Un point sur six pour le Standard après deux matches abordables sur le papier, contre le Lierse et Charleroi : le feu couve déjà à Sclessin. Le capitaine liégeois ne cachait pas un certain dégoût en quittant la pelouse.
...

Un point sur six pour le Standard après deux matches abordables sur le papier, contre le Lierse et Charleroi : le feu couve déjà à Sclessin. Le capitaine liégeois ne cachait pas un certain dégoût en quittant la pelouse. Eric Deflandre : Charleroi a deux occasions et marque deux buts. C'est stupide. De notre côté, nous avons une dizaine de chances de but mais nous ne scorons qu'une seule fois. Tout à fait : c'étaient deux grosses erreurs de marquage. On sait que ça ne pardonne pas face à un attaquant comme Toni Brogno. Et je ne parle même pas du but que Sébastien Chabaud marque sur corner : un joueur de notre équipe avait clairement été désigné pour le tenir mais n'a pas fait son boulot. Il peut refaire cinq fois la même reprise, il trouera cinq fois Vedran Runje si on ne le surveille pas. Bien sûr : il fallait des ressources pour gagner chez nous après avoir pris une grosse gifle contre La Louvière. Je ne suis pas vraiment d'accord. Nous avons bien joué par moments. Nous avons réussi des actions intéressantes, de beaux mouvements. Et nous n'avons pour ainsi dire jamais été mis sous pression. Je dirais même que, à part ces deux buts encaissés, le Standard a joué le match parfait. Le gros problème pour nous, c'est qu'il y avait, en face, une défense qui bloquait tout et un gardien qui ne laissait rien passer. Mais cela ne peut pas être une excuse : dans des situations pareilles, il faut vouloir tuer le match, faire rentrer le keeper dans son but si c'est nécessaire. Notre manque de percussion était criant. C'était voulu en deuxième mi-temps. Nous voulions exploiter les qualités de Bangoura. Mais il n'a jamais eu le soutien nécessaire de la deuxième ligne. Ce sera très dur, d'autant que nous avons la conviction de ne pas être récompensés suite à deux bons matches. Pour le même prix, nous pourrions avoir six points. Il faut un mental fort. Nous devons nous convaincre que nous avons été victimes d'une grosse injustice, deux week-ends d'affilée, et continuer à travailler. Le Standard doit absolument se mettre sur les bons rails dès le troisième match, au Cercle Bruges. Moi, en tout cas, je suis terriblement frustré. (P. Danvoye)