Un football rythmé, offensif, étayé par une grande force dans les duels et beaucoup d'enthousiasme. En plaçant ces accents, Peter Maes est devenu l'architecte du succès actuel de Lokeren. Son président, Roger Lambrecht, est euphorique car la révélation de la saison peut briguer les PO1.
...

Un football rythmé, offensif, étayé par une grande force dans les duels et beaucoup d'enthousiasme. En plaçant ces accents, Peter Maes est devenu l'architecte du succès actuel de Lokeren. Son président, Roger Lambrecht, est euphorique car la révélation de la saison peut briguer les PO1. Le spectaculaire gardien Barry Boubacar Copa est plus serein depuis qu'il dispose d'une défense stable. Blessé, l'international ivoirien a raté plusieurs matches et a été remplacé par Jugoslav Lazic. Le géant belgo-serbe a l'air pataud mais il ne commet pas de fautes, même s'il ne gagne pas de points. Le jeune Stefan Deloose, qui a démontré son talent en fin de saison passée, doit patienter. La blessure au genou Sepp De Roover, auteur de rushes dangereux à droite, est un contrecoup pour l'équipe. En effet, Tiko, médian défensif reconverti, a beau regorger d'expérience, il manque de vitesse. En outre, le jeu de position de l'international congolais est problématique. Mijat Maric et Jérémy Taravel forment le nouveau c£ur de la défense. Difficile au début, leur collaboration est désormais parfaite. Ils veillent à la relance, sont solides dans les duels et rapides. Ils peuvent améliorer leur communication mais leur vista compense cet handicap. En l'absence d'un des hommes, on fait appel à Ibrahima Khouma Gueye, athlétique mais moins raffiné. A gauche, Derick Tshimanga est sans doute la révélation de l'équipe. Vitesse, accélération, profondeur, il a fait sensation avant de s'occasionner une fracture du tibia durant le stage à Chypre. Laurens De Bock, un international Espoirs, pallie son absence sans pli. Il joue avec bravoure, rappelant un peu Nicolas Lombaerts, et use de tous les registres, défensifs comme offensifs, sous l'£il chagriné de Hassan El Mouataz, barré. Le duo très complémentaire Killian Overmeire- Koen Persoons couvre la défense. Le premier, capitaine doté de quatre poumons, maintient un niveau constant grâce au soutien de l'ancien Malinois. Persoons convainc par sa vista, son jeu de position et son labeur. Le Croate Ivan Leko est l'élément créatif du moteur. Il doit créer des espaces pour lui-même ou l'avant-centre. Le régisseur a l'avantage d'être flanqué de Nill De Pauw et de Benjamin Mokulu Tembe, le premier fin technicien, le second puissant. Marcel Mbayo et Sulejman Smajic sont dédaignés. Julien Bailleul et Ivan Yagan ont été embauchés en prévision de l'avenir. Le Norvégien Geir Ludvig Fevang est un meneur de jeu mais il manque encore un peu de puissance. On peut en dire autant d' Alfred Finnbogason, un avant de 21 ans, meilleur buteur de Breidablik, champion d'Islande, transféré cet hiver. Il peut s'inspirer de Benjamin De Ceulaer, qui fait la différence grâce à sa mobilité et à son opportunisme et a éclos sous la ferme direction de Maes. Plus léger, Donovan Deekman a un profil similaire mais manque de régularité. L'international syrien Sanharib Malki Sabah est revenu particulièrement affûté de la Coupe d'Asie. Tout est perfectible, telle est la devise de Daknam, sous l'influence de l'ambitieux Maes. Devenu prudent suite à ses mauvaises expériences passées, Lokeren se garde de dévoiler ses ambitions réelles mais il semble déterminé à jouer un rôle prépondérant dans la lutte pour les tickets européens. Alfred Finnbogason (Breidablik ISL). Frédéric Dupré (contract rompu), Jérémy Perbet (RAEC Mons), Vegard Braaten (Alta IF NOR), Julien Bailleul (RAEC Mons), Sanharib Malki (Panthrakikos GRE). PAR FRÉDÉRIC VANHEULE Lokeren semble déterminé à jouer un rôle prépondérant dans la lutte pour les tickets européen.