DominiqueD'Onofrio avait, une fois de plus, modifié la composition de son équipe pour le déplacement à l'Antwerp. Dans certains cas par obligation, car il devait compenser les absences de GonzagueVandooren, toujours blessé, et de JonathanWalasiak, grippé. Dans d'autres cas parce que, depuis l'arrivée de trois nouveaux joueurs, il est en train de chercher la bonne formule... qu'il semblait avoir trouvée en début de saison. Au cours des quatre premiers matches, durant les...

DominiqueD'Onofrio avait, une fois de plus, modifié la composition de son équipe pour le déplacement à l'Antwerp. Dans certains cas par obligation, car il devait compenser les absences de GonzagueVandooren, toujours blessé, et de JonathanWalasiak, grippé. Dans d'autres cas parce que, depuis l'arrivée de trois nouveaux joueurs, il est en train de chercher la bonne formule... qu'il semblait avoir trouvée en début de saison. Au cours des quatre premiers matches, durant lesquels le Standard avait engrangé 10 points sur 12, la composition et le système de jeu avaient été rigoureusement identiques (à l'exception de DimitriHabran lors de la journée d'ouverture à Mouscron). Ce ne fut plus le cas ensuite. La donne avait changé, et pour intégrer GonzaloSorondo, MickyMumlek et EmileMpenza, Dominique D'Onofrio a un peu tâtonné. A-t-il enfin découvert la bonne formule ? Il est trop tôt pour tirer des conclusions, mais l'état d'esprit que les joueurs ont manifesté au Bosuil, et la manière dont les pions ont été disposés, laissent augurer d'un avenir plus serein. Une constatation est significative : alors que, lors de ses sorties précédentes, on avait souvent reproché au Standard de négliger le milieu de terrain pour balancer de longs ballons vers l'avant, c'est précisément en gagnant la bataille de l'entrejeu que les Liégeois se sont imposés à l'Antwerp. De ce point de vue, la trouvaille était sans doute le positionnement de Gonzalo Sorondo au demi défensif. Avec sa technique, son calme et sa vision du jeu, l'Uruguayen est capable de demander les ballons et de les distribuer à bon escient. Dans un autre style, à sa droite, RobertoBisconti a aussi été d'un apport précieux : grâce à son agressivité, il a effectué un gros travail de récupération et s'est révélé un complément idéal du Sud-Américain. A gauche, Micky Mumlek a fait valoir ses services du pied gauche. Devant ce trio, AlmaniMoreira a conféré la touche créative tout en se montrant extrêmement actif et volontaire. Devant, Dominique D'Onofrio avait cette fois associé AlexandrosKaklamanos à EmileMpenza, au détriment de SambegouBangoura. Sans être transcendant, le Grec a été à la base du premier but (d'Emile) tout en inscrivant lui-même le deuxième. On peut dire, aussi, que les changements furent judicieux. AliyuDatti, qui n'a passé qu'un quart d'heure sur le terrain, a réalisé un doublé. Le dernier but fut inscrit sur un assist de BjörnRiise, qui venait de monter au jeu. Mais cette constatation-là est plus anecdotique, car le match était déjà joué depuis longtemps.