La couleur était annoncée d'emblée. Rouge. Celle du club et des comptes, à rééquilibrer absolument en taillant dans le gras d'une masse salariale excessive et désormais réduite quasiment de moitié malgré certains dossiers onéreux laissés en suspens. Le tribut des années d'excès est encore lourd, et le Standard cherche à maintenir sa compétitivité à travers des prêts, de rares coups payants et le fameux "mercato interne" qui promeut les talents du centre de formation. À ce petit jeu, c'est le défenseur central Ameen Al-Dakhil...

La couleur était annoncée d'emblée. Rouge. Celle du club et des comptes, à rééquilibrer absolument en taillant dans le gras d'une masse salariale excessive et désormais réduite quasiment de moitié malgré certains dossiers onéreux laissés en suspens. Le tribut des années d'excès est encore lourd, et le Standard cherche à maintenir sa compétitivité à travers des prêts, de rares coups payants et le fameux "mercato interne" qui promeut les talents du centre de formation. À ce petit jeu, c'est le défenseur central Ameen Al-Dakhil qui s'est mis en évidence, rejoignant souvent sur le terrain les Hugo Siquet et Nicolas Raskin devenus titulaires récurrents depuis un an. La décevante lanterne rouge des play-offs 2 demandait néanmoins une injection de qualité dans un noyau liégeois où Mbaye Leye réclamait des joueurs de déséquilibre. Le coach sénégalais, en plus du retour de prêt du spectaculaire Denis Dragus, a vu débarquer en bords de Meuse le gaucher norvégien Aron Dønnum et le Tunisien Hamza Rafia, prêté par la Juventus, pour remplir ces critères, mais aligne généralement ses troupes sans joueur offensif sur les flancs. Si ces trois nouvelles têtes doivent faire oublier les buts de Michel-Ange Balikwisha, difficile de trouver à l'autre bout du terrain un joueur capable de compenser la perte de Zinho Vanheusden. L'équilibre défensif rouche est encore précaire et aucun système de jeu ne semble actuellement en mesure de mettre un terme à l'hémorragie potentielle, rencontrée face à l'Antwerp puis au Parc Duden. Avec dix points au compteur en six sorties, le Standard charrie paradoxalement plus de points d'interrogation que de certitudes. Entre un milieu de terrain surpeuplé, une défense trop friable et des dispositifs tactiques très variables, chaque rencontre a ses moments de doutes, et le manque d'expérience et de leadership pointé du doigt la saison dernière ne semble pas avoir été résolu par une fenêtre estivale qui n'a amené que des joueurs de moins de 23 ans dans la Principauté. Avec leur équipe qui présente la deuxième moyenne d'âge la plus basse de l'élite depuis le début de la saison, les Rouches cherchent donc une voie à suivre sur le terrain. Parce que pour dépasser des concurrents, il faut avant tout choisir dans quelle direction on avance.Ses deux buts ont offert autant de victoires à ses couleurs dans des matches accrochés, rappelant que le Brésilien n'est pas seulement un attaquant puissant et généreux dans l'effort, mais aussi un homme de buts. Sylvestre (Pau FC, Fra), Oulare (Barnsley, Eng), J. Carcela (Mouscron), Delferriere, Kalala Malenga & Ntelo Mbala (MVV, Ned), Shamir (Maccabi Tel Aviv, Isr).