Sur coup de coin ou sur coup franc latéral dans le tiers défensif du terrain, la désignation de 4, 5 ou 6 joueurs à la garde serrée d'adversaires fait partie des règles habituelles de l'organisation défensive dans ces situations. Ne pas serrer de près les attaquants adverses (tirages de maillots compris) semble encore pour beaucoup une ineptie !

Mais occuper rationnellement toutes les zones potentiellement dangereuses devant le but à défendre et donc être le premier au ballon à son point de chute est une philosophie diamétralement opposée.

Dans le premier cas, on parle de marquage individuel alors que dans le deuxième on défend en zone. Je pense que c'est à Sef Vergoossen avec le RC Genk, dès la saison 2002-2003, qu'on doit la première systématisation de cette approche dans notre D1. Plusieurs jeunes coaches belges commencent à suivre cette voie.

Photo 1 Priorité à l'occupation de l'espace défensif

Cette année, le Sporting de Charleroi se dispose en zone sur les coups de pied arrêtés latéraux : 5 joueurs, décalés et répartis en légère diagonale pour qu'ils voient bien le départ du ballon, occupent la largeur du but à hauteur de la ligne du petit rectangle (ligne jaune), 2 autres occupent l'espace entre le point de penalty et la ligne des 16m (ligne bleue) et un autre vient s'occuper de la zone de rebond à hauteur des 16m. On voit bien sur la photo que la plupart des joueurs regardent le ballon, ils ne tiennent, ni ne suivent d'adversaire direct ! Bien sûr, la couverture de chaque poteau exige du gardien qu'il soit maître dans son petit rectangle.

Photo 2 Variations dans l'occupation des zones

La photo suivante montre une autre organisation en zone : l'Excelsior de Mouscron présente une ligne de 4 joueurs aux 5,5m (ligne jaune), un joueur à hauteur du 1er poteau et à mi-profondeur dans le petit rectangle (flèche bleue) ainsi qu'un onzième aux 9,15m de la ligne de fond (flèche rouge). Une attention particulière est ici réservée aux ballons tendus et brossés dans la zone du 1er poteau.

Photo 3 Premier au ballon dans l'espace devant soi

Une fois le ballon engagé, l'objectif pour chaque joueur est d'être le premier à le toucher s'il vient à tomber dans la zone dont il a la charge, c'est-à-dire celle comprise entre les deux lignes jaunes propres à chaque joueur. L'essentiel est de ne pas se laisser distraire par les mouvements des adversaires mais plutôt de se focaliser sur l'organisation et le ballon à toucher en premier lieu à tout prix.n

par Frans Masson

Sur coup de coin ou sur coup franc latéral dans le tiers défensif du terrain, la désignation de 4, 5 ou 6 joueurs à la garde serrée d'adversaires fait partie des règles habituelles de l'organisation défensive dans ces situations. Ne pas serrer de près les attaquants adverses (tirages de maillots compris) semble encore pour beaucoup une ineptie ! Mais occuper rationnellement toutes les zones potentiellement dangereuses devant le but à défendre et donc être le premier au ballon à son point de chute est une philosophie diamétralement opposée. Dans le premier cas, on parle de marquage individuel alors que dans le deuxième on défend en zone. Je pense que c'est à Sef Vergoossen avec le RC Genk, dès la saison 2002-2003, qu'on doit la première systématisation de cette approche dans notre D1. Plusieurs jeunes coaches belges commencent à suivre cette voie. Cette année, le Sporting de Charleroi se dispose en zone sur les coups de pied arrêtés latéraux : 5 joueurs, décalés et répartis en légère diagonale pour qu'ils voient bien le départ du ballon, occupent la largeur du but à hauteur de la ligne du petit rectangle (ligne jaune), 2 autres occupent l'espace entre le point de penalty et la ligne des 16m (ligne bleue) et un autre vient s'occuper de la zone de rebond à hauteur des 16m. On voit bien sur la photo que la plupart des joueurs regardent le ballon, ils ne tiennent, ni ne suivent d'adversaire direct ! Bien sûr, la couverture de chaque poteau exige du gardien qu'il soit maître dans son petit rectangle. La photo suivante montre une autre organisation en zone : l'Excelsior de Mouscron présente une ligne de 4 joueurs aux 5,5m (ligne jaune), un joueur à hauteur du 1er poteau et à mi-profondeur dans le petit rectangle (flèche bleue) ainsi qu'un onzième aux 9,15m de la ligne de fond (flèche rouge). Une attention particulière est ici réservée aux ballons tendus et brossés dans la zone du 1er poteau. Une fois le ballon engagé, l'objectif pour chaque joueur est d'être le premier à le toucher s'il vient à tomber dans la zone dont il a la charge, c'est-à-dire celle comprise entre les deux lignes jaunes propres à chaque joueur. L'essentiel est de ne pas se laisser distraire par les mouvements des adversaires mais plutôt de se focaliser sur l'organisation et le ballon à toucher en premier lieu à tout prix.npar Frans Masson