Erwin Lemmens (26 ans), le gardien du Racing Santander est actuellement le seul Belge en Primera Division, puisque Ronny Gaspercic est sur le banc du Bétis..
...

Erwin Lemmens (26 ans), le gardien du Racing Santander est actuellement le seul Belge en Primera Division, puisque Ronny Gaspercic est sur le banc du Bétis.. Erwin Lemmens: Oui. Notre statut nous y obligeait, malgré un mauvais début. Nous avons même été avant-derniers. Après sept matches, le changement d'entraîneur a eu les effets escomptés. Setien a accordé leur chance à beaucoup de jeunes. Vous travaillez avec Manuel Preciado. Un autre style?Non. Il apprécie les jeunes aussi. Il est davantage un ami qu'un dictateur comme Benitez. Avec lui, il était impossible de dialoguer. Vous êtes sûr de votre place.Grâce à la saison passée. En 35 matches, je n'ai encaissé que 18 buts. C'est éloquent, je pense. J'ai entamé la saison comme titulaire puis j'ai pris une bête carte rouge contre Rayo Vallecano. Personne n'a compris pourquoi. J'ai été suspendu contre Villareal. Je reste en concurrence avec José Ceballos mais j'ai complété mon registre en Espagne. Il a 34 ans et est en fin de contrat, en plus. Il reste collégial, prêt à me transmettre l'expérience accumulée en 300 matches.Quelles sont vos premières impressions au plus haut niveau?Nous devons mieux gérer nos occasions de but. Nous avons déjà été sanctionnés plusieurs fois à cause de ça. Heureusement, Pedro Munitis est revenu du Real. Il devrait résoudre notre problème. Offensivement, il peut nous apporter beaucoup, malgré les manquements footballistiques de l'entrejeu. C'est là que le bât blesse pour l'instant.Vous abordez des semaines cruciales?En quatre semaines, nous devons rencontrer le Deportivo, que nous avons battu (2-0), le Real, la Real Sociedad et Barcelone. Le maintien est votre objectif premier?Oui. Une fois celui-ci assuré, nous tenterons de signer quelques coups d'éclat contre de grands clubs.Vous êtes en fin de contrat. Vous voulez vous mettre en valeur...Oui mais j'ai appris que Santander commençait à prolonger les contrats. C'est de bon augure mais en Espagne, c'est une arme à double tranchant. Le club peut me mettre sous pression pour que je signe, en me menaçant de ne plus m'aligner. C'est arrivé à Vladimir Beschstnykh.Un retour en Belgique est-il à l'ordre du jour?Je n'ai pas le mal du pays. Je me plais à l'étranger mais si un grand club belge se pointait, je réfléchirais.Songez-vous encore à l'équipe nationale?Souvent. J'arrive à l'âge idéal pour un gardien. Je suis un des rares Belges à jouer en Primera Division. Il s'agit d'un des meilleurs championnats. (F. Vanheule)REPORTES/