Il fallait s'y attendre : l'enquête exclusive que nous avons publiée la semaine dernière sur les salaires en D1 a été abondamment commentée dans les clubs et chez les supporters. Quelques exemples de réactions...
...

Il fallait s'y attendre : l'enquête exclusive que nous avons publiée la semaine dernière sur les salaires en D1 a été abondamment commentée dans les clubs et chez les supporters. Quelques exemples de réactions... A Charleroi, Majid Oulmers a interpellé un journaliste de Sport/Foot Magazine après le match contre le Mouscron. Dans notre dossier, le salaire d'Oulmers est estimé à 85.000 euros bruts annuels. " Ce n'est pas la réalité ", dit-il. Et il y a ajouté une grimace voulant dire qu'il gagnait beaucoup moins que cela. A Mouscron, un supporter s'est indigné - sur le forum du site officiel du club - que les quatre joueurs espagnols soient payés en partie par des sociétés du président Philippe Dufermont basées en Espagne. Ce supporter y est allé d'une interprétation très personnelle en parlant d'emplois fictifs et de blanchiment d'argent. Ce n'est évidemment pas ce que nous avons voulu dire. D'autres supporters ont embrayé sur ce sujet avant qu'il soit retiré du forum. Le club a sans doute estimé qu'il y avait des risques de dérapage. A Anderlecht, notre dossier a aussi fait la une. Dans l'avion qui conduisait les joueurs à Vienne pour leur match de Coupe de l'UEFA, il était surtout question de salaires et de gros sous. Le lendemain, La Dernière Heure/Les Sports à fait allusion à notre enquête en signalant que nos chiffres étaient beaucoup trop bas. La DH se basait - notamment - sur ce que des dirigeants anderlechtois avaient dit à son journaliste et publia d'autres chiffres. Pour toutes les stars du noyau ( AhmedHassan, Jan Polak, Nicolas Frutos, Mbo Mpenza, Mbark Boussoufa, etc), les chiffres de la DH étaient de 25 à 30 % supérieurs aux nôtres... mais englobaient les primes payées par le club à une caisse d'épargne pension. Dans notre calcul, nous n'en avons pas tenu compte et nous l'avons clairement signalé. On ne peut pas directement considérer ces versements comme une partie du salaire vu que les joueurs ne toucheront cet argent qu'à l'âge de 35 ans. Le fait que les chiffres du quotidien (cautionnés par des dirigeants) correspondent aux nôtres plus les primes d'assurance pension confirme simplement la fiabilité de nos sources ! PIERRE DANVOYe