La tradition occupe une place prépondérante dans tous les sports dont la légende se construit lors de rendez-vous incontournables. L'exemple du cyclisme est édifiant : le Tour de France conserve au fil des années un succès populaire que toutes les vicissitudes sur fond de dopage ne parviennent pas à ébranler. Et dans le calendrier des classiques, quelques épreuves gardent un impact spécial ; gagner le Tour des Flandres ou Liège-Bastogne-Liège compte plus dans un palmarès que s'imposer à la Clasica San Sebastian ou au Rund der Henninger Turm.
...

La tradition occupe une place prépondérante dans tous les sports dont la légende se construit lors de rendez-vous incontournables. L'exemple du cyclisme est édifiant : le Tour de France conserve au fil des années un succès populaire que toutes les vicissitudes sur fond de dopage ne parviennent pas à ébranler. Et dans le calendrier des classiques, quelques épreuves gardent un impact spécial ; gagner le Tour des Flandres ou Liège-Bastogne-Liège compte plus dans un palmarès que s'imposer à la Clasica San Sebastian ou au Rund der Henninger Turm. La Formule 1 n'échappe pas à la règle. Les 17 Grands Prix 2009 n'affichent pas tous un prestige identique et l'étape belge programmée ce week-end mérite sans conteste cinq étoiles. Une victoire à Spa-Francorchamps revêt un autre lustre qu'un succès acquis sur un des tourniquets sans âme créés par l'architecte allemand Herman Tilke aux quatre coins du monde (Sepang, Sakhir, Valencia, Singapour). La tradition, disions-nous. Quelques chiffres suffisent à montrer la place de choix occupée par le tracé ardennais dans l'histoire de la discipline-reine. Depuis la naissance du championnat mondial en 1950, aucun circuit n'a accueilli le " grand cirque " sans discontinuer mais quatre sites se détachent irrésistiblement dans ce classement : - Monza compte à son actif 58 des 59 éditions de la manche italienne qui ne lui a " échappé " qu'en 1980 au profit d'Imola, - Monaco fait à peine moins bien avec 56 organisations, devant Silverstone (43) et... Spa-Francorchamps (41). Au cours d'une histoire souvent tumultueuse, la piste spadoise a subi de nombreuses modifications, la plus marquante ayant eu lieu à la fin des années septante quand la longueur a été ramenée de 14,100 à 7 km via une bretelle qui, trois décennies plus tard, porte toujours le surnom de " nouvelle portion ". Les maîtres d'£uvre de cette transformation majeure ont réussi le tour de force de faire conserver à ce toboggan son esprit et sa sélectivité : les courbes jalonnant ces sept bornes restent de véritables challenges pour les équilibristes et les moyennes atteintes à Francorchamps demeurent parmi les plus élevées. Là encore, les statistiques sont édifiantes : sur les 20 Grands Prix les plus rapides de l'histoire, 18 ont été disputés à Monza, la palme revenant à la course 2003 gagnée par Michael Schumacher à 247,586 km/h. Le tracé belge figure dans ce top 20 aux 7e et 13e places avec Pedro Rodriguez vainqueur en 1970 à 241,308 km/h et Bruce McLaren lauréat deux ans plus tôt à 236,797 km/h. Malgré les profonds changements apportés au tracé, les stars continuent à y aller très vite puisque Kimi Raikkonen y a imposé sa Ferrari en 2007 à 229,266 km/h tandis que Felipe Massa, déclaré vainqueur l'an dernier au terme d'une épreuve chahutée, a couvert les 44 quatre tours à 222,715 km/h. " Chaque virage sur cette piste constitue un véritable défi " : la phrase est de Jarno Trulli qui, comme la plupart de ses collègues, ne voudrait pour rien au monde rater ce rendez-vous synonyme de sensations très fortes. Qu'est-ce qui fait le charme incomparable de Spa-Francorchamps ? Le champion du monde Lewis Hamilton évoque l'environnement : " On fonce au milieu des forêts en éprouvant vraiment le sentiment de rouler quelque part. Et lorsqu'on arrive au-dessus de la colline, on a l'impression d'avoir tout le circuit sous soi. " S'il suivra la course devant son téléviseur, Felipe Massa connaît bien les lieux et il met en exergue une autre caractéristique de ce ruban d'asphalte : " Avec ses 7 kilomètres, ce circuit est le plus long de tous ceux qui figurent au calendrier et on ne peut y effectuer de nombreux tours durant les essais. Il importe donc d'arriver sur place avec un plan de travail précis et bien élaboré pour éviter de se fourvoyer dans de mauvais réglages. Autre conséquence de la longueur, la stratégie est très pointue car la charge d'essence pour un tour supplémentaire coûte plus de temps qu'ailleurs. "Mais la piste se caractérise surtout par une succession de virages extrêmement sélectifs. Le Raidillon de l'Eau Rouge vient bien entendu en tête de liste. S'il se négociait à fond les saisons passées, ce tremplin pourrait poser de nouveaux problèmes ce week-end en raison des restrictions aérodynamiques imposées aux F1 2009, même si le retour aux pneus slicks en atténuera un peu les effets. Il conserve en tout cas une place à part dans le hit-parade des pilotes : " C'est tout simplement une courbe légendaire ", explique le leader du championnat Jenson Button. " L'impression qu'on ressent en arrivant au bas de la descente devant les anciens stands est unique, c'est un truc de fous sur le sec... et encore plus sur le mouillé ; or, il pleut souvent dans les Ardennes. " D'autres secteurs méritent la citation : l'ultra-rapide gauche de Blanchimont, la succession droite-gauche-droite des Combes survenant après un freinage violent où les dépassements sont nombreux, l'épingle de Bruxelles ou le petit gauche en descente qui suit directement, Michael Schumacher himself s'y est payé une solide sortie... en marche arrière. Plusieurs pilotes accordent leurs faveurs au double gauche de Pouhon, c'est le cas de Heikki Kovalainen : " Le plus gros challenge de Spa ! On y passe presqu'à fond mais... pas tout à fait. Seule une voiture parfaitement équilibrée permet d'attaquer sans sortir et ce style de difficultés procure une véritable excitation car le pilote y fait la différence. " En un mot comme en cent, Spa-Francorchamps appartient à la légende de la Formule 1. Constat étonnant : de tous ceux qui prendront le départ dimanche, seul Kimi Raikkonen s'y est imposé (trois fois). Ils seront donc dix-neuf à vouloir rejoindre le Finlandais dans un livre d'or où " Schumi " (six victoires), Ayrton Senna (cinq) et Jim Clark (quatre) occupent les premiers rangs. par éric faure - photos: belga