Parfois, le transfert le plus important se trouve sur le banc. La Cristal Arena a trouvé un véritable leader sportif, Hein Vanhaezebrouck. L'enthousiasme contagieux du nouvel entraîneur fait renaître l'espoir après deux saisons catastrophiques. Il a soumis le noyau à un sévère régime d'entraînement et a introduit le 3-4-3 qu'il pratiquait à Courtrai. Des joueurs qui semblaient dépassés, comme Hans Cornelis et Daniel Tözser, revivent. Des cas douteux sont devenus des titulaires fiables, comme Daniel Pudil et Tiago. Et le jeune talent, Kevin De Bruyne, reçoit sa ...

Parfois, le transfert le plus important se trouve sur le banc. La Cristal Arena a trouvé un véritable leader sportif, Hein Vanhaezebrouck. L'enthousiasme contagieux du nouvel entraîneur fait renaître l'espoir après deux saisons catastrophiques. Il a soumis le noyau à un sévère régime d'entraînement et a introduit le 3-4-3 qu'il pratiquait à Courtrai. Des joueurs qui semblaient dépassés, comme Hans Cornelis et Daniel Tözser, revivent. Des cas douteux sont devenus des titulaires fiables, comme Daniel Pudil et Tiago. Et le jeune talent, Kevin De Bruyne, reçoit sa chance. Après deux campagnes de transferts prolifiques, en été et en hiver, Genk a resserré les cordons de sa bourse. Ses quatre transferts sont jeunes ou peu expérimentés parmi l'élite mais possèdent un potentiel certain. Rien de changé dans le but. Davino Verhulst reste titulaire et ses doublures sont jeunes. Le trio défensif formé par Cornelis, Joao Carlos et Tiago est le secteur le plus âgé de l'équipe. Genk et Cornelis avaient déjà pris congé, mais Vanhaezebrouck a convaincu les deux parties de renouer. Dans un noyau fortement rajeuni, il voue une grande estime à l'expérience et au leadership de Cornelis. Même dans une défense à quatre (Vanhaezebrouck ne soutient pas le 3-4-3 mordicus), l'ancien capitaine semble se maintenir dans son nouveau rôle, au c£ur de la défense. Dans ce cas de figure, NgongcaAnele ou Dimitri Daeseleire devient arrière droit. Dans l'axe, Eric Matoukou est une bonne doublure, même s'il est parfois insouciant. Torben Joneleit doit patienter en attendant de voir l'évolution de Tiago, fragile. L'entraîneur considère Anele, la révélation de l'exercice précédent, comme un flanc offensif. Il est sous le charme de ses actions en course et de son sens du but, qu'il retrouve aussi chez Pudil, à gauche. Enrôlé il y a un an, le Tchèque s'était ridiculisé par sa maladresse à l'arrière gauche. Il s'est métamorphosé. Dans l'axe, Tözser, la classe personnifiée, jouit d'une grande confiance, comme David Hubert, plus défensif. Les possibilités ne manquent pas, puisque Genk a aussi Balazs Toth et TormenaEderson. Le poste d'avant-centre a posé problème la saison passée et reste un point noir. Moussa Koïta a besoin d'un crédit de temps, comme prévu. On attend du costaud Français qu'il accomplisse ce qu' Adam Nemec et Goran Ljubojevic (qui ne sont pas encore partis) n'ont pu faire : marquer de la tête. Marvin Ogunjimi constitue une alternative mais il est blessé. Pour l'instant, Genk a donc recours à Stein Huysegems, même si Jelle Vossen constitue aussi une possibilité. Elyaniv Barda, rattrapé par une ancienne blessure, ne l'est pas, selon Vanhaezebrouck. Il doit avant tout évoluer dans le registre de l'excellent Fabien Camus en apportant sa créativité et en réalisant des actions de la droite ou de la gauche. C'est pareil pour Istvan Bakx. Kevin De Bruyne accroît encore la concurrence. Agé de 18 ans, le Flandrien est un talent pur-sang et il a le sens du but. Le tenant de la Coupe n'a pas revu ses ambitions : le top 4 du classement et, à terme, le top 3. Vanhaezebrouck doit être capable de réaliser le premier objectif. Il est de ces entraîneurs que les joueurs suivent parce qu'il en retire le maximum. L'avenir proche nous dira donc si la politique des transferts de ces dernières saisons a été aussi mauvaise qu'on le pense. Si les joueurs communiquent leur enthousiasme au public, ce RC Genk pourrait vivre une saison agréable. par jan hauspie