" Suite aux déclarations de Francis D'haese et Edward Van Daele à propos de la convention transactionnelle intervenue entre Mouscron et moi-même, je voudrais préciser plusieurs choses : comme agent de joueurs de football professionnel agréé par l'URBSFA et par la FIFA (et notamment de LuigiPieroni), je me suis engagé avec le club de Mouscron par une convention d'entremise datée du 6 mai 2004. Par celle-ci, Mouscron accepte de libérer définitivement le joueur et de délivrer tous les documents nécessaires pour son transfert en échange d'une indemnité de 1.115.520 ...

" Suite aux déclarations de Francis D'haese et Edward Van Daele à propos de la convention transactionnelle intervenue entre Mouscron et moi-même, je voudrais préciser plusieurs choses : comme agent de joueurs de football professionnel agréé par l'URBSFA et par la FIFA (et notamment de LuigiPieroni), je me suis engagé avec le club de Mouscron par une convention d'entremise datée du 6 mai 2004. Par celle-ci, Mouscron accepte de libérer définitivement le joueur et de délivrer tous les documents nécessaires pour son transfert en échange d'une indemnité de 1.115.520 euros nets (hors droits, frais, taxes, commissions, redevances, indemnité de formation ou autres) couvrant le préjudice lié à la rupture anticipative du contrat du joueur. Mouscron s'engage en outre, 15 jours après encaissement, à rétrocéder à moi-même, pour rémunération forfaitaire des prestations et frais inhérents à son entremise, l'excédent de l'indemnité négociée. J'ai entrepris des négociations avec l'AJ Auxerre qui ont abouti sur le versement par le club français d'une indemnité de transfert, versée sur le compte du club de Mouscron, tenant compte de ce qui avait été expressément convenu dans la convention d'entremise du 6 mai 2004. En date du 3 janvier 2005, j'ai facturé la somme qui me revenait, soit 284.448 euros versée par l'AJ Auxerre sur le compte de l'ASBL Royal Excelsior Mouscron. Sans formuler aucune contestation, Mouscron sollicita le 25 janvier 2005 l'obtention de termes et délais (ceci valant reconnaissance de dette). Après deux versements de mensualités de 11.852 euros, les paiements ont été interrompus. Nonobstant les courriers de mise en demeure, le club de Mouscron a continué à méconnaître ses obligations. J'ai donc, le 10 octobre 2005, introduit une réclamation en mains d'une commission arbitrale de l'URBSFA composée de 3 membres, un nommé par Mouscron, un par moi-même et le président élu par les deux parties. Le 9 février 2006, cette commission arbitrale rendit sa sentence et condamna le club de Mouscron à me verser 260.744,00 euros à majorer des intérêts de retard de 7 % à partir du 29 juin 2005. Mouscron avait établi une reconnaissance de dette. Un réviseur d'entreprise procédant au contrôle des comptes du club avait indiqué qu'un solde de 260.744,00 euros en ma faveur était intégré dans les comptes de Mouscron. Ainsi, le club utilise depuis un an l'argent qu'il me doit. Il est extrêmement regrettable que Mouscron essaie de me faire passer comme étant le fossoyeur du club alors que si le transfert de Luigi Pieroni par mon intermédiaire, n'avait pas été conclu à l'époque, Mouscron n'aurait déjà pas pu obtenir sa licence. A l'heure actuelle, j'ai signé avec Mouscron une convention transactionnelle portant sur la cession de droit de créance des droits TV qu'a le club à l'égard de la Ligue Professionnelle de Football. Ce n'est donc pas sous la pression de la licence que j'ai obtenu cette convention transactionnelle. Les médias n'ont pas été informés par moi de ce contentieux, je n'ai jamais déposé plainte contre Mouscron ; c'est de commun accord que l'arbitrage s'est mis en place. Éric Depireux