Dans une société où l'image a pris une importance démesurée, la notion de reconnaissance a été quelque peu détournée. Il suffit aujourd'hui de passer plusieurs fois à la télé pour être connu donc reconnu. Mais cette reconnaissance-là est éphémère et sans fondement. Elle ne consacre ni le savoir-faire, ni l'expérience de toute une carrière. Michel Piersoul, l'entraîneur de Silvio Proto, en est un bel exemple. Peu connu des amateurs de foot parce peu médiatisé, il ne mérite pas moins d'être reconnu par ses pairs. Sans sa compétence, Proto ne serait sûrement pas ce qu'il est. A tel point qu'on peut affirmer sans se tromper que Michel a véritablement déteint sur Silvio : travailleur, sérieux, méthodique et pointilleux. C'est leur credo commun !
...

Dans une société où l'image a pris une importance démesurée, la notion de reconnaissance a été quelque peu détournée. Il suffit aujourd'hui de passer plusieurs fois à la télé pour être connu donc reconnu. Mais cette reconnaissance-là est éphémère et sans fondement. Elle ne consacre ni le savoir-faire, ni l'expérience de toute une carrière. Michel Piersoul, l'entraîneur de Silvio Proto, en est un bel exemple. Peu connu des amateurs de foot parce peu médiatisé, il ne mérite pas moins d'être reconnu par ses pairs. Sans sa compétence, Proto ne serait sûrement pas ce qu'il est. A tel point qu'on peut affirmer sans se tromper que Michel a véritablement déteint sur Silvio : travailleur, sérieux, méthodique et pointilleux. C'est leur credo commun ! Depuis qu'ils bossent ensemble, chaque prestation est analysée. La moindre erreur est détectée et corrigée immédiatement. L'art de corriger est, à mon sens, la qualité primordiale de Piersoul. Et je n'en veux pour preuve que le travail entrepris et réussi avec d'autres gardiens en amont de Proto qui, lui, était un surdoué au départ. Je pense à Franky Frans à Charleroi et Didier Xhardez venu de Virton à La Louvière. L'un et l'autre étaient d'honnêtes gardiens au départ ; avec Piersoul, ils ont réalisé des prouesses. Frans est devenu le gardien fétiche du Sporting dont on saluait les exploits quasiment chaque week-end et Didier a carrément été déterminant dans la montée de La Louvière en D1. Et il ne faut pas oublier non plus l'énorme part prise par Piersoul dans la formation de jeunes gardiens comme JonathanBourdon û un peu en rade pour l'instant à Westerlo û et Olivier Renard parti en Italie. Michel Piersoul est un maniaque de la précision technique. Pour ceux qui ont suivi de près l'évolution de Proto ces derniers mois, ils auront pu remarquer qu'il ne commet pratiquement plus aucune erreur technique : appuis, placement dans le but, position du corps et prises de balles. Fort de cette technique, le gardien a grandi automatiquement en confiance et en personnalité. Dans les un contre un, face à l'attaquant, Silvio étale désormais une maîtrise proche de la perfection. Il faut dire qu'avec Piersoul, on travaille dur ! L'autosatisfaction est bannie. Le dilettantisme aussi. Il faut savoir qu'il est plutôt de la vieille école où la discipline est omniprésente. Il a horreur des tricheurs. Strict et méthodique, il est cependant constamment à l'écoute de ses poulains. Toute sévère qu'elle soit, sa méthode fonctionne pourtant sur une intense relation affective. Le dialogue est permanent. Il cherche plus à convaincre qu'à contraindre. Bref, il use de toute la gamme des qualités du parfait pédagogue. J'ai connu Michel comme joueur à l'Union, son club d'origine, puis à La Louvière. Son caractère entier, impulsif et son franc-parler lui ont valu une réputation de joueur difficile à gérer. C'est d'ailleurs le côté rouscailleur de son caractère qui, Minime, l'a fait passer du poste d'attaquant à celui de gardien. Il râlait tellement sur son gardien qui prenait trop de buts à son goût que son entraîneur le força, pour le confondre, à prendre place dans les buts. Et ce fut une réussite ! Le braconnier fut un excellent garde-chasse. Introverti au premier abord, Michel est un grand pince-sans-rire. Il manie constamment l'humour derrière son air sérieux. Redoutable charmeur, il est toujours souriant et d'une correction totale. Ne vous avisez jamais de le tromper sous peine d'être automatiquement mis hors-jeu. Piersoul a surtout su exploiter les qualités de ses défauts. Le côté parfois impulsif et peu maniable de sa personnalité l'a conduit à endosser la profession de syndicaliste et donc négociateur permanent. Son sens de l'analyse et de l'écoute et puis de la persuasion lui servent désormais aussi sur qu'en dehors du terrain. En fin de saison, Proto quittera La Louvière. Il sera un peu orphelin à moins que Michel ne l'accompagne ! Comme jadis Jean Nicolay suivit Michel Preud'homme à Malines. par André RemySans LA COMPéTENCE DE PIERSOUL, Proto ne serait sûrement pas ce qu'il est