Les Buffalos ont loupé les PO1 deux années d'affilée. Compte tenu des efforts financiers consentis et de leur déménagement dans la Ghelamco Arena, ils sont avides de revanche. Hein Vanhaezebrouck doit rendre son élan à Gand mais surtout nicher son équipe dans le top six en développant un jeu attractif.
...

Les Buffalos ont loupé les PO1 deux années d'affilée. Compte tenu des efforts financiers consentis et de leur déménagement dans la Ghelamco Arena, ils sont avides de revanche. Hein Vanhaezebrouck doit rendre son élan à Gand mais surtout nicher son équipe dans le top six en développant un jeu attractif. Dans le but, Sels a convaincu tout le monde de son potentiel. Il gagne des points mais peut encore améliorer son coaching. En recrutant l'ancien international Vandenbussche, Gand a opté pour un rival néerlandais de talent, qui sera plus qu'une doublure. Maes reste troisième. Les trois défenseurs attitrés devront faire preuve de concentration et d'efficacité. Puljic est rapide, solide dans les duels mais moins bon à la construction. Belhocine comme organisateur et Gershon connaissent les exigences de Vanhaezebrouck : sobriété et puissance. Ils ne sont pas très mobiles mais ils ont un bon jeu de position et de l'expérience. Les alternatives, Vitas à droite et Ruyssen dans l'axe, sont encore jeunes et impulsifs. Plus expérimenté, Rafinha (à droite) se contente de survivre tandis qu'Asare (à gauche) risque d'être victime de sa polyvalence et de sa timidité. Deux joueurs doivent écarter le jeu sur les flancs. Ils doivent posséder quatre poumons. A droite, ce rôle semble destiné à Foket, qui évoluait un rien plus haut à Ostende, ou à Locigno, au meilleur bagage technique. De la gauche, Oussalah, avec sa profondeur, peut alimenter l'avant. Asare essaie d'augmenter son volume et son agressivité. En perte de balle, Soumahoro est encore trop peu présent. Kums, le pion majeur de l'entraîneur pour régler la circulation, évolue au coeur du triangle médian. Le jeune Zolotic est un récupérateur mais il n'a pas encore achevé son apprentissage et il devra surtout se contenter d'observer les autres pendant les premiers mois. Neto, qui possède un gros abattage, doit être plus régulier. Devant le contrôleur, deux joueurs doivent attaquer. Dejaegere, qui a retrouvé sa grinta à Courtrai, et Van Der Bruggen, qui possède une excellente vista, du calme et qui travaille son physique, jouent avec une grande conscience professionnelle. Kage et Lepoint devront faire preuve de patience. Milicevic est particulièrement redoutable, grâce à sa technique de frappe sur les phases arrêtées mais il doit encore chercher ses marques dans cette occupation de terrain. Milicevic peut évoluer dans un rôle plus libre près de l'avant-centre, de même que l'explosif Raman ou le vif Caenepeel. Les jeunes Gavazaj - un ailier qui s'est distingué un moment sous la férule de Rednic, Vandeputte (un numéro dix) et Impens (offensif) pourraient être loués. Pedersen, que le nouvel entraîneur destine au rectangle, ne sera disponible qu'à la trêve hivernale, suite à son opération au genou. En pointe, il va donc opter pour Pollet et/ou Depoitre, lequel se cherche encore, à moins que comme à Courtrai, il n'essaie le duo Santini-Coulibaly. Ils apportent leur gabarit et peuvent profiter, au sol comme dans les airs, de l'approvisionnement des flancs ou de l'axe. Habibou ne pense qu'à l'étranger. Vanhaezebrouck pense qu'une sélection naturelle va s'opérer dans son noyau, actuellement trop large. Les footballeurs d'instinct comme Kage, Soumahoro et Habibou ont compris que les méthodes avaient changé et qu'ils devaient offrir plus de garanties. Ce sont ceux qui maîtrisent le mieux le système un peu particulier de l'entraîneur qui joueront. Vanhaezebrouck a donc fait appel à de vieilles connaissances, avec lesquelles il a travaillé à Courtrai, et à des professionnels capables de réfléchir dans son football exigeant. PAR FRÉDÉRIC VANHEULE