'il est indisponible, Hugo Broos peut faire appel à Mikulic, qui peut également évoluer à l'arrière gauche, même si son jeu de position et sa relance sont perfectibles. La saison passée, Sigurdsson a été médiocre à ce poste et sa relance n'est pas terrible non plus. A droite, Thomas Chatelle poursuit sa revalidation après sa fracture de la cheville. Pour l'heure, Mirsad Beslija n'a donc guère de concurrence. Si l'un combine bien et peut donc être aligné en jonction avec les attaquants, l'autre a la vitesse nécessaire pour jouer derrière le ballon. De l'autre côté, Tom Soetaers a une action susceptible de créer la surprise tandis que Koen Daerden pèse sur l'adversaire par ses mouvements constants, sa participation à la défense, sa profondeur et ses centres. Comme la saison dernière, il peut également évoluer dans l'axe de l'entrejeu mais Genk a embauché pour ce poste Oliseh, qui recèle d'indéniables qualités défensives et sait poser le jeu. Les autres joueurs capables de récupérer le ballon : Soley Seyfo, éventuellement capable de jouer un cran derrière mais qui manque de constance, et Justice Wamfor, qui aime pourchasser le ballon et le céder directement. Pour la construction, Broos compte sur Orlando Engelaar dans un rôle central, avec beaucoup de liberté en possession du ballon. Derrière l'attaque, poste qu'il a fréquemment occupé la saison passée, son tir puissant et ses actions sont plus rentables. Les points forts de Faris Haroun, l'infiltration par l'axe et un grand rayon d'action, sont intéressants à ce poste, s'il apprend à doser ses efforts et à mieux tenir sa position. Kenneth Van Goethem, médian défensif ou stopper, est encore très jeune et doit gagner en puissance. Paul Kpaka raffole avoir des espaces devant lui mais ce sera rarement le cas, dans le style de jeu prôné par Broos. Kevin Vandenbergh redeviendra un attaquant de rectangle, contrairement à l'exercice précédent. Il pourra donc exploiter son sens du but, tandis que Stojanovic, qui marque aussi, possède un bon tir du gauche, peut reculer et adresser une passe transversale. Les jeunes Steven Defour (un grand talent comme avant-centre, second avant ou meneur), Ogunjimi (explosif et brillant à la conservation du ballon) et Remacle (un droitier capable de réaliser des actions sur les deux flancs) devront patienter avant d'obtenir leur chance. Compte tenu de sa campagne européenne, il est possible que Genk dispute 31 matches d'ici la trêve hivernale. C'est pour cela que, compte tenu de la maigreur des effectifs en attaque, Hugo Broos souhaite un avant de plus. Engelaar, blessé, et Oliseh auront-ils assez de rythme pour être alignés dans l'entrejeu dès le début du championnat ? Car Broos veut que son équipe joue plus haut et de manière plus dominatrice, surtout à domicile, dans l'espoir que ce style lui vaille une troisième place, comme sous la direction de René Vandereycken. Raoul De Groote