Avec un 4/39 l'automne passé, Zulte Waregem semblait voué à la catastrophe mais le club s'est redressé après la trêve hivernale et a obtenu un nombre de points record en PO2 (28 sur 30). Il a fallu Genk pour le priver d'un ticket européen. Cette fois encore, il vise l'Europe, sans le dire. Il se contente de parler des PO1, comme chaque année.
...

Avec un 4/39 l'automne passé, Zulte Waregem semblait voué à la catastrophe mais le club s'est redressé après la trêve hivernale et a obtenu un nombre de points record en PO2 (28 sur 30). Il a fallu Genk pour le priver d'un ticket européen. Cette fois encore, il vise l'Europe, sans le dire. Il se contente de parler des PO1, comme chaque année. Zulte a encaissé 52 buts la saison passée. C'était son principal handicap, surtout durant sa mauvaise passe. Il a notamment souffert de l'absence de Bossut jusque fin novembre, à cause d'une blessure abdominale. Son leadership a manqué à l'équipe et ses remplaçants, Bostyn et Leali, ont été trop irréguliers. Leali a quitté le club en janvier, Bostyn se bat maintenant avec l'Allemand Bansen pour la place de deuxième gardien. Pour accroître la concurrence au centre de la défense, le club a enrôlé Björdal en hiver et Bürki en fin de saison. C'est le défenseur central gauche que désirait tant Dury. Il peut désormais aligner Baudry, qui s'est bien développé la saison passée, à droite de la défense centrale. Un coup dur : la longue indisponibilité de Derijck, qui s'est fracturé un orteil mais est susceptible de partir puisqu'il est en fin de contrat. A gauche, Demir remplace Hamalainen. De l'autre côté, l'entraîneur a le choix entre De fauw (37 ans) et Walsh. Si Zulte a encaissé autant de buts la saison dernière, c'est peut-être à cause de son manque d'équilibre. L'abattage et la vigueur dans les duels au centre du terrain ont fait défaut, deux aspects cruciaux dans le système de Dury, puisque les arrières latéraux jouent haut. Ce n'est pas un hasard si l'entraîneur a testé onze combinaisons différentes au six et au huit. Comme d'autres médians, comme Kaya et Coopman ont mal défendu, la dernière ligne, déjà fragile, a été trop exposée. Dury espère résoudre ce problème grâce au costaud Tardieu, mais le Français, blessé à la cheville, va rater le début du championnat. Marcq, transféré de Gand pour un million, en janvier, va donc recevoir sa chance, mais on ignore s'il aura déjà retrouvé son niveau, après sa mononucléose. Le Néerlandais d'origine marocaine Faik doit apporter une plus-value au huit, défensivement et offensivement, grâce à sa technique de frappe. Nissilä et Jensen sont réserves. Sur le plan offensif, Bongonda, transféré à titre définitif du Celta Vigo pour 1,5 million, doit être déterminant mais encore faut-il que ses dribbles et sa vitesse soient plus efficaces. Dury peut permuter à droite, à gauche et au dix, avec De Pauw, Kaya, et les nouveaux Buffel, Björdal (qui n'est pas apparenté au défenseur) ainsi que Soisalo, le jeune Finlandais qui a déjà fait impression par son abattage. Harbaoui a inscrit 19 buts en 17 joutes après la trêve hivernale, dont sept penalties et 13 buts en PO2 contre des adversaires moins concurrentiels. Zulte Waregem a enfin trouvé un avant capable de parachever des actions. Le Tunisien ne va pas atteindre le même score face à des formations plus relevées mais Dury sera déjà content s'il atteint la moitié de son score passé. Comme Leya Iseka et Saponjic ne sont plus loués, le club doit encore trouver un autre attaquant qui constitue une alternative valable à Harbaoui. Zulte Waregem mise plus que jamais sur ses propres joueurs. Il n'est plus question de louer huit footballeurs comme l'année passée. Il mise aussi sur les jeunes car six des neuf arrivants ont moins de 25 ans. Le club a aussi engagé un leader chevronné en la personne de Buffel, âgé de 37 ans. Intégrer tout ce monde va requérir du temps. Ça s'est remarqué pendant la préparation : Dury cherche encore le bon équilibre et les blessures ne lui ont pas facilité la tâche. Le début de saison est relativement facile avec des matches contre Waasland Beveren, Eupen et le Cercle Bruges en plus d'un déplacement à Gand et, en outre, il ne doit pas gérer de campagne européenne. Reste à voir si un éventuel bon départ lui permettra de se profiler à nouveau comme " le principal challenger de l'élite belge ", pour reprendre les propos du manager général Cordier à l'occasion de la présentation de l'équipe.