Devez-vous chercher pour quel club se produit Eran Zahavi (32 ans) ? Pour Guangzhou R&F. Il est brillant durant les qualifications pour l'EURO : neuf buts en six parties. Israël n'est que cinquième sur six dans le groupe G mais Eran Zahavi se distingue. L'avant poursuit en équipe nationale sur la lancée de ses prestations en Super League chinoise. En 21 matches, il en est à 23 buts et il arrive à portée du record établi en 2014 par le Brésilien Elkeson (28 goals en une saison). En 2017, Zahavi a déjà échoué de peu, à 27 buts. Il a été élu meilleur joueur de l'année en Chine en novembre 2017. On attendrait un Brésilien, style Hulk ou Oscar, à cette élection, mais non, ce fut Zahavi. Parfaitement inconnu en Europe.

C'est la faute de Palerme. Zahavi a connu un trajet normal jusqu'en 2011 et son transfert à Palerme, à 24 ans. Il n'était pas assez fort mentalement et il n'a guère trouvé le chemin des filets. Au bout d'un an et demi, il est retourné dans sa patrie, mais pas à Hapoel, son club formateur : chez le rival, le Maccabi Tel Aviv. La suite lui a donné raison puisqu'il s'y est révélé. En janvier 2013, le Maccabi a payé 250.000 euros pour son transfert et en juillet 2016, il l'a vendu pour 7,23 millions à Guangzhou R&F. Zahavi, sous contrat jusque fin 2021, gagne dix millions par an en Chine.

Sa carrière en équipe nationale n'a pas toujours été un long fleuve tranquille. Durant ses 39 premiers matches, Zahavi n'a inscrit que sept buts. En septembre 2017, on lui a néanmoins confié le brassard, lors d'un match contre la Macédoine. Quand celle-ci a ouvert la marque, les supporters, déçus, s'en sont pris à Zahavi, qui a jeté son brassard à terre et juré de ne plus jamais se produire pour Israël. C'est l'Autrichien Andreas Herzog, au poste de sélectionneur depuis le mois de mars, qui l'a convaincu de revenir. Avec succès !

Devez-vous chercher pour quel club se produit Eran Zahavi (32 ans) ? Pour Guangzhou R&F. Il est brillant durant les qualifications pour l'EURO : neuf buts en six parties. Israël n'est que cinquième sur six dans le groupe G mais Eran Zahavi se distingue. L'avant poursuit en équipe nationale sur la lancée de ses prestations en Super League chinoise. En 21 matches, il en est à 23 buts et il arrive à portée du record établi en 2014 par le Brésilien Elkeson (28 goals en une saison). En 2017, Zahavi a déjà échoué de peu, à 27 buts. Il a été élu meilleur joueur de l'année en Chine en novembre 2017. On attendrait un Brésilien, style Hulk ou Oscar, à cette élection, mais non, ce fut Zahavi. Parfaitement inconnu en Europe. C'est la faute de Palerme. Zahavi a connu un trajet normal jusqu'en 2011 et son transfert à Palerme, à 24 ans. Il n'était pas assez fort mentalement et il n'a guère trouvé le chemin des filets. Au bout d'un an et demi, il est retourné dans sa patrie, mais pas à Hapoel, son club formateur : chez le rival, le Maccabi Tel Aviv. La suite lui a donné raison puisqu'il s'y est révélé. En janvier 2013, le Maccabi a payé 250.000 euros pour son transfert et en juillet 2016, il l'a vendu pour 7,23 millions à Guangzhou R&F. Zahavi, sous contrat jusque fin 2021, gagne dix millions par an en Chine. Sa carrière en équipe nationale n'a pas toujours été un long fleuve tranquille. Durant ses 39 premiers matches, Zahavi n'a inscrit que sept buts. En septembre 2017, on lui a néanmoins confié le brassard, lors d'un match contre la Macédoine. Quand celle-ci a ouvert la marque, les supporters, déçus, s'en sont pris à Zahavi, qui a jeté son brassard à terre et juré de ne plus jamais se produire pour Israël. C'est l'Autrichien Andreas Herzog, au poste de sélectionneur depuis le mois de mars, qui l'a convaincu de revenir. Avec succès !