Paderborn se trouve au beau milieu de nulle part, entre Cologne et Berlin. Cette ville de 145.000 habitants a une cathédrale, comme la métropole du Rhin, et un château, comme la capitale. Paderborn a terminé deuxième de Bundesliga 2, entre le FC Cologne et l'Union Berlin. Il avait déjà accédé à l'élite allemande en 2015.

Son séjour en Bundelsiga n'avait duré qu'une saison. L'année suivante, le SC Paderborn avait été relégué en division 3 et un an plus tard, il avait failli être éjecté en division 4 mais il y avait échappé parce que Munich 1860 n'avait pas obtenu de licence pour la D3. Le club était en proie à des problèmes financiers mais était chaque fois sauvé par son président, Wilfried Finke (67 ans). Le décès de celui-ci en janvier passé a secoué le club.

Paderborn a une dette de quelque huit millions. Il doit donc être très prudent. Il est le seul club de Bundesliga qui ne prépare pas la saison à l'étranger mais en bordure de la ville, sous la houlette de son enthousiaste entraîneur, Steffen Baumgart. Ses soucis financiers ne l'ont pas empêché d'embaucher déjà six footballeurs mais évidemment, deux de ses piliers sont déjà partis. Le club s'appuie sur un budget compris entre quinze et vingt millions. Il va percevoir beaucoup plus de droits TV, ce qui est une bénédiction tant ses sources de rentrées sont limitées : le stade ne peut accueillir que 15.000 personnes, il est le plus petit de Bundesliga. La saison passée, l'équipe s'est produite devant une moyenne de 11.500 spectateurs.

Le SC Paderborn est le club le plus terne, le plus insipide de Bundesliga. Il est d'ores et déjà considéré comme le premier candidat à la relégation et ça n'émeut personne. Mais c'est dans ce rôle que l'équipe signe ses meilleures prestations.

Paderborn se trouve au beau milieu de nulle part, entre Cologne et Berlin. Cette ville de 145.000 habitants a une cathédrale, comme la métropole du Rhin, et un château, comme la capitale. Paderborn a terminé deuxième de Bundesliga 2, entre le FC Cologne et l'Union Berlin. Il avait déjà accédé à l'élite allemande en 2015. Son séjour en Bundelsiga n'avait duré qu'une saison. L'année suivante, le SC Paderborn avait été relégué en division 3 et un an plus tard, il avait failli être éjecté en division 4 mais il y avait échappé parce que Munich 1860 n'avait pas obtenu de licence pour la D3. Le club était en proie à des problèmes financiers mais était chaque fois sauvé par son président, Wilfried Finke (67 ans). Le décès de celui-ci en janvier passé a secoué le club. Paderborn a une dette de quelque huit millions. Il doit donc être très prudent. Il est le seul club de Bundesliga qui ne prépare pas la saison à l'étranger mais en bordure de la ville, sous la houlette de son enthousiaste entraîneur, Steffen Baumgart. Ses soucis financiers ne l'ont pas empêché d'embaucher déjà six footballeurs mais évidemment, deux de ses piliers sont déjà partis. Le club s'appuie sur un budget compris entre quinze et vingt millions. Il va percevoir beaucoup plus de droits TV, ce qui est une bénédiction tant ses sources de rentrées sont limitées : le stade ne peut accueillir que 15.000 personnes, il est le plus petit de Bundesliga. La saison passée, l'équipe s'est produite devant une moyenne de 11.500 spectateurs. Le SC Paderborn est le club le plus terne, le plus insipide de Bundesliga. Il est d'ores et déjà considéré comme le premier candidat à la relégation et ça n'émeut personne. Mais c'est dans ce rôle que l'équipe signe ses meilleures prestations.