Dimanche soir, le Club Bruges reçoit Genk. Thomas Buffel joue son premier match pour son nouveau club... dans le stade de son employeur précédent : il a signé un contrat d'un an à Genk lors de l'ultime journée des transferts. Le Cercle l'a échangé contre Hans Cornelis, un arrière droit, et Jelle Vossen, un avant.
...

Dimanche soir, le Club Bruges reçoit Genk. Thomas Buffel joue son premier match pour son nouveau club... dans le stade de son employeur précédent : il a signé un contrat d'un an à Genk lors de l'ultime journée des transferts. Le Cercle l'a échangé contre Hans Cornelis, un arrière droit, et Jelle Vossen, un avant. Frans Schotte, le président du Cercle, a déclaré : " Thomas n'était plus heureux chez nous et nous attendions plus de lui. " Cela ressemble à une séparation réussie mais surtout à des adieux en mode mineur. Buffel a quand même été élu homme du match lors de trois de ses quatre matches de championnat. Le médian rétorque : " La priorité du Cercle n'était pas de me conserver mais d'embaucher un arrière droit. Je ne voulais pas partir à tout prix mais qui refuse une promotion ? Dès mon retour en Belgique, il était convenu que j'effectue un pas en avant au terme d'une saison. Pourtant, j'ignorais tout jusqu'à ce qu'on me téléphone pour me demander si Genk m'intéressait. Je ne comprends pas le président. Tout le monde savait qu'après ma double opération au genou et ma longue inactivité aux Glasgow Rangers, mon retour ne serait pas aisé. J'ai peut-être été anonyme mais j'ai compté. Le Cercle a terminé cinquième du premier tour. Ensuite, j'espérais poursuivre ma remontée mais j'ai peu joué. Les supporters m'ont quand même élu Homme de la Saison... Malgré tout, le Cercle a toute ma reconnaissance. Il m'a donné une nouvelle chance et, proche de mes amis, de ma famille, j'ai eu l'énergie d'entamer ma seconde carrière. J'ai conservé mon calme et fait preuve de bonne volonté dans les moins bons moments. J'ai vécu des expériences enrichissantes et cette année a été décisive pour la suite de ma carrière. " L'entraîneur de Genk avait demandé un avant-centre, pas un attaquant en décrochage. Pire : dans le 3-4-3 qu'a pratiqué Hein Vanhaezebrouck jusqu'à présent, le poste favori de Buffel, derrière l'avant-centre et devant deux médians défensifs, n'existe pas. L'entraîneur aligne deux ailiers. " On peut aussi appliquer cette tactique avec un médian central offensif et un défensif ", rétorque Buffel. " Sinon, il est probable qu'un des ailiers ait un rôle libre. Le Cercle a essayé ce système à Mouscron mais sans succès car les deux joueurs censés se trouver près de l'avant étaient pratiquement devenus des arrières latéraux. Je ne pense pas qu'à Genk, ils doivent reculer autant. On m'a expliqué que chacun savait exactement comment l'ensemble fonctionnait. Jouer à des positions différentes ne me dérange pas. Peu de footballeurs occupent leur place favorite même s'il est important d'obtenir un poste précis pour progresser. Trop de changements nuisent à l'individu comme au collectif. " christian vandenabeeleLa priorité du Cercle était l'embauche d'un arrière droit ! (Thomas Buffel)